Constitution: Une large révision de lois essentielles en perspective    Le délai de dépôt des comptes sociaux prorogé au 30 novembre    Investissement: «L'instabilité législative, une entrave majeure»    Energies renouvelables: Des réformes sont nécessaires    Le syndrome libanais    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Compétitions sportives: Tebboune ordonne la reprise    Football à l'Ouest: Les clubs dans un labyrinthe    Hormis les pneumologues, les réanimateurs et les généralistes: Les médecins spécialistes affectés à l'hôpital de Haï Nedjma rejoignent l'EHU    Skikda: 40 conteneurs de carburant saisis, l'exportateur écroué    Laghouat: Deux morts et un blessé dans un carambolage    HUMEURS PREFABRIQUEES    Bekkat Berkani s'exprime à nouveau    Yasmine Moussous, 1re Algérienne à recevoir une dose    Alger et Tunis attachés à la solution politique    Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La pandémie exige de repenser l'acte pédagogique"
Iddir Abderrazak, vice-recteur de l'université de tizi ouzou
Publié dans Liberté le 05 - 08 - 2020

Dans cet entretien Iddir Abderrazak, vice-recteur chargé de la post-graduation et de la recherche scientifique à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, nous explique comment l'université envisage la rentrée 2020-2021 si la pandémie de coronavirus venait à persister.
Liberté : Cinq mois après son apparition en Algérie, la pandémie de coronavirus continue toujours de sévir de manière forte. Si d'ici à la rentrée universitaire 2020- 2021, la situation demeure en l'état, comment l'université compte-t-elle y faire face pour ne pas compromettre la rentrée ?
Iddir Abderrazak : La pandémie mondiale de Covid-19 a contraint le secteur de l'enseignement supérieur à prendre une série de mesures visant à organiser la reprise des enseignements et de la pédagogie. À ce titre, le ministère de l'Enseignement supérieur et de Recherche scientifique a élaboré un mode opératoire cadre (protocole cadre), institué par l'arrêté n°453 du 15 juillet 2020 portant création d'une cellule centrale et d'une cellule locale de suivi de clôture de l'année universitaire 2019-2020 et de la rentrée universitaire 2020-2021. C'est ainsi que M. le recteur a créé une cellule locale au sein de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, présidée par le recteur, et comportant le secrétaire général de l'université, les vice-recteurs, le doyen de la faculté de médecine, les directeurs des œuvres universitaires, etc.

Peut-on savoir quelles seront concrètement les missions de cette cellule locale ?
La cellule locale de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou a pour missions d'élaborer un protocole spécifique relatif à la reprise des activités pédagogiques, qui doit s'inscrire dans les dispositions du protocole cadre, suivre l'exécution du protocole spécifique, de coordonner et de se concerter avec les autorités locales (wilaya, daïra, APC, DSP, etc.) en ce qui concerne les questions inhérentes aux mesures sanitaires.
Quelles sont par exemple les mesures que cette cellule locale pourrait prendre dans le cadre de ce protocole spécifique ?
La pandémie de Covid-19 qui exige de repenser l'acte pédagogique et le travail entrepris par la cellule locale de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, s'inscrit dans ce nouveau paradigme, en se basant sur les orientations du protocole cadre du ministère de l'Enseignement supérieur et de Recherche scientifique. À titre d'exemple, l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou envisage, pour l'année universitaire 2020-2021, de dispenser les cours en ligne via les plateformes pédagogiques, par transmission télévisée et autres supports médiatiques.
S'agissant de l'enseignement en présentiel, il y a lieu de préciser que ce mode n'est envisagé que lorsque les conditions sanitaires le permettront et dans le respect des normes établies : désinfecter périodiquement les locaux pédagogiques et administratifs ; assurer l'aération et l'hygiène des locaux ; réglementer la circulation au sein des campus ; interdire les regroupements ; exiger le port obligatoire de bavette ainsi que le respect de la distanciation physique par toute la communauté universitaire ; augmenter les points de lavage des mains, etc.
Le recteur, en concertation avec les instances pédagogiques, affine, au fur et à mesure de l'évolution de la situation sanitaire, le dispositif opérationnel de reprise. Dans ce cas de figure, il est préconisé d'organiser les enseignements en présentiel par vagues d'étudiants et par périodes bloquées.
Pensez-vous que sans une stratégie de communication fiable, ce dispositif opérationnel suffira à convaincre les étudiants et les enseignants de reprendre le chemin de l'université à la rentrée ?
Conscients des responsabilités pédagogique, scientifique, sociale et sociétale de l'université, nous nous efforçons de communiquer avec toute la communauté universitaire et les différentes composantes sociales qui ont un lien direct ou indirect avec notre université, en leur fournissant des informations fiables et valides.
En ces temps de crise sanitaire planétaire, la rumeur, la désinformation et les comportements de panique aggravent davantage la situation, à tel point que Bruno Lussato, un expert en management, qualifie la rumeur de "cancer de l'information". Dans toute cette atmosphère de doute et de confusion, nous tenons à rassurer la communauté universitaire que ces mesures spécifiques et préventives pour faire face à la pandémie du Covid-19 ne sont pas absolues, étant donné qu'elles sont souples, flexibles et adaptatives en fonction de l'amélioration de la situation sanitaire et en veillant au respect d'un "Smig pédagogique".
À titre illustratif, les étudiants qui n'ont pas eu accès aux cours en ligne auront des supports pédagogiques et leurs absences éventuelles aux TD ou TP ne seront pas comptabilisées lors de la reprise des enseignements en présentiel. La pandémie de Covid-19 a bouleversé nos modes de vie et nos comportements, et le monde universitaire a eu abondamment recours aux nouvelles technologies d'enseignement (visioconférence, cours en ligne, télé-enseignement, etc.).
Cette tendance perdurera dans le monde actuel, caractérisé par la recrudescence de conflits, de crises sanitaires et de crises économiques. Le triptyque : la formation dans les technologies de l'enseignement à distance, l'information et la communication sont un impératif pour gérer l'université d'aujourd'hui dans un environnement sans cesse changeant, instable et imprévisible.


Entretien réalisé par : Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.