Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Sit-in des avocats à Alger    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Report du procès en appel    Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination
Il a commencé sa carrière aux côtés du musicien Farouk Boukhatcha
Publié dans Liberté le 06 - 08 - 2020

Encouragé par une famille de musiciens et son mentor, l'artiste peintre et pianiste-compositeur Farouk Boukhatcha, le jeune pianiste en devenir trace sa route, des rêves plein la tête et un seul objectif : devenir musicien professionnel.
Nassim Kahoul est un jeune artiste à part qui commence à faire son petit bonhomme de chemin. La musique ? Il la connaît pour ainsi dire sur le bout des doigts depuis son plus jeune âge. Encouragé par une famille de musiciens (un frère batteur et deux autres guitaristes) et son mentor, l'artiste peintre et pianiste-compositeur Farouk Boukhatcha, le jeune pianiste en devenir trace sa route, des rêves plein la tête et un seul objectif : devenir musicien professionnel. Pour ce qui est de la passion, c'est aussi ce même Farouk Boukhatcha qui la lui insufflera, alors qu'il assiste à l'une de ses répétitions dans le garage familial. "Je l'ai écouté jouer et j'ai ressenti quelque chose d'étrange, j'ai eu la chair de poule." Après cette rencontre fortuite, le duo ne se sépare plus.
Nassim rejoint le conservatoire de Skikda sous la bienveillance de son mentor. Et, au bout de quatre années d'apprentissage non-stop, Kahoul forme un groupe avec des amis, appelé "Thurat" (patrimoine). Les premières scènes se font dans sa ville natale, mais aussi à Annaba, à El-Tarf, à Jijel, à Béjaïa et à Constantine. Mais son professeur a d'autres projets pour lui. Il veut, en effet, le voir développer son talent et lui conseille de s'inscrire dans un institut ou une école spécialisée. Septembre 2016, il se rend à Batna pour passer un examen d'admission à l'Institut régional de formation musicale (IRFM). Sur un morceau écrit par Boukhatcha intitulé Première rencontre, il est admis derechef. Kahoul dira que les débuts furent difficiles, loin de Skikda et de sa famille. Autodidacte de surcroît, il s'accroche tant bien que mal et ne perd pas de vue son but.
Moins d'une année plus tard, il est major de sa promotion avec un 17/20 de moyenne, "la meilleure note de l'institut", raconte-t-il fièrement. Les ambitions de jeune musicien grandissent. Il a en ligne de mire Alger désormais qui peut lui offrir "plus d'opportunités". Sa première année fut "pire qu'à Batna", admet-il. "J'étais au village des artistes à Zéralda, qui se trouve à une quarantaine de kilomètres de l'institut, c'était éprouvant", explique-t-il. Mais malgré cela, il tient bon et se fait épauler par sa professeure à l'institut, Irina Khamkhoum. En parallèle, il cherche des opportunités de travail.
Les premières furent dans quelques restaurants branchés de la capitale, avant de se voir signer son premier contrat dans un grand hôtel à l'ouest d'Alger. Le pianiste commence à se faire un nom, et son style, une fusion entre l'oriental, le classique et le jazz, plaît beaucoup. À son tour, il devient quelques mois plus tard enseignant dans une école privée, une nouvelle expérience, humaine, cette fois-ci, s'offre à lui. "Comme on dit dans notre milieu, le débutant apprend du professionnel, et vice-versa. Quand j'enseigne, j'apprends aussi et je révise avec mes élèves. Ma plus grande satisfaction est de voir l'enfant apprendre et évoluer. L'enseignement m'apporte de l'expérience oui, mais surtout de la patience." D'ailleurs, l'un des projets du musicien, qui devait se faire cette année, est de créer sa propre école de musique. Le projet est en stand-by pour le moment, pandémie oblige. Mais qu'à cela ne tienne, et comme pour son parcours, le pianiste reste déterminé, malgré les aléas.
Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.