El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane
Travail des enfants
Publié dans Liberté le 06 - 08 - 2020

Scolarisés ou non, des enfants travaillent dur pour gagner quelques dinars. Au chef-lieu, il n'y a pas un marché, un quartier ou une ruelle où on ne les trouve pas à proposer toutes sortes de produits à vendre.
Dans la wilaya de Relizane, on en voit de tout : des enfants qui sont obligés par leurs parents de se lever tôt pour mendier, d'autres pour aller travailler, d'autres contraints par leurs parents à marcher pieds nus pour inciter les âmes charitables à leur faire l'aumône. Mais ce qui est le plus à plaindre, c'est ce phénomène de l'exploitation de l'enfant par les adultes sans qu'aucune institution légale intervienne pour dénoncer cet abus ou pour au moins sensibiliser les parents aux dangers auxquels sont exposés leurs enfants qui s'adonnent à des travaux réservés aux adultes, comme déplumer et vider des milliers de poulets, un travail malsain qui est fait de nuit, loin des yeux, le chargement de camions au marché de gros, le lavage de voitures, le ramassage de la pomme de terre dans les champs ; bref, autant de travaux pénibles qui peuvent affecter l'enfant.
Cet état de fait est généré par la détérioration de leurs conditions sociales, et le plus souvent le chômage auquel le chef de famille est confronté. À Relizane, il n'y a pas un marché, un quartier ou une ruelle où on ne trouve pas des enfants qui proposent des produits à vendre. Ils vendent de tout : des sachets en plastique, du pain traditionnel, des cigarettes... Lors de notre virée dans deux marchés de Relizane-ville, nous avons accosté des enfants innocents en train de vendre leur marchandise. Nous nous sommes rapprochés de ces chérubins.
Amine, un enfant de 14 ans, élève scolarisé en troisième année moyenne, nous dira : "Nous survivons au jour le jour, sans savoir si nous avons un passé ou un avenir. Nous sommes attachés au sol, préoccupés surtout de ce que nous mangerons demain". Mohamed, 13 ans, se confie : "C'est plus fort que moi, je suis obligé de travailler pour subvenir aux besoins de ma famille. Mon père a eu un accident et il ne peut pas travailler. C'est pour cela que je suis obligé de me lever tôt pour aller travailler."
Si dans plusieurs pays le dispositif législatif relatif à la protection des droits de l'enfant est suivi à la lettre, chez nous, par contre, il n'est jamais appliqué. Un jeune mineur de 15 ans nous raconte, les yeux cernés : "La pauvreté m'a poussé à entrer dans le monde du travail tôt suite à l'expiration du contrat de travail de mon père qui était gardien dans une école, avec un salaire dérisoire. C'est pour cela que j'ai quitté les bancs de l'école pour subvenir aux besoins de ma famille." D'autres frappent aux portes pour chercher du pain rassis ou des produits recyclables. Nombreux sont les enfants qui sont obligés de travailler pour survivre.
Des personnes n'ayant pas atteint l'âge de la majorité s'adonnent à de pénibles besognes pour aider leur famille à subsister. "Aucun contrôle ne peut se faire sur ces enfants qui travaillent dans les rues, les champs ou les commerces, car aucune disposition n'existe dans la loi du travail les concernant", affirme avec regret un cadre de l'inspection du travail, car il faut savoir que la loi 90-11 ne protège que les enfants âgés de moins de 16 ans qui ont un emploi à travers un contrat de travail et ne protège pas ces centaines d'enfants qui travaillent hors du circuit légal, selon l'inspecteur du travail. Dans le but de faire face à ce phénomène, la direction de la jeunesse et des sports, en collaboration avec l'Odej (Office des établissements des jeunes), organise depuis juillet dernier une campagne de sensibilisation et d'information dans les Odej. Au programme de cette manifestation, des conférences-débats, des sketchs, des animations encadrées par des psychologues.
Dans cette wilaya, de nombreux enfants sont disponibles et ne rechignent pas au travail. Il suffit d'installer des étals de fortune ou d'exposer sa marchandise dans des paniers à même le trottoir. Meriem M. A., psychologue dans un établissement scolaire, pense que la situation actuelle des enfants "exploités" est dramatique.
La gravité de la situation est illustrée le long des autoroutes. Le travail des mineurs compte aujourd'hui parmi les problèmes qui affectent le plus notre société. Il met en difficulté la santé morale et la sécurité physique des enfants. Exposés à toute forme d'exploitation dans différents secteurs d'activité, notamment celui du bâtiment et de l'agriculture, nos enfants sont en danger, dit-elle. Selon le chargé des affaires de la famille à la direction de l'action sociale de Relizane, la pauvreté oblige les parents à envoyer leurs enfants travailler pour subvenir aux besoins de toute la famille.
L'accès difficile à la scolarité, l'éloignement géographique et le faible niveau d'éducation et d'information des parents sont autant d'obstacles et de facteurs aggravants.
E. Yacine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.