Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Sit-in des avocats à Alger    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Report du procès en appel    Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le désert agraire
À FORT POTENTIEL AGRICOLE, L'ALGERIE EN QUÊTE DE SECURITE ALIMENTAIRE
Publié dans Liberté le 06 - 08 - 2020

Comment concilier culture intensive avec ses risques environnementaux et enjeu de la sécurité alimentaire ? C'est l'équilibre que doit assurer l'Algérie qui mise sur l'agriculture saharienne.
À FORT POTENTIEL AGRICOLE, L'ALGERIE EN QUÊTE DE SECURITE ALIMENTAIRE
-Le désert agraire
Les experts recommandent l'option d'un modèle agroécologique bâti sur des exploitations de petites et moyennes tailles et qui associe à la fois les défis économiques et les enjeux liés à l'économie d'eau.
Jeter les premiers jalons d'une base de réflexion pour repenser la stratégie de l'hydraulique agricole dans les régions sahariennes et présahariennes est plus qu'impératif de nos jours. "Le dérèglement climatique conjugué à une surexploitation des nappes favorisant le ruissellement de l'eau, son évaporation et son infiltration sur des sols pauvres, plutôt que son utilisation par la plante sur un substrat ou support de culture en bonne santé, conduit à une baisse ou rabattement du niveau des nappes", estime le Dr Mohamed Bouchentouf, ingénieur-docteur en agronomie. Cet expert met l'accent sur un gaspillage d'une eau rare, coûteuse et non renouvelable.
D'autres problèmes viennent se greffer à cette épineuse problématique, dont la remontée des eaux des nappes phréatiques, l'accroissement de la salinité des sols, la dégradation de la qualité des eaux dans certains forages, la diminution de la pression, la réalisation des puits sans autorisation avec des fuites d'eau au niveau du tubage et l'affaissement du terrain, des forages qui se déversent dans la nature, la gestion anarchique de la ressource, le tarissement des foggaras, etc. Les experts recommandent l'option d'un modèle agroécologique bâti sur des exploitations de petites et moyennes tailles et qui associe à la fois les défis économiques et les enjeux liés à l'économie d'eau.
Et c'est la formule à laquelle s'intéresse le Dr Mohamed Bouchentouf qui travaille sur un modèle agroécologique et entrepreneurial dans le cadre d'une agriculture intelligente avec des solutions innovantes. Pour lui, l'agriculteur doit savoir gérer la demande en eau de son plan de culture. D'où la nécessité d'assurer un travail considérable d'information et de formation au profit des agriculteurs. L'introduction du système d'économie d'eau, ainsi que la révision de la gestion actuelle des doses d'eau appliquées aux cultures vont permettre, selon lui, de limiter le gaspillage des eaux d'irrigation qui, non consommées par les cultures, se retrouvent dans les réseaux de drainage.
Ce qui va réduire le risque de remontée de la nappe phréatique et des risques d'hydromorphie. "L'irrigation doit éviter autant une sous-alimentation qu'une suralimentation en eau des plantes. Il faut connaître, pour chaque espèce particulière, ses besoins en eau, l'époque la plus favorable de son irrigation, le nombre optimum des arrosages, leur durée, l'épaisseur de la nappe d'eau à appliquer à telle surface et finalement la profondeur à laquelle l'eau doit pénétrer", explique le Dr Bouchentouf.
Diverses pratiques peuvent être mises en œuvre pour que l'agriculture utilise l'eau plus efficacement. Il s'agit notamment de modifier le calendrier d'irrigation pour suivre de près les besoins en eau des cultures, en adoptant des techniques plus efficaces, telles que l'utilisation de systèmes d'irrigation par l'aspersion et le goutte à goutte, et en mettant en pratique l'irrigation déficitaire. "La dégradation des ressources hydriques qu'entraîne une exploitation excessive de la nappe phréatique par le creusement de puits artésiens est désormais reconnue comme cause de désertification dans plusieurs pays.
L'eau est encore très mal valorisée puisque les rendements sont encore faibles par rapport à ce qui est obtenu dans d'autres pays", constate l'expert agronome. Pour lui, d'importantes économies d'eau peuvent être réalisées à l'avenir tout en augmentant les productions. Les agriculteurs ne mesurent pas l'eau distribuée, mais ils comptent le nombre des irrigations qui se font beaucoup plus par submersion ou inondation.
Si l'agriculture saharienne veut se maintenir, elle devra tout faire pour économiser l'eau et son efficience. Cela revient à dire que l'avenir de l'hydraulique agricole n'est pas dans l'exploitation minière de l'eau, mais dans un aménagement des terroirs agricoles axé sur la pratique d'une irrigation raisonnée, sur l'économie et l'efficacité de l'eau.

Badreddine Khris
AGRICULTURE OASIENNE
-Un patrimoine à moderniser
MOHAMED BOUCHENTOUF, DIRECTEUR DE LA MICRO-FERME ECOLOGIQUE ET INNOVANTE "LA CLE DES OASIS"
-"Notre ferme est au service des agriculteurs"
ELLE DEMEURE COÛTEUSE ET RISQUE DE TARIR LES NAPPES PHREATIQUES DU SUD
-L'onéreuse "conquête" du Sahara


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.