Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"
message de boupacha aux funérailles de GISÈLE halimi
Publié dans Liberté le 08 - 08 - 2020

Ambiance très solennelle et de grand recueillement au crématorium du cimetière parisien du Père-Lachaise, où se sont déroulées, jeudi, les funérailles de Gisèle Halimi, décédée le 28 juillet dernier à l'âge de 93 ans. Parmi les centaines de personnes, qui ont assisté aux obsèques, figurent de nombreux Algériens venus rendre hommage à l'avocate et lui exprimer leur gratitude pour son soutien à la lutte pour l'indépendance de l'Algérie.
Le drapeau algérien et l'emblème amazigh, ainsi qu'une grande banderole avec l'inscription "Merci Gisèle Halimi" ont été déployés à l'entrée du crématorium.
Un moment particulièrement émouvant a marqué la cérémonie lorsque la petite fille de Djamila Boupacha s'est présentée à la tribune pour lire une lettre de sa grand-mère. Dans ce message, la moudjahida relate les circonstances malheureuses de sa rencontre avec Gisèle Halimi et le combat que l'avocate a mené pour sa libération. "Tu n'a pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur", a écrit Djamila Boupacha. L'ambassadeur d'Algérie à Paris, Salah Lebdioui, a également prononcé un discours dans lequel il a dressé le portrait d'une grande militante anticolonialiste qui a pris fait et cause pour la libération de l'Algérie.
De son côté, le philosophe Regis Debray a tenu à souligner que le combat de l'avocate en faveur de l'émancipation des peuples et celui des femmes ne faisaient qu'un.
"Elle mérite de rester parmi nous comme un défi à toutes les convenances, les défis et les paresses", a-t-il dit. Pour honorer Gisèle Halimi, la Tunisie envisage, pour sa part, de donner son nom à une rue de Tunis ou de La Goulette, sa ville natale. Dans un message transmis à la famille, le président tunisien Kaïs Saïed a évoqué "le lien ombilical" de l'avocate avec son pays natal. En France, des voix s'élèvent pour demander que les cendres de Gisèle Halimi soient transférées au Panthéon, célèbre monument où sont inhumés les grands personnages qui ont marqué l'Histoire de France.
"Ce serait une très bonne idée. Elle y a tout à fait sa place pour toutes les luttes qu'elle a menées", a commenté Me Martine Portnoé, avec laquelle l'avocate a milité pour les droits des femmes pendant les années 70. Selon un de ses fils, un hommage national pourrait être rendu à Gisèle Halimi, à la rentrée.
Certains espèrent qu'elle bénéficiera des mêmes égards que l'ancienne ministre de la Justice, Simone Veil, une amie rencontrée sur le terrain de la lutte en faveur des droits des femmes.
Pour raconter ses propres combats, l'avocate laisse en héritage un livre biographique intitulé Une farouche liberté. L'ouvrage co-écrit avec Annick Cojean, journaliste au quotidien Le Monde, sortira le 19 août prochain en librairie.
De Paris : Samia lokmane-khelil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.