Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des boutiques chinoises à Constantine
Les produits asiatiques inondent L'EST du Pays
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2005

Des produits de marques très connues tels Nike, Reebok ou Adidas sont proposés à des prix défiant toute concurrence aux Constantinois.
D'aucuns ne cessent de s'interroger sur cette soudaine profusion de produits made in China. Des produits de marques très connues tels Nike, Reebok ou Adidas, à des prix défiant toute concurrence, envahissent le marché algérien. La ville de Constantine ne fait pas exception.
Trois boutiques gérées par des managers venus de Pékin viennent d'ouvrir leurs portes dans la capitale de l'Est en l'espace de deux mois et ce, au bonheur des petites bourses.
Les principales artères de Constantine, avenues Abane-Ramdane, Saint-Jean et Larbi-Ben-M'hidi…, réputées très commerçantes, drainent chaque jour des milliers de gens venant de partout. Est-ce une stratégie de vente ou un simple fait du hasard ? En tout cas, les Chinois ont su, de par leur savoir-faire et les prix pratiqués, attirer le consommateur constantinois dans leurs filets. Ainsi, ils visent une clientèle bien précise, à revenus moyens et habitués à acheter de produits bas de gamme, vêtements, chaussures, accessoires de mariée, ou encore tapisserie… Ils font le bonheur des ménages laminés par le coût exorbitant de la vie. Satisfaire les caprices des enfants revient, souvent, très cher. “Avec nos deux salaires, on arrive tout juste à financer les listes des fournitures scolaires de nos trois enfants. En plus, ils sont de plus en plus exigeants et ne se contentent plus des produits bas de gamme. Ils préfèrent porter des articles de marque, plutôt que de se "ridiculiser" devant leurs camarades de classe en portant des sous-marques”, nous dira un père de famille venu avec son rejeton faire le plein de Nike et de Levi's.
Une femme avec ses deux filles se mêlera à notre discussion et renchérit : “Les produits asiatiques sont identiques aux marques originales. On s'y tromperait, tellement c'est bien fait. Alors, au lieu de dépenser
5 000 DA pour un seul article, j'en achète plusieurs pour le même prix.”
C'est, effectivement, ce qui ressort des témoignages recueillis ça et là à travers une virée chez nos amis les Chinois. On est en contrebas de l'avenue Abane-Ramdane, en face du centre culturel Mohamed-Laïd-El-Khalifa. Un grand hall plein à craquer. M. Lewin, secondé par deux de ses compatriotes, semble satisfait de l'affluence enregistrée jusqu'à présent, étant donné qu'il a ouvert boutique depuis un mois et demi seulement.
Devant les étals, un groupe d'adolescents parlait à voix haute. Ces derniers semblaient intéressés par les prix proposés dans cette boutique.
Eux, qui ne peuvent se permettre des baskets à 8 000 DA, peuvent, aujourd'hui, se targuer d'avoir aux pieds des Nike ou des Adidas achetés à moins de 4 000 DA. Interrogé, justement, sur le nombre de clients qui défile dans le magasin, l'une des hôtesses, également interprète, nous dira qu'il lui est impossible de donner un chiffre exact. “Je peux vous dire, en revanche, que le magasin n'est jamais vide. Certains achètent, alors que d'autres ne font que regarder. Mais avec la rentrée sociale, il y a de plus en plus d'acheteurs de jour en jour”, précise-t-elle. On quitte Abane-Ramdane pour nous diriger vers l'avenue Saint-Jean. Cette fois-ci, c'est un petit magasin spécialisé dans la tapisserie et les costumes chinois traditionnels. Mais c'est surtout la tapisserie qui est la plus vendue.
Apostrophant le patron de la boutique, ce dernier fait appel à l'une de ses vendeuses qui lui sert d'interprète. En effet, ces commerçants maîtrisent très peu la langue française et encore moins la langue arabe, mais le plus souvent, c'est le langage des mains qui leur sert de moyen de communication avec la clientèle. “En particulier lorsque cette dernière passe à la caisse”, s'amusera à dire notre hôte. Bien que la langue soit le seul obstacle entre les Constantinois et les Chinois, ces derniers sont décidés à y mettre un terme en proposant des cours de mandarin aux clients qui veulent en savoir plus sur la Chine.
Lynda Nacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.