Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vaincre le gangstérisme
Durcissement des peines pour lutter contre la criminalité
Publié dans Liberté le 01 - 09 - 2020

Des gangs armés sèment la terreur dans les quartiers et les villes du pays, parfois sous le regard impuissant des services de sécurité. Les citoyens vivent avec la peur au ventre.
Les pouvoirs publics semblent plus que jamais décidés à en finir avec le phénomène de bandes criminelles qui sèment la terreur dans les quartiers des différentes villes du pays.
En effet, à l'occasion du Conseil des ministres tenu dimanche 30 août par visioconférence et qui a examiné, entre autres, deux projets d'ordonnance dont deux présentés par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, dont celui sur la prévention et la lutte contre le phénomène de bandes de quartier, le président Tebboune a ordonné d'intensifier la lutte contre les bandes criminelles, tout en prenant une série de mesures à même de réduire cette criminalité.
"Le président de la République, qui présidait une réunion par visioconférence du Conseil des ministres, a ordonné de lutter sans relâche contre le phénomène de bandes criminelles de quartier qui ont connu un pullulement ces dernières années, notamment dans les grandes villes, à la faveur de la faiblesse de l'autorité de l'Etat", lit-on dans le communiqué de la Présidence sanctionnant cette réunion.
Aussi, le chef de l'Etat a mis l'accent sur l'"impératif" du "renforcement des mesures coercitives en vue de protéger les citoyens et leurs biens de ces bandes criminelles qui sèment le chaos, terrorisent les citoyens et s'adonnent au trafic de drogue en se servant de l'argent sale".
Concrètement, le Président a décidé d'"interdire l'importation, la vente, la possession, l'utilisation ou la fabrication d'armes blanches, de sabres et de poignards, destinés aux bandes de quartier", mais aussi d'"exclure les personnes condamnées, membres de ces bandes, des procédures de grâce". Autre instruction donnée par le chef de l'Etat : "Instituer des mesures légales devant protéger les différents corps de sécurité, chargés de lutter contre ces bandes."
À ce titre, le locataire du Palais d'El-Mouradia a recommandé d'"intensifier l'action de la Commission nationale et des sous-commissions locales créées dans le cadre dudit projet d'ordonnance soumis à débat, tout en impliquant la société civile dans la lutte contre cette criminalité passible de peines proposées allant de 5 ans à la perpétuité en cas d'homicide, assorties d'une amende allant jusqu'à 2 millions de dinars".
Même le phénomène du kidnapping est dans le collimateur du président Tebboune qui a d'ailleurs chargé le ministre de la Justice d'"élaborer une loi contre le kidnapping pour préserver la sécurité des citoyens et de leurs enfants".
Le 11 août dernier, à l'occasion de l'installation du nouveau président près la Cour d'Alger, Mokhtar Bouchrit, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, avait assuré qu'"un projet de loi de lutte contre les phénomènes d'insécurité dans les quartiers était en cours de finalisation".
Après avoir déploré la prolifération du phénomène des gangs qui "s'affrontent avec tous types d'armes blanches, y compris les sabres", M. Zeghmati avait alors soutenu que la justice "se doit de préserver la paix et la sécurité par tous les mécanismes juridiques et de faire preuve de rigueur dans leur traitement au vu de leur gravité".
Après avoir enregistré une relative baisse en 2019, notamment avec le Hirak, la criminalité urbaine a repris du poil de la bête en cette année 2020, notamment avec le confinement. Les batailles rangées entre gangs rivaux, souvent armés de poignards, sont devenues monnaie courante, notamment dans les grandes villes comme Alger, Oran, Constantine ou encore Annaba, plongeant ainsi la société dans l'inquiétude et la peur.
Rien q u'à Alger, les services de la Police judiciaire de la sûreté de wilaya d'Alger ont traité durant le mois de mai dernier, pas moins de 2 851 affaires ayant entraîné l'arrestation de 2 070 présumés auteurs. En juillet, les mêmes services ont traité plus de 3 300 affaires ayant donné lieu à l'arrestation de près de 4 000 suspects. C'est dire l'urgence d'une intervention ferme et musclée des autorités pour mettre un terme à cette spirale de violence.

Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.