Liverpool : la blessure de Fabinho inquiète Klopp    Real : Benzema égale un record de Messi    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Tribunal de Tipasa: Le procès de l'ex-wali d'Alger Zoukh reporté au 17 novembre    Le Vote Des Expatriés En Question    Ligue des champions d'Europe: Gros suspense à Turin et Manchester    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    FAF: L'AGO a adopté les bilans    UN COMBAT CONTRE SOI    Covid-19: «Le retour au confinement partiel n'est pas exclu»    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    CAN-2021/Zimbabwe: "Ce serait bien de réaliser de bons résultats face à l'Algérie" (Kadewere)    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Actucult    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Le Real de Madrid doit réagir    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fille des Aurès
56e partie
Publié dans Liberté le 17 - 09 - 2020

Résumé : Nawel tente par tous les moyens de convaincre Hakima. Le passé est derrière elle, et l'avenir lui sourit. Mais cette dernière n'en démord pas. Elle est persuadée que la proposition de Faouzi ne tient qu'à un fil, car sa famille s'opposera à coup sûr dès qu'elle connaîtra tous les détails sur elle.
Faouzi faisait les grands pas dans le salon où sa mère venait de servir le dîner.
-Maman, je t'en prie écoute-moi, comprends donc les choses.
-Que veux-tu que je comprenne ? Tu veux épouser une fille sans racines ? Qui est cette fille ? Qui sont ses parents ? N'est-elle pas le fruit d'un péché ? Tu veux donc ramener le péché sous mon toit ?
-Maman, avant tout, il faut que tu saches que Hakima est une fille formidable, elle est intelligente, cultivée, et bien éduquée. Elle a... Elle a un comportement irréprochable.
-Bien sûr. Elle sort d'une institution publique, l'interrompt sa mère d'un air ironique. Que pourrait être une fille élevée dans un orphelinat ? D'ailleurs où habite-t-elle ?
-À la cité universitaire.
-Ah... Tu veux donc que j'aille demander sa main à la cité universitaire. Je vais m'adresser à qui ? À l'administration de la cité, ou vais-je devoir m'adresser à l'orphelinat ?
Faouzi lève une main suppliante :
-S'il te plaît mère. S'il te plaît cesse de te moquer de moi. Je ne fais que te parler d'une fille qui ne voulait pas donner suite à ma proposition avant que je t'en parle.Tu vois... Elle est si susceptible qu'elle a peur de choquer les autres.
La vieille femme se saisit d'un éventail et se met à s'éventer :
-J'aimerais bien te croire mon fils. Mais il se trouve que j'ai déjà pris les devants pour toi.
-Quoi ? Que veux-tu dire par là ?
-Tu as oublié donc notre dernière conversation au sujet de Zohra ?
-Zohra ?
-Oui Zohra ta cousine. Vous avez été élevés ensemble et vous vous connaissez bien. Zohra est une fille bien comme il faut et elle a des doigts en or. Elle est cordon bleu et sait tenir parfaitement une maison. Que te faudra-t-il de plus et où trouveras-tu mieux que ta cousine ? Faouzi demeure interdit. Il se pince, non il ne rêvait pas... Il était devant sa mère, qui lui parlait de sa cousine Zohra. Un nom qui le faisait sursauter à chaque fois qu'il l'entendait.
Il s'approche de sa mère, et lui prend l'éventail des mains :
-Tu veux faire mon malheur maman ? Sa mère lui caresse les cheveux.
-Je veux plutôt t'empêcher de faire ton malheur. Pourquoi choisis-tu une fille sans famille, alors que Zohra n'attend qu'un signe de toi ?
-Mais tu n'y penses pas maman. Je ne pourrais jamais imaginer cette fille comme mon épouse. D'ailleurs, on se déteste mutuellement. Tu oublies donc nos disputes ?
-Cela n'a plus rien à voir. Vous êtes tous les deux adultes aujourd'hui. Les querelles font partie du passé. Zohra s'est assagie et toi aussi (elle sourit). D'ailleurs, je lui en ai déjà touché un mot et elle n'attend plus qu'un signe de toi.
Faouzi jette l'éventail et se relève promptement :
-Je vois que tu as déjà tout manigancé. Tu veux me lier à Zohra... Une infirme. Elle boite et elle a un bec de lièvre, et des cheveux qui poussent comme un palmier. Elle est inculte. Elle ne sait pas compter jusqu'à dix... Et...
Sa mère l'interrompt.
-Cesse de dire des méchancetés sur ma nièce. La beauté physique n'est pas tout chez une femme, et puis même si elle est laide, elle n'a pas eu à choisir son destin.
-Hakima non plus, lance Faouzi d'une voix forte.
Irritée sa mère se lève.
-Tu veux que je te dise mon fils :
Elle ôte son foulard et tire sur ses cheveux.
-Tant que je suis de ce monde, et tant qu'il me restera un seul cheveu sur ma tête, je jure devant Dieu Tout-Puissant que cette fille sans origines, que tu veux ramener de la rue sous mon toit, ne sera jamais des nôtres. Tu veux donc me ridiculiser devant la famille et nos ennemis ? Ton pauvre père doit se retourner dans sa tombe. Où est passée donc ta fierté, Faouzi ? Cette fille t'a déjà anéanti. Elle veut te mettre le grappin dessus. Bien sûr où trouvera-t-elle meilleur parti ? Une fille de rue comme elle ? Alors écoute-moi bien : où tu consents à épouser ta cousine Zohra, où tu n'es plus mon fils.
À ce moment précis, Zohra entre au salon. Elle s'assoit près de sa tante et se serre contre elle, puis elle ébauche un sourire et fait un clin d'œil à Faouzi. Ce dernier, rouge comme une pivoine, s'empresse de quitter les lieux.
Il se dirige vers sa chambre et s'enferme à double tour.
Des larmes de déception et d'amertume coulaient sur ses joues. Il comprenait enfin la détresse de Hakima, sa souffrance, et le mal être des amoureux incompris. Demain, il en rediscutera longuement avec Hamid. Il n'abandonnera jamais Hakima, même au prix de sa propre vie.

(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.