Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    L'AC Milan et Tottenham de retour    Macron et l'arabe    Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le port de Skikda renforcé    La liberté dans le respect de l'autre    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Musulmans de France, tous coupables ?    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enfin un gouverneur !
Banque d'Algérie
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2020

Après plusieurs mois d'instabilité dommageable pour la crédibilité du pays, le président de la République a annoncé, avant-hier, la nomination d'un nouveau gouverneur de la Banque centrale.
La Banque d'Algérie (BA), banque des banques, autorité "régalienne" ; ou censée l'être, pour gérer le dinar, les réserves de change et toute la sphère bancaire nationale, a enfin un premier responsable à sa tête... Après plusieurs mois d'instabilité plus que dommageable pour l'économie nationale et la crédibilité du pays vis-à-vis de l'étranger, le président de la République a annoncé, avant-hier, la nomination officielle d'un nouveau gouverneur pour diriger la Banque centrale.
Celui qui, en l'occurrence, porte sa signature personnelle sur nos billets de banque comme gage de confiance et de crédit en la monnaie nationale. Le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, a ainsi indiqué avant-hier, lors de sa traditionnelle entrevue télévisée avec des représentants de médias nationaux, avoir "signé, la semaine dernière, le décret portant nomination de Rosthom Fadhli au poste de gouverneur de la Banque d'Algérie".
Haut cadre de la Banque centrale, Rosthom Fadhli, qui a été porté auparavant au poste de vice-gouverneur de la BA par l'ex-gouverneur et actuel ministre des Finances, Ayman Ben Abderrahmane, est notamment réputé, selon des intervenants de la sphère bancaire nationale, pour son "capital expérience" dans le domaine des relations financières extérieures.
Avant de devenir l'un des trois vice-gouverneurs de la BA, Rosthom Fadhli a, en effet, occupé auparavant le poste de premier responsable de la Direction générale des relations financières extérieures ; l'une des structures-clés de la Banque centrale.
Le choix de sa nomination comme gouverneur de la mère des banques intervient, faut-il le souligner, dans un contexte où l'Algérie se voit de plus en plus confrontée à l'aggravation de ses déséquilibres financiers internes et externes, conséquemment à la mauvaise tenue des prix du pétrole et des incidences fâcheuses de la crise sanitaire sur l'économie et les finances du pays.
Lors de la dernière réunion du Conseil des ministres, tenue avant-hier, le président de la République a d'ailleurs évoqué, formellement et pour la première fois, l'opportunité d'envisager des recours ciblés à des financements extérieurs, qui, faut-il le rappeler, sont de nouveaux autorisés par la loi de finances 2020, après plus d'une décennie d'interdiction.
En ce sens, le chef de l'Etat, note le communiqué du Conseil des ministres, a donné officiellement instruction à son gouvernement d'"œuvrer à tirer profit d'institutions financières internationales", comme la BAD et la SFI, en proportion de la contribution de l'Algérie à celles-ci, comme le font d'autres pays, "et ce, en obtenant notre part de postes dans leurs organes et en bénéficiant de leurs moyens en matière de financement...", a-t-il ainsi précisé.
Aussi, tant pour gérer d'éventuels recours à l'endettement extérieur que pour veiller à la stabilité du dinar, le reliquat finissant des réserves de change et la liquidité très resserrée du secteur bancaire, la Banque d'Algérie, avec un gouverneur officiel à sa tête, est désormais appelée à tenir pleinement son rôle et ses missions naturels, en qualité de seule autorité compétente et légitime en matière de politique monétaire.
Encore faut-il, pour ce faire, que sa souveraineté et son autonomie soient suffisamment mises à l'abri des coutumières et néfastes interférences politico-bureaucratiques.

Akli REZOUALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.