(En cours) FC Barcelone 1 – Real Madrid 1    Everton: James Rodriguez finalement apte face à Southampton ?    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Plan national de reboisement : un milliard de plants mis en terre depuis le lancement    L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global en Libye    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Calendrier chargé pour les magistrats    Les grosses écuries au rendez-vous, à l'exception de Naples    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Les parents toujours inquiets    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Les engagements du wali    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Station multimodale de Bir Mourad Raïs : De nouveaux délais pour la réception du projet    "un reconfinement partiel n'est pas à exclure si..."    Djerad désavoue le wali d'Oran    Le calendrier des compositions dévoilé    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Djelloul Djoudi condamné à 3 mois de prison avec sursis    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    L'amendement constitutionnel ouvre de ‘'nouvelles perspectives aux jeunes''    Le droit des citoyens à l'information garanti dans le projet d'amendement constitutionnel (Abdelaziz Belaid)    Attar à Hassi Messaoud après un incendie    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    FC Barcelone - Real Madrid: Un Clasico lourd de conséquences !    Par-delà l'image    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il est temps de restituer l'Etat à la nation"
Célébration du 57e anniversaire de la fondation du FFS
Publié dans Liberté le 30 - 09 - 2020

Lors d'un meeting animé hier à Tizi Ouzou, le secrétaire national du FFS, Youcef Aouchiche, a réaffirmé le refus de son parti de cautionner le référendum sur la nouvelle Constitution.
"Le FFS ne cautionnera pas le scrutin du 1er novembre qui constitue une énième violence constitutionnelle et un coup de force de trop contre la volonté populaire", a déclaré Youcef Aouchiche, qui intervenait devant le siège du parti, autour duquel un important dispositif policier a été déployé. Pour motiver le rejet par son parti de la feuille de route engagée par le pouvoir dans le cadre de la révision de la Constitution, Youcef Aouchiche a convoqué l'histoire de son parti dont la création est, a-t-il dit, "venue comme une réponse à la confiscation de la souveraineté populaire et le premier coup de force constitutionnel".
"57 ans après, le pouvoir garde les mêmes réflexes et poursuit dans sa gestion autoritaire et unilatérale les affaires du pays", a-t-il soutenu. Pour l'orateur, persister dans cette démarche, c'est parier sur l'échec. "La logique du passage en force et l'absence d'une réelle volonté politique à opérer les changements pour instaurer un véritable changement dans le pays risquent de prolonger et d'aggraver la crise et d'élargir le fossé qui sépare le pouvoir et le peuple", a-t-il estimé.
Face à cette situation qui risque, a-t-il insisté, de provoquer des fractures mettant en danger la cohésion nationale, le responsable du FFS a réaffirmé l'attachement de son parti à un "processus politique constituant et la reconstruction d'un consensus national fondateur et fondamental dans le cadre d'une démarche de dialogue sincère". "Il est temps de restituer l'Etat à la nation. Cela implique la restitution au peuple sa souveraineté pleine et entière à travers l'exercice de son droit à l'autodétermination individuelle et collective.
En un mot, il est temps de redonner la parole au peuple", a-t-il insisté. Quant au Hirak, Aouchiche a considéré que le changement est inéluctable dans notre pays. "Le changement est une œuvre collective qui se construit. Il doit se construire loin de la division, des polémiques stériles et des basses confrontations idéologiques, claniques ou régionalistes", a-t-il lancé. "Ignorer ce processus, c'est refuser au peuple algérien et sa révolution pacifique le libre exercice et son droit à l'autodétermination", a-t-il insisté. Revenant sur les positions politiques du parti, Youcef Aouchiche s'est montré rassurant envers ses militants. "Contrairement à ce que véhiculent certains esprits malintentionnés, il n'y a aucune différence entre le FFS que nous avons hérité de Hocine Aït Ahmed et le FFS d'aujourd'hui", a-t-il affirmé.
"Le cap est toujours le même : le changement du système et l'instauration d'une République démocratique et sociale tel qu'énoncé dans la proclamation de Novembre et préfiguré dans les résolutions de la Soummam", a-t-il encore rassuré. Il a enfin tenu à rendre un hommage particulier aux anciens de 1963. "Si nous sommes là, c'est grâce à vos sacrifices et à votre double engagement, en combattant le colonialisme, puis en vous dressant avec dignité contre la confiscation du pouvoir et le détournement de la Révolution", a-t-il lancé, avant de réclamer pour eux "un statut de martyrs".
À la fin du meeting, les militants présents ont entamé une marche vers le cimetière de M'douha pour un recueillement à la mémoire des martyrs de 1963. Une délégation de militants et de cadres du parti s'est ensuite rendue à Aït Yahia pour se recueillir sur la tombe du regretté Hocine Aït Ahmed.


K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.