Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel
à l'issue de son Conseil national
Publié dans Liberté le 27 - 09 - 2020

Auréolé par la réunification de ses rangs, le Front des forces socialistes passe à l'essentiel. Il annonce son refus de "cautionner" le référendum sur la révision constitutionnelle et "met en garde" contre une "énième violence constitutionnelle".
Pour le Front des forces socialistes, l'élaboration de la loi fondamentale est "un acte éminemment politique qui doit être l'émanation de la volonté populaire dans le cadre d'un processus politique constituant en mesure de susciter l'adhésion et la participation de toutes les forces vives de la nation".
Plus que cela, le parti du tout nouveau premier secrétaire national, Youcef Aouchiche, a estimé qu'au lieu de cela, le projet de la révision constitutionnelle, telle que présentée par le pouvoir "(...) a pour finalité de sécuriser le pouvoir et d'assurer le renouvellement et la pérennité du système plutôt que de sanctuariser et sécuriser la nation en la dotant d'un socle constitutionnel incontesté et incontestable".
Le Front des Forces socialistes reproche notamment au pouvoir le fait que cette démarche de la révision constitutionnelle soit appuyée par "des institutions aux ordres, des médias comme outil de propagande, une administration centrale et locale renouvelée pour la circonstance, un appareil judiciaire et policier pour briser toute opposition, ainsi que des groupuscules politiques et une pseudo-société civile préfabriqués pour servir d'outils de propagande ou de relais de soutien".
C'est parce que "le peuple algérien ne se sent pas concerné" par le scrutin référendaire, que le FFS "ne cautionnera pas le scrutin du 1er novembre qui constitue une énième violence constitutionnelle et un coup de force de trop contre la volonté populaire".
Il appelle, au contraire, à un "dialogue inclusif et sincère" et exhorte les citoyens "à poursuivre par des voies pacifiques et politiques la lutte pour exiger un véritable changement tout en demeurant vigilants face à ceux qui veulent semer le chaos et porter atteinte à l'intégrité nationale et à la cohésion sociale".
Il propose l'adoption d'un "processus constituant" menant à l'élaboration d'une "Constitution consensuelle". Au sujet de l'actualité politique, le FFS a critiqué les restrictions des libertés.
La résolution du conseil national du parti a expliqué que le FFS "s'élève avec force contre les entraves à l'exercice politique et le droit de réunion et d'organisation, des acquis arrachés grâce à de hautes luttes que nul ne peut remettre en cause aujourd'hui". Il dénonce "le recours à la répression" et "exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus politiques et d'opinion".
S'il ne fixe pas de date précise pour la tenue de son congrès unificateur, le conseil national du parti "salue et encourage la nouvelle direction du parti à poursuivre ses efforts visant la réunification et au rassemblement de la famille FFS".
En attendant d'arrêter une date pour le congrès, le parti fondé par Hocine Aït Ahmed, il y a 57 ans, veut faire de la journée du 29 septembre, célébrant sa création en 1963, "une date de communion, de retrouvailles et de réconciliation entre l'ensemble des militants du FFS".

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.