Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    Algérie-Hongrie: approfondir le dialogue politique au service du partenariat bilatéral    L'état de santé du président Tebboune "n'inspire aucune inquiétude"    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    AG ordinaire de la FAF: adoption des bilans moral et financier    Le projet d'amendement de la constitution consacre un article important pour la protection des terres agricoles    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    Le Président ne sera pas présent à la Grande Mosquée    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    Révision de la Constitution: la loi organique relative au régime électoral fixe les règles du silence électoral    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    Boukadoum s'entretient avec le Secrétaire général des Nations unies    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    Le Real de Madrid doit réagir    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    Erdogan appelle au boycott des produits français    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    MC Saïda: Un effectif chamboulé    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fille des Aurès
68e partie
Publié dans Liberté le 01 - 10 - 2020

Résumé : À la fin de la soirée, Ammir embrasse Nawel sur les deux joues. Cette dernière est confuse. Hakima eut bien du mal à réprimer son fou rire. Elle taquine Nawel et lui avoue qu'elle avait remarqué qu'Ammir ne l'avait pas quittée des yeux durant toute la soirée. Nawel proteste et prétend qu'elle ne s'en était pas rendu compte.
Nawel lui donne une tape sur la main.
-Assez parler de moi. Quand partiras-tu à Cannes ?
-Dans deux jours.
-Bien, j'aurais la paix pour une semaine au moins.
Hakima lui pince encore la joue.
-Tu iras rencontrer Ammir. Il t'appellera sûrement bientôt pour te réitérer l'invitation de sa mère. Elle est si affectueuse cette honorable dame, qu'à ta place je n'aurais pas le courage de repousser cette invitation.
-Tu es invitée toi aussi, je te le rappelle.
-Oui, mais l'attention est plutôt focalisée sur toi. Moi, je serai absente.
Nawel fait la moue.
-Eh bien, je refuserai de m'y rendre sans toi. Je ne suis pas obligée de répondre à cette invitation dans l'immédiat.
Hakima sourit.
-Non bien sûr, mais je te signale que les Indiens n'aiment pas trop se faire attendre. Alors "merirasté", et "apnérasté".
-Pardon ?
-Merirasté (je prends mon chemin) et apnérasté (tu prends ton chemin)
-Ah non ! S'il te plaît Hakima, ne me laisse pas seule. J'aime bien ces gens, mais je me sens gênée. Et je n'ai pas le droit de les décevoir, tu me comprends.
-Kourib (presque). Tu en fais un mouchkil (problème) pour une affaire très simple.
Elle serre la main de son amie qui conduisait prudemment sur l'autoroute assez fluide à cette heure tardive de la nuit.
-Ne t'en fais donc pas, je sais que tu sauras faire ce qu'il faudra au moment venu.
Le lendemain, Hakima se rend à son journal pour récupérer son billet d'avion. Elle discute un moment avec Hamid, qui lui rappelle sa mission et la nécessité d'assurer des envois quotidiens, puis donne rendez-vous au reste de l'équipe pour le lendemain matin. Ils devraient tous se retrouver à l'aéroport à l'heure prévue.
Avant de quitter la rédaction, elle se rend à la rubrique sportive pour sermonner Adel et lui rappeler que Nawel l'attendait pour sa consultation.
Le jeune homme semblait gêné, mais tente de sourire.
-Je n'aime ni les hôpitaux ni les blouses blanches, encore moins l'odeur de l'éther et de l'alcool. Nawel n'a pas son propre cabinet ?
-Non, elle est bien auprès de ses malades à l'hôpital. Tu ne vas tout de même pas refuser une consultation dans son service.
-Je passerai demain matin. J'espère que je n'aurai pas à trop attendre. Je ne me sens pas du tout à l'aise dans ces lieux de souffrance.
Hakima lui tapote l'épaule.
-Ne t'en fais donc pas. Nawel te prendra en charge rapidement. C'est promis.
Elle lui fait un signe amical et quitte les lieux.
L'enquête
Faouzi arrive dans le village indiqué par Hamid. On était déjà au crépuscule, et il avait passé beaucoup de temps à repérer l'endroit. Grâce à un taxieur enfin, il put arriver sans trop de mal à la lisière de la forêt où se dressait la mosquée en question. Des fidèles se regroupaient pour la prière d'el- maghreb, et Faouzi a dû attendre encore un moment avant de pouvoir accéder à l'intérieur de l'édifice.
L'imam reconnut tout de suite l'étranger de passage et descendit de son minbar pour l'accueillir.
-Sois le bienvenu, jeune homme. Viens t'asseoir un moment avec nous, je vois que tu viens d'arriver.
Faouzi s'assoit à même le tapis, et son hôte lui tapote l'épaule.
-Je m'apprêtais à siroter un thé. Dieu a voulu que tu y prennes part.
Faouzi incline la tête et remercie l'imam.
-Je ne suis que de passage dans votre village. Mon taxi m'attend.
-Je vois. Que puis-je faire pour toi, jeune homme ?
Un jeune garçon vint déposer une théière et deux verres. L'homme de culte verse la boisson chaude et parfumée à la menthe. Il tend un verre à Faouzi.
-On voit que tu viens de la grande ville. Cherches-tu après quelqu'un ?
Faouzi hoche la tête.
-Oui. Mais je ne sais vraiment pas par où commencer. En fait, je cherche après la famille d'un bébé déposé sur les escaliers de cette mosquée, il y a un peu plus de 26 ans.
L'imam dépose vivement son verre et pâlit.
-Hein ? Tu parles d'une histoire qui remonte à plus d'un quart de siècle.
-Oui. Je vais tenter de remonter la piste de cet enfant. De ses origines.
L'imam lui jette un regard curieux.
-Qui es tu jeune homme ? Et de quel droit tentes-tu de retrouver la piste d'un bébé kidnappé il y a plusieurs années ?
Faouzi sursaute.
-Kidnappé ? Tu as bien dit kidnappé ?
L'imam se mordit la langue. Avait-il parlé trop vite ? S'était-il engagé trop loin ?
Faouzi insiste.
-Je veux tout savoir sur cette histoire.
Il prend la main de l'imam et poursuit.
-Je vous en conjure vénérable homme. Ce bébé est aujourd'hui une jeune et jolie femme. Elle travaille dans un journal dont je suis le rédacteur en chef. Et je veux l'épouser devant Dieu et ses hommes. Mais...
L'imam lui tapote la main.
-J'ai compris. J'ai compris mon fils. Toutefois si vraiment tes intentions sont nobles, je ne lésinerai pas à t'aider. Mon père avait déjà entamé des recherches à l'époque. Mais il était trop vieux et trop malade. Il est mort avant d'avoir pu faire quoi que ce soit.
-Ton père ?
-Oui, l'ancien imam de cette mosquée. À cette époque j'étais encore étudiant. C'est bien plus tard que j'ai eu vent de cette histoire qui avait bouleversé tous les habitants de notre village si calme et si serein d'habitude.

(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.