Les angles de l'ingérence    Saïd Bouhadja n'est plus    Non-respect de l'échéancier de paiement: Sonelgaz met en garde les abonnés    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Oran: Neuf harraga et trois passeurs arrêtés    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    Le gouvernement entretient le suspense    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Déjà en phase de modernisation    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Liberté pour Yacine Mebarki    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un tableau sur la réalité des enfants de l'émigration
"Les funambules", de Mohammed Aïssaoui
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2020

Paru chez Gallimard en juin 2020, ce livre de Mohammed Aïssaoui est à la fois un roman et un récit autobiographique qui a marqué la rentrée littéraire 2020 en France, puisqu'il a été présélectionné pour le Goncourt et le Renaudot. Pour en suivre le fil conducteur, il faut savoir que l'auteur, né à Alger en 1964, a quitté son pays natal et vit en France depuis l'âge de 9 ans.
Aujourd'hui, il est journaliste au Figaro et auteur de plusieurs ouvrages, dont Le Goût d'Alger (Mercure de France, 2006), L'Affaire de l'esclave Furcy (Gallimard 2010, prix Renaudot de la même année, livre porté au théâtre), Petit éloge des souvenirs (Gallimard 2014)... Les Funambules, roman en lice pour le Renaudot 2020, "évoque l'amour, les démunis, mais aussi la difficulté identitaire à être "d'ici" et de "là-bas"".
Le personnage principal, Kateb, biographe pour anonymes, "tente de garder l'équilibre entre ce "là-bas" et cet "ici" que chantaient jadis, comme une espèce de fado du Maghreb, les chanteurs de l'exil". Kateb est aussi à la recherche de Nadia, son amour de jeunesse qu'il espère retrouver en allant "à la rencontre de bénévoles associatifs et de personnes démunies". Ce livre est leur médaille. Les funambules, ce sont eux ; c'est lui, aussi, Kateb. Le déchirement entre "ici" et "là-bas" est une réalité de la vie des émigrés, toutes générations confondues.
La solution est de "vivre avec, malgré tout, de jouer l'équilibré et de garder le meilleur des deux, comme le veut la parole sage". Cet entre-deux est aussi social. "Enfant, Kateb a vécu dans une maison sans toit, se nourrissait de pain trempé dans de l'huile d'olive et s'habillait au Secours populaire. Aujourd'hui, il est biographe, propriétaire d'un appartement parisien et fait des footings dans le jardin du Palais-Royal." Comment assumer cet embourgeoisement tout en restant fidèle à son parcours ? En s'engageant dans l'action associative en faveur des démunis, répond l'auteur.
Même si Kateb n'a pas honte d'avoir été pauvre, il a l'impression que les démunis qu'il rencontre, eux, ont honte de leur état. Ils lui font savoir que le fossé entre eux est si profond qu'il ne peut pas les comprendre. Lui, il préfère continuer de côtoyer les bénévoles et les SDF "pour oublier ses errances" mais aussi dans l'espoir de retrouver Nadia. La retrouvera-t-il un jour ? En définitive, qui sont ces funambules ? "C'est nous tous, ce sont aussi bien les bénévoles, par exemple, des associations que le narrateur rencontre, mais ce sont aussi les gens démunis qui sont aidés par ces bénévoles", répond Mohammed Aïssaoui, avant d'ajouter : "Le roman tente de dire qu'on est tous dans le même bateau, aussi bien les gens aidés que les gens qui aident."
Dans cette logique, "il faut s'effacer, écouter, comprendre et trouver la fêlure", c'est l'obsession, "parce que c'est ce qui révèle chaque être, surtout chez ces funambules dont l'équilibre et la vie ne tiennent parfois qu'à un fil".

ALI BEDRICI
Les Funambules, de Mohammed Aïssaoui, éditions Gallimard, 224 pages, juin 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.