Le Dinar poursuit sa dégringolade    Une pénurie de 300 médicaments en Algérie    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Cavani fait gagner Manchester United face à Southampton    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Elevage : un nouveau dispositif d'approvisionnement d'aliments de bétail    Plus de peur que de mal pour Aribi    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Jeux olympiques et paralympiques: versement de subventions financières à neuf athlètes    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Campagne de lancement de la culture de colza    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Maradona, l'homme de la métamorphose    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    L'Opep+ examine les différentes options    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité
Parution du roman "Canicule glaciale" d'Amin Zaoui
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2020

C'est l'histoire de trois personnages différents culturellement et religieusement, mais qui se retrouvent liés par leur humanité dans une caserne à Oran, à la veille du déclenchement de la guerre de libération.
L'amitié, l'amour, la guerre ou encore le vivre-ensemble sont les divers sujets que nous retrouvons dans le dernier roman d'Amin Zaoui. Auteur prolifique, l'universitaire et chroniqueur, Amin Zaoui nous plonge dans une Algérie tant rêvée et espérée ; celle de la tolérance et de la diversité. Paru dernièrement aux éditions Dalimen, "Canicule glaciale" est une fresque poétique qui raconte le pays d'avant-guerre et les déchirures postindépendance.
C'est l'histoire de trois personnages très différents culturellement et religieusement, mais qui se retrouvent liés par leur humanité dans une caserne à Oran. Afulay, Augustin et Levy, chacun embarque le lecteur dans les méandres de son âme : trois tranches de vie, trois voix, dont le chemin les amène vers la même destinée, celle du combat pour une Algérie indépendante. Ces personnages dont chacun est le narrateur de sa propre histoire, nous font atterrir en premier lieu dans un village oublié Hab L'mlouk (cerise ou l'amour des rois). Afulay (en latin Apulée), fils de Lalla Rokia bent Abraham et de Daoud Rochdi, voit son existence bouleversée à l'arrivée du couple portugais les Gomez. Ce jeune réservé et mal dans sa peau qui pense avoir "une queue d'âne", manque d'assurance et il a surtout "mal à l'âme".
Augustin Girer, originaire de la ville de Lisieux (Normandie), mène une quête intérieure, celle de connaître ce père "L'homme soleil" qu'il n'a jamais vu ! Un père originaire d'Algérie, qui a fini par prendre le train sans dire au revoir. Dans une confession intime, il se livre à son copain de caserne, tout en s'avouant à lui-même : "Je raconte à Afulay, mais en réalité je me raconte à moi-même. J'ai peur d'égarer mon ombre sous ce soleil fort et séduisant ! Se raconter c'est savoir d'où on est venu. Savoir mesurer son ombre".
Le troisième à se confesser à ses camarades, le capitaine Levy Al N'qaoua, dont le grand-père était grand rabbin, est natif de Hénaya (Tlemcen). Plutôt solitaire, il abandonne l'école pour l'armée...Maniant l'art de la narration, Amin Zaoui projette son lecteur dans ces bribes d'histoires qui s'enchaînent et captivent sur le parcours de ces personnages, dont le vécu est loin d'être anodin et parsemé d'embûches. Malgré leurs différences, ils sont en communion. Ils partagent les peines et les joies ; les balades à Oran, les bars, les aspirations, les femmes... D'ailleurs, la femme tient une place prépondérante dans ce roman. Elle est la mère, la sœur, la grand-mère, la tante, l'amante...Elle est citoyenne avant tout, et le pilier de ces hommes.
A ce propos, nous pouvons lire : "Les femmes patrie plurielle, notre géographie ouverte". Dans cette caserne de l'armée française où nous découvrons ces personnages, nous sommes à la veille du déclenchement de la guerre de libération nationale. Les acolytes finissent par choisir l'autre clan, algérien. En revanche, après l'indépendance, les illusions sont vites rattrapées, car "l'espoir de construire un pays moderne, démocratique et pluriel sombre dans la haine et le clanisme". A partir de là, l'auteur fait un petit comeback sur les grands moments historiques de l'Algérie contemporaine ; entre coup d'Etat de Boumediene et l'assassinat de Krim Belkacem et Mohamed Khider.
Une situation qui "a transformé le rêve de construire un pays indépendant moderne en une chimère, l'Etat policier se confirme, il contrôle le pays et les individus avec une main de fer et de feu". Dans cette tragédie, Afulay connaîtra la métamorphose... "Canicule glaciale" est une ode à la tolérance, dans ce pays où cohabitaient toutes origines et confessions monothéistes dans la paix. Mais, aujourd'hui, cela fait partie d'un lointain souvenir qui s'est dissipé durant la décennie noire. Disponible en librairies, le dernier né d'Amin Zaoui est à lire sans modération.

H. M.
Canicule glaciale d'Amin Zaoui, Editions Dalimen, 2020, 234 pages, 900 da .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.