L'affaire de l'automobile sera rejugée    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    Des membres du COA convoqués par la justice    Ça coupe à Aïn-Naâdja !    La société civile espagnole renforce son soutien aux populations sahraouies    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    La dernière de Trump    La LFP ouvre un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Pr Amar Aït Ali Slimane plaide pour une gestion centralisée des lits d'hôpitaux    Saisie de 100 grammes de kif traité    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    Le Mouloudia d'Alger vise la victoire    Nul sur toute la ligne    L'héritage    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Sous pression    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Bientôt de nouvelles aides    Ouverture d'un guichet de la Casnos    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    La main de l'étranger à géométrie variable    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Le foot est mort    Ligue des champions: Buffles du Borgou - MCA, aujourd'hui à 15h00: Mettre fin à un syndrome africain    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Acquisition du vaccin anti-Covid: L'Algérie prudente    Une bande de malfaiteurs qui semait la terreur arrêtée    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Haddad, le grand casse
son procès a révélé un siphonnage en règle de l'argent public
Publié dans Liberté le 24 - 10 - 2020

Selon les différents rapports d'expertise présentés lors des auditions, Haddad est allé jusqu'à se payer les services d'anciens commis de l'Etat comme les walis qu'il finit même par propulser au rang de ministre.
Le verdict du procès en appel de l'homme d'affaires Ali Haddad tombera le 3 novembre prochain. La cour d'Alger, où s'est tenu le procès, a vu défiler, 8 jours durant, tous les accusés dans l'affaire dite Ali Haddad, à l'exception de l'ancien ministre de l'Industrie, Abdesselam Bouchouareb, en fuite à l'étranger, et contre lequel un mandat d'arrêt international a été émis.
Les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia, et Abdelmalek Sellal ainsi que plusieurs ministres et hauts fonctionnaires de l'Etat ont comparu pour des délits allant de la corruption, du transfert de fonds, d'abus de fonction à l'octroi d'indus privilèges dont a profité, depuis l'année 2000, le sulfureux patron du groupe ETRHB, condamné, en première instance, à une peine de 18 ans de prison ferme et à une amende de 8 millions de dinars.
Lors des auditions des mis en cause, au-delà des faits qui leur sont directement reprochés, un voile a été levé sur la manière dont les affaires de l'Etat ont été menées pendant deux décennies, sous le règne de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika.
Il ne s'agit pas à ce propos de relever uniquement les dysfonctionnements des institutions de l'Etat, dont les conséquences ne manquent évidemment pas de gravité, mais d'une rapine organisée, instituée et minutieusement élaborée au seul service d'une association de malfaiteurs qui, avec le temps et la garantie de l'impunité, a fini par faire main basse sur des départements importants : Transports, Travaux publics et Finances.
Comment expliquer sinon l'octroi à l'homme d'affaires de pas moins de 457 crédits d'investissement et bancaires au cours de ces 20 dernières années d'une valeur frôlant le chiffre astronomique de 211 000 milliards de centimes, l'équivalent de 18 milliards de dollars ! Une mise à sac des banques publiques sans pareille dans l'histoire du pays.
Moment marquant à la cour d'Alger ce jeudi 15 octobre : le juge de la 6e chambre a avoué lui-même avoir eu du mal à lire le montant des prêts dont a bénéficié l'ancien patron du Forum des chefs d'entreprise (FCE).
Plus grave, même avec une exonération des taxes de l'ordre de 30, voire 50% dans certains cas, la plupart des projets lancés par Ali Haddad sont aujourd'hui en souffrance quand d'autres n'ont tout simplement jamais vu le jour !
S'il aime à se présenter en opérateur économique, l'homme s'avère au final un redoutable homme de ficelles et de lobbying. Lentement mais sûrement, il a mis en place une stratégie de noyautage au plus haut sommet de l'Etat.
Comme l'ont révélé les différents rapports d'expertise présentés lors des auditions des accusés, Haddad va jusqu'à se payer les services d'anciens commis de l'Etat comme les walis qu'il finit même par propulser au rang de ministres.
Ces derniers, pour rendre la pareille, enchaîneront les signatures de contrats de passation de marchés publics au profit du patron de l'ETRHB. En haut de la pyramide, Saïd Bouteflika, le frère du président déchu, veille au grain, en assurant une impunité totale à Ali Haddad.
Pas moins de 255 appels ont été échangés entre les deux hommes en l'espace de 18 mois. Interrogé sur la nature de ces appels, Ali Haddad qui a comparu en visioconférence depuis sa prison de Tazoult, à Batna, voulait sans doute faire dans l'humour en déclarant qu'à peine s'échangeaient-ils les salamalecs à l'occasion des fêtes de l'Aïd notamment, mais on le comprend, les deux hommes, aujourd'hui en prison, nourrissaient en fait une proximité qui va bien au-delà des simples mondanités et qui a fini par coûter au Trésor public un préjudice de plusieurs milliards de dollars.

Karim BENAMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.