L'Armée sahraouie poursuit ses attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Alimentation saine et exercice, la combinaison parfaite    Euro 2020 : Le programme du jour    Les éclaircissements du ministère du Commerce: Blé français refoulé, importation des véhicules de moins de 3 ans    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    Tiaret: 55 tonnes d'aide humanitaire pour Ghaza    Titres miniers: 260 offres techniques pour 38 sites    L'AUTRE DON DU CIEL    Football - Ligue 1: Durs défis pour le CRB et le MCA    IRB Sougueur: Un club victime d'indifférence    USM Annaba: Un ratage qui s'explique    Coupures d'Internet durant le Bac: Une épreuve dans l'épreuve    Ministère de l'Intérieur: Un guichet pour le dépôt à distance de 50 dossiers administratifs    De nombreux postulants tardent à compléter leurs dossiers: L'étude des demandes de logements entravée    Quand on manque d'un projet de société    Le comptage des voix est en cours    Une banque algérienne pour l'export    L'Algérie carburera au sans plomb    Baisse de 19 % en 2020    Le Brent dépasse dépasse les 75 dollars    Quel bilan pour le gouvernement ?    Sept nouveaux qualifiés pour les 8es sans jouer    Brèves Omnisports    Un sans-faute pour les Algériens    Les indépendants soutiennent Tebboune    La «Bombe» H2O    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Responsables où êtes-vous?    La plaidoirie de Dalila Boudjemaâ    Lueur d'espoir    "Une 3e vague n'est pas à écarter" selon le professeur Akhamouk    Le triste sort d'une jeune femme Algérienne    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    La justice se penche sur la fraude électorale    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Une grande Histoire à apaiser    L'enjeu des locales et la survie des partis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Haddad, le grand casse
son procès a révélé un siphonnage en règle de l'argent public
Publié dans Liberté le 24 - 10 - 2020

Selon les différents rapports d'expertise présentés lors des auditions, Haddad est allé jusqu'à se payer les services d'anciens commis de l'Etat comme les walis qu'il finit même par propulser au rang de ministre.
Le verdict du procès en appel de l'homme d'affaires Ali Haddad tombera le 3 novembre prochain. La cour d'Alger, où s'est tenu le procès, a vu défiler, 8 jours durant, tous les accusés dans l'affaire dite Ali Haddad, à l'exception de l'ancien ministre de l'Industrie, Abdesselam Bouchouareb, en fuite à l'étranger, et contre lequel un mandat d'arrêt international a été émis.
Les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia, et Abdelmalek Sellal ainsi que plusieurs ministres et hauts fonctionnaires de l'Etat ont comparu pour des délits allant de la corruption, du transfert de fonds, d'abus de fonction à l'octroi d'indus privilèges dont a profité, depuis l'année 2000, le sulfureux patron du groupe ETRHB, condamné, en première instance, à une peine de 18 ans de prison ferme et à une amende de 8 millions de dinars.
Lors des auditions des mis en cause, au-delà des faits qui leur sont directement reprochés, un voile a été levé sur la manière dont les affaires de l'Etat ont été menées pendant deux décennies, sous le règne de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika.
Il ne s'agit pas à ce propos de relever uniquement les dysfonctionnements des institutions de l'Etat, dont les conséquences ne manquent évidemment pas de gravité, mais d'une rapine organisée, instituée et minutieusement élaborée au seul service d'une association de malfaiteurs qui, avec le temps et la garantie de l'impunité, a fini par faire main basse sur des départements importants : Transports, Travaux publics et Finances.
Comment expliquer sinon l'octroi à l'homme d'affaires de pas moins de 457 crédits d'investissement et bancaires au cours de ces 20 dernières années d'une valeur frôlant le chiffre astronomique de 211 000 milliards de centimes, l'équivalent de 18 milliards de dollars ! Une mise à sac des banques publiques sans pareille dans l'histoire du pays.
Moment marquant à la cour d'Alger ce jeudi 15 octobre : le juge de la 6e chambre a avoué lui-même avoir eu du mal à lire le montant des prêts dont a bénéficié l'ancien patron du Forum des chefs d'entreprise (FCE).
Plus grave, même avec une exonération des taxes de l'ordre de 30, voire 50% dans certains cas, la plupart des projets lancés par Ali Haddad sont aujourd'hui en souffrance quand d'autres n'ont tout simplement jamais vu le jour !
S'il aime à se présenter en opérateur économique, l'homme s'avère au final un redoutable homme de ficelles et de lobbying. Lentement mais sûrement, il a mis en place une stratégie de noyautage au plus haut sommet de l'Etat.
Comme l'ont révélé les différents rapports d'expertise présentés lors des auditions des accusés, Haddad va jusqu'à se payer les services d'anciens commis de l'Etat comme les walis qu'il finit même par propulser au rang de ministres.
Ces derniers, pour rendre la pareille, enchaîneront les signatures de contrats de passation de marchés publics au profit du patron de l'ETRHB. En haut de la pyramide, Saïd Bouteflika, le frère du président déchu, veille au grain, en assurant une impunité totale à Ali Haddad.
Pas moins de 255 appels ont été échangés entre les deux hommes en l'espace de 18 mois. Interrogé sur la nature de ces appels, Ali Haddad qui a comparu en visioconférence depuis sa prison de Tazoult, à Batna, voulait sans doute faire dans l'humour en déclarant qu'à peine s'échangeaient-ils les salamalecs à l'occasion des fêtes de l'Aïd notamment, mais on le comprend, les deux hommes, aujourd'hui en prison, nourrissaient en fait une proximité qui va bien au-delà des simples mondanités et qui a fini par coûter au Trésor public un préjudice de plusieurs milliards de dollars.

Karim BENAMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.