Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reprise des négociations tripartites aujourd'hui
Barrage sur le Nil
Publié dans Liberté le 27 - 10 - 2020

Le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie ont prévu une réunion aujourd'hui consacrée au barrage éthiopien sur le Nil, alors que les pourparlers sont au point mort depuis trois mois, a annoncé hier le ministère soudanais de l'Irrigation. Le projet du Grand Barrage de la renaissance (Gerd), lancé en 2011 par l'Ethiopie, suscite des tensions en particulier avec l'Egypte, pays de plus de 100 millions d'habitants qui dépend à 97% du Nil pour son approvisionnement en eau.
Les ministères des Affaires étrangères et de l'Irrigation des trois pays doivent se réunir par visioconférence afin de "reprendre les négociations tripartites sur le Barrage éthiopien de la renaissance, à l'invitation de l'Afrique du Sud", que préside l'Union africaine (UA), parrain des pourparlers, selon le communiqué ministériel. Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a salué cette initiative, "indiquant une volonté politique forte et un engagement des trois parties (...) en faveur d'une résolution pacifique et amiable de l'affaire du Gerd", selon le compte Twitter de l'UA.
Les discussions étaient suspendues depuis août en raison de désaccords persistants entre les trois capitales. La principale pierre d'achoppement concerne les modalités de remplissage du réservoir du barrage. L'Ethiopie a annoncé le 21 juillet avoir atteint son objectif de remplissage pour la première année. Les tensions s'étaient exacerbées cet été de façon inédite, l'Egypte ayant adressé en juin ses griefs concernant l'installation hydroélectrique au Conseil de sécurité de l'ONU.
Le Caire et Khartoum, en aval du fleuve, souhaitent un accord, notamment sur la gestion du barrage. Addis Abeba, qui juge le Gerd essentiel à son développement, y est réticente. Outre le parrainage de l'UA, les discussions sont également suivies par l'Union européenne, le Fonds monétaire international, les Etats-Unis et la Banque mondiale. Le Nil, qui coule sur quelque 6 000 km, est une source d'approvisionnement en eau et en électricité essentielle pour une dizaine de pays d'Afrique de l'Est.
En marge de l'annonce à Washington d'un accord de normalisation des relations entre Israël et le Soudan, le président américain, Donald Trump, a évoqué vendredi le risque que l'Egypte détruise le barrage, suscitant la colère de l'Ethiopie. "C'est une situation très dangereuse (...) Ils (les Egyptiens) finiront par faire sauter le barrage. Je le dis haut et fort : ils feront sauter ce barrage. Ils doivent faire quelque chose", a déclaré M. Trump à des journalistes.


R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.