Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Ould Kaddour dans le collimateur    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Sans diagnostic point de remède !    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La privatisation des banques remise sur le tapis
Face au tarissement des sources de financement
Publié dans Liberté le 14 - 11 - 2020

L'ouverture du capital des banques publiques ainsi que l'ouverture de nouvelles banques privées ont été évoquées, à nouveau, par le ministre des Finances.
Sous la pression de la crise, le gouvernement envisage à nouveau d'ouvrir le capital des banques publiques, une option présentée par le ministre des Finances comme une des solutions envisagées aux fins de diversifier les ressources financières. L'annonce a été faite par le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, lors d'une séance plénière consacrée aux réponses aux questionnements soulevés par les députés, dans le cadre des débats sur le projet de loi de finances 2021.
La hausse du déficit budgétaire a suscité la curiosité des membres de la Chambre basse du Parlement qui s'interrogeaient sur le comment de son financement à l'heure où les disponibilités financières se réduisent comme peau de chagrin. Répliquant à la problématique posée par les députés, le ministre des Finances a assuré que le gouvernement travaille sur un plan permettant la diversification des sources de financement de l'économie à travers des ressources alternatives aux hydrocarbures et qui seront accompagnées de nouvelles mesures afin de garantir l'efficacité des dépenses publiques.
Les procédures de diversification des ressources financières incluent également "des réformes visant le développement et l'amélioration des produits de la finance et des assurances islamiques, la redynamisation de la Bourse d'Alger, la promotion du rôle des banques dans l'accompagnement de l'investissement et des entreprises et l'ouverture du capital des banques publiques ainsi que l'ouverture de nouvelles banques privées", a indiqué le ministre.
Même si le gouvernement semblait avoir tranché, ses plans en faveur de l'ouverture du capital des banques publiques doivent encore faire l'objet d'études et de discussions. Par souci de faire face à la crise de liquidités, l'Etat propriétaire a jugé utile de tailler dans sa présence dans l'actionnariat et la gouvernance de ses banques.
Le gouvernement sait que tôt ou tard les vraies problématiques du secteur bancaire vont ressurgir après avoir été cachées par la planche à billets ; laquelle option avait permis de renflouer à coups de centaines de milliards de dinars les caisses de nombre de banques publiques. Cette alternative semble avoir montré ses limites, puisque les banques publiques sont aussitôt retombées dans la sous-liquidité après que les autorités aient décidé de lever le pied sur la création monétaire.
Avec l'idée d'ouvrir le capital des banques publiques à l'actionnariat privé, l'Exécutif fait revivre une option maintes fois évoquée par le passé, sans que les précédents gouvernements n'aient eu le courage de passer à l'acte. Le CPA (Crédit populaire d'Algérie) devait s'ouvrir à l'actionnariat privé à hauteur de 51% dès 2007 ; l'option étant validée par le CPE le 14 juin 2003, mais l'option a été abandonné courant novembre 2007 en raison du retrait de certaines banques postulantes.
Une ouverture minoritaire du capital de la BDL (30%) avait été également envisagée mais le processus n'a jamais débuté. Une privatisation du CPA via la Bourse a été une seconde fois évoquée en 2015. Le CPE avait validé l'option d'introduire huit entreprises publiques en Bourse, dont le Crédit populaire d'Algérie, mais le projet n'a pas été concrétisé pour des raisons jusqu'ici inexpliquées. L'idée d'ouvrir le capital des banques publiques revient à nouveau sur le devant de la scène avec, comme objectif, un apport de capitaux et des économies de coûts, en réduisant le concours financier de l'Etat.
L'option de l'ouverture du capital l'a emporté sur l'idée d'une consolidation du secteur bancaire par la fusion des banques publiques pour en faire 3, 4 ou 5 grands établissements bancaires publics. Il est vrai que cette option pourrait permettre de rationnaliser les coûts et d'optimiser les moyens, mais les banques demeurent confrontées à de sérieux problèmes, dont la baisse des liquidités.
Mais pas seulement, les banques publiques se sont distinguées ces dernières années par la hausse des prêts improductifs et des créances sur certaines grandes entreprises publiques ainsi que par la dégradation de la qualité des portefeuilles en raison des encours importants sur les entreprises appartenant aux patrons faisant l'objet de mesures judiciaires.
Le gouvernement soutient désormais ouvertement le projet d'ouverture du capital des banques publiques qu'il veut d'ailleurs voir se concrétiser rapidement. Tout comme l'idée de permettre à de nouvelles banques privées d'émerger dans un écosystème exagérément dominé par le secteur public et où la part des banques privées à capitaux étrangers demeure insignifiante et leur rôle un sujet à débats.
Les banques privées à capitaux algériens sont en revanche inexistantes dans le paysage bancaire algérien. La question qui se pose est celle de savoir si les banques publiques sont privatisables en l'état ? À savoir avec leurs défauts opérationnels et managériaux ainsi qu'avec leurs boulets liés aux créances et aux prêts improductifs...

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.