Liverpool - Klopp : "c'est toujours de ma faute quand les choses ne marchent pas"    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Real : Odegaard se rapproche de ce club anglais    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'héritage
19e partie
Publié dans Liberté le 24 - 11 - 2020

Résumé : La femme avait aidé son mari à sortir de prison. Mais ce dernier lui soutire tout son argent. Elle se retrouve encore seule face aux aléas de la vie, et pour faire opérer son fils, elle consent à se prostituer.
La bonne femme venait de terminer son récit. De longs sillons traversaient son visage. Elle étire sa jambe plâtrée et baisse la tête.
- Voici toute mon histoire, docteur. Me permettez-vous de me retirer maintenant ?
La nuit était tombée depuis belle lurette.
La femme venait de terminer son récit. Et Hacène qui s'était inquiété de mon retard m'avait déjà appelée deux fois pour me demander si j'avais l'intention de passer la nuit au cabinet.
Je regardais cette femme en face de moi. Et ma première pensée fut pour mon fils. Jamais je n'aurais toléré que mon fils souffre de la faim, du froid, encore moins de la maladie. Cette femme s'est sacrifiée pour ses enfants.
Je me levai et pris mon sac d'où je sortais quelques billets de banque.
-Tenez. Allez acheter quelque chose pour vos enfants et revenez me voir quand vous voudrez. Je vais vous prendre en charge vous et vos enfants jusqu'à votre complète guérison. Après, on avisera.
La femme ouvrit ses yeux tout grands.
- Non, non ! Je ne peux pas accepter, docteur. Vous êtes un ange tombé du ciel. Vous êtes trop bonne.
Je voulais juste soigner ma jambe, et j'ai abusé de votre temps et de votre bonté.
- Non, ma bonne dame. Vous êtes venue chez moi pour vous soigner certes, mais vous avez besoin d'aide. Laissez-moi donc vous aider.
Des larmes ruisselaient sur le visage si marqué par le temps et la mal-vie. J'aidai cette pauvre femme à se lever et demandai un taxi pour la déposer chez elle.
Avant de me quitter, elle me prit les deux mains et se mit à les embrasser.
- Que Dieu vous garde pour ceux qui vous aiment et les garde pour vous.
Je retirai mes mains.
- Ne refaites jamais ça, ma bonne dame. Je ne suis rien qu'un être humain comme vous. Mais je vais quand même vous demander quelque chose si vous voulez me faire plaisir.
- Demandez ce que vous voulez.
- Arrêtez de vendre votre corps.
Elle baisse les yeux et hoche la tête d'un air penaud.
- Si je vous demande ça, c'est parce que vous ne pourriez continuer ainsi éternellement et avec tous les risques que cela suppose.
- Mais mon mari...
- Ne pensez plus à votre mari. Pensez à vous et à vos enfants. Vous êtes handicapée pour le moment. Vous n'allez tout de même pas vous remettre à courir les rues.
- Non. Bien sûr que non.
- Alors restez tranquillement chez vous. Et si votre mari revient à la charge, appelez la police. Il aura peur de retourner en prison, je présume.
La femme me regarde bien en face.
- Comment le savez-vous ?
- Eh bien, on dit bien que chat échaudé craint l'eau froide. Votre mari a déjà fait l'expérience d'un emprisonnement, et je suis sûre qu'il n'en garde pas un bon souvenir.
- C'est exact. Je vais suivre vos conseils, docteur.

(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.