Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie impliquée pour éradiquer le sida à l'horizon 2030
LE MINISTRE DE LA SANTé L'A AFFIRMé, HIER, à ALGER
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2020

L'Algérie est amplement impliquée aux côtés de l'Onusida pour éradiquer le sida à l'horizon 2030. C'est ce qu'a indiqué, hier à Alger, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le VIH.
Après 20 ans de lutte contre cette pandémie, l'Algérie, indique le ministre, a réussi, grâce "à la qualité et à la densité du partenariat avec l'Onusida", à enregistrer des avancées appréciables en matière de lutte contre le sida, ce dernier étant à épidémie peu active, avec une prévalence de l'ordre de 0,1%.
Ces avancées sont notamment dues, explique M. Benbouzid, à l'engagement de l'Etat algérien à réunir les moyens appropriés pour, dit-il, "renverser le processus de propagation de cette épidémie mondiale", d'une part, et "s'inscrire résolument dans la cible ambitieuse fixée par l'Onusida, consistant à mettre fin au sida d'ici à l'horizon 2030", d'autre part.
En ce sens, le ministre de la Santé a souligné que le pays a maintenu un financement conséquent à hauteur de plus de 95% sur le seul budget de l'Etat et ce, pour garantir, à titre gratuit, toutes les prestations nécessaires, y compris le dépistage et le traitement antirétroviral pour tous les sujets sans exclusive.
Pour encore relever le défi, M. Benbouzid a révélé que les pouvoirs publics poursuivront les efforts à travers la mise en œuvre du Plan national stratégique (PNS) de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles 2020-2024.
En revanche, le ministre déplore les comportements à risque, la faible utilisation des moyens de protection, la consommation de drogues injectables, le phénomène de migration qui, selon lui, constituent des facteurs de vulnérabilité imposant le maintien de la vigilance.
Selon le ministre, le PNS 2020-2024 vise justement "l'optimisation de la riposte nationale eu égard au profil et à la dynamique de l'épidémie, en axant les efforts sur les populations-clés et vulnérables au risque VIH, et tend à offrir un traitement de qualité, dans un environnement favorable, non stigmatisant et non discriminant, afin d'atténuer l'impact de l'épidémie".
Tout en rappelant que l'Algérie s'est inscrite, depuis le mois d'octobre dernier, sur la liste des pays bénéficiaires de la licence volontaire de Medicines Patent Pool (MPP) et Healthcare pour acquérir la molécule générique du Dolutégravir (DTG) à un prix très réduit, le ministre s'est engagé à actualiser le guide thérapeutique en inscrivant ce traitement en première ligne au profit d'environ 80% des personnes vivant avec le VIH.
"Cela contribuera à réduire la facture annuelle d'importation des médicaments ART de plus de 6 millions de dollars", ajoute M. Benbouzid. Toutefois, le ministre regrette que la pandémie de Covid-19 soit venue perturber les services de santé et menacer les avancées réalisées dans le domaine de la lutte contre le VIH.
Cependant, le ministre a souligné que cet état de fait n'empêche guère le pays de freiner la recrudescence de la stigmatisation, ainsi que le rebond de l'épidémie du sida. "Plus que jamais, la vigilance s'impose et appelle toute notre société à se mobiliser davantage pour intensifier nos efforts, afin d'atteindre les objectifs que nous nous sommes assignés", recommande M. Benbouzid.

FARID B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.