«Retour de l'argent sale à la faveur des alliances»    Le projet renvoyé aux calendes grecques    «Les vraies raisons de l'immobilisme»    Les start-up algériennes à Rome    On ne renoncera pas!    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    L'UGTT réclame un «dialogue national»    Les Verts se penchent sur l'Egypte    Haaland peste contre l'arbitrage    Pochettino sous forte pression    Le Cnapeste persiste dans sa grève cyclique    Les travailleurs de la santé courroucés    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    L'écrivain Pierre Rabhi n'est plus    Le FLN increvable    Augmentation pénalisante des prix    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Les médecins libéraux contestent et menacent    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Le FFS fait son bilan    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La direction demande le report de la rencontre face à l'USMA    Algérie, Maroc et Egypte    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine dans plusieurs secteurs    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Appel à une coordination entre le Conseil de paix et de sécurité de l'UA et les pays africains    Le président de l'Etat de Palestine reçu par le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le procès du président du MDS reporté à dimanche prochain    Une ambition technologique de l'Algérie : l'hydrogène sera le gaz naturel en 2030    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    Spectacle époustouflant de musique flamenco    Retour sur le parcours du penseur    Le Cameroun dans l'incertitude    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    "Notre participation a été un succès"    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Saïd Bouteflika auditionné hier par le juge
Inculpé dans le dossier Tayeb Louh
Publié dans Liberté le 14 - 12 - 2020

Les déboires avec l'institution judiciaire des hommes du président déchu n'en finissent pas. Hier, c'était au tour de Saïd Bouteflika, frère cadet et conseiller de l'ancien chef de l'Etat, d'être auditionné par le juge d'instruction du tribunal correctionnel de Sidi M'hamed.
Inculpé officiellement dans l'affaire Tayeb Louh, ancien ministre de la Justice, garde des Sceaux, Saïd Bouteflika a été entendu dans le volet concernant "ses interventions" au profit, notamment des hommes d'affaires.
Selon des sources concordantes, Saïd Bouteflika a été entendu, une première fois, par un juge d'instruction sur l'affaire des "SMS" trouvés sur les mobiles de l'ancien garde des Sceaux.
Ces messages sollicitent, principalement, l'intervention de Tayeb Louh dans des affaires de justice au profit de Chakib Khelil, son épouse et ses enfants. Saïd Bouteflika intervenait aussi au profit d'Ali Haddad, ancien président du FCE, et de Mahieddine Tahkout, patron de Cima Motors.
Ces deux derniers ont été également entendus dans le cadre de la même affaire, dans laquelle plusieurs cadres du ministère de la Justice et des magistrats sont impliqués.
À rappeler que le frère cadet du président déchu purge, actuellement, une peine de 15 ans de réclusion à la prison militaire de Blida. Quant à Tayeb Louh, qui aurait déclaré aux enquêteurs qu'il agissait "sur ordre de Saïd Bouteflika", il est incarcéré à la prison d'El-Harrach depuis le 22 août 2019.
Tayeb Louh est poursuivi, entre autres, pour "abus de fonction", "entrave au bon fonctionnement de la justice", "incitation à la falsification de procès-verbaux officiels", "incitation à la partialité", "mauvaise utilisation de la fonction".
À noter que le nom de Saïd Bouteflika a été cité dans la quasi-majorité des affaires que la justice a traitées pour le moment.
Son nom a été, d'abord, cité lors du procès des deux anciens Premiers ministres, Ouyahia et Sellal, dans le cadre de l'affaire du montage automobile et du financement occulte de la dernière campagne électorale de Bouteflika à l'élection présidentielle avortée du 19 avril 2019.
Auditionné par le juge du tribunal de Sidi M'hamed, l'ancien conseiller de Bouteflika avait refusé de répondre aux questions de la justice. Même lors des autres procès dans lesquels des anciens ministres ont été jugés, le nom de Saïd Bouteflika revenait comme une rengaine.

M. MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.