Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections sous haute tension en Centrafrique
L'ONU déploie ses Casques bleus
Publié dans Liberté le 20 - 12 - 2020

Une offensive surprise de groupes armés dans l'ouest de la Centrafrique a contraint les Nations unies à déployer des Casques bleus vendredi, dénonçant "une tentative délibérée de perturber les élections" présidentielle et législatives du 27 décembre.
Les Centrafricains s'apprêtent à choisir leur nouveau président et députés, lors d'un scrutin sous haute surveillance, en raison du risque de violences armées, l'actuel gouvernement accusant l'ancien président déchu François Bozizé de "tentative de coup d'Etat", ont rapporté les médias locaux. La Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) "a déployé vendredi des forces à Bossemptélé et à Bossembélé, deux localités de la préfecture de l'Ombella-M'Poko, cibles d'attaques (menées) par des éléments armés du 3R, du MPC et des anti-Balaka", a déclaré dans un communiqué son porte-parole Vladimir Monteiro.
Ces trois des plus importants groupes armés qui occupent deux tiers de la Centrafrique ont menacé de s'en prendre au pouvoir du président Faustin Archange Touadéra si ce dernier organise des fraudes, comme ils l'en accusent, pour obtenir un second mandat. Selon des sources humanitaires et onusiennes, les groupes armés se sont emparés de plusieurs localités situées sur les axes qui desservent la capitale Bangui, désormais menacée par un blocus à distance. "Le renforcement des moyens de la Minusca, y compris avec des moyens aériens, est une réponse aux violences commises par ces groupes armés et qui ont également touché Yaloké et Bozoum", à un peu plus de 200 km de Bangui, faisant deux morts parmi les forces du gouvernement.
À New York, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a condamné vendredi "l'escalade de la violence et appelle tous les acteurs à cesser toute hostilité de manière urgente", a indiqué son porte-parole Stéphane Dujarric. M. Guterres a appelé les parties à résoudre "tout différend de manière pacifique", dans l'intérêt du peuple centrafricain, qui a selon lui "souffert pendant trop longtemps du conflit et de l'instabilité".
Les tensions sont très vives en Centrafrique, où le régime du président Touadera a accusé, mercredi dernier, l'ancien président François Bozizé, exclu du scrutin par la cour constitutionnelle, de préparer un "plan de déstabilisation du pays" alors que l'opposition craint des fraudes massives aux élections. La Centrafrique a été ravagée par la guerre civile après qu'une coalition de groupes armés à dominante musulmane, la Séléka, a renversé le régime du général Bozizé en 2013. Les affrontements entre Séléka et milices chrétiennes et animistes "anti-Balaka" avaient fait des milliers de morts.
Depuis 2018, la guerre a évolué en un conflit de basse intensité, où les groupes armés se disputent le contrôle des ressources du pays, bétail et minerai principalement, tout en perpétrant régulièrement des exactions contre les populations civiles. Depuis son retour d'exil en décembre 2019, François Bozizé cristallisait les inquiétudes de la majorité présidentielle, qui accusait ce putschiste récidiviste de fomenter un nouveau coup de force.
François Bozizé est soupçonné d'avoir organisé une contre-insurrection sanglante depuis son exil, mais il est resté relativement populaire malgré des sanctions de l'ONU, qui l'accusent d'avoir soutenu des milices anti-Balaka coupables, selon l'ONU, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité en 2013 et 2014.
"La Minusca note que, suite à l'invalidation de la candidature de l'ancien président Bozizé, et après ses récentes rencontres avec les trois groupes armés susmentionnés, les incidents sécuritaires se sont multipliés et intensifiés", a affirmé son porte-parole dans le communiqué de vendredi.


R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.