Conseil des ministres: Le projet d'ordonnance sur le Régime électoral adopté    Environnement hostile    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Abderrahmane Benkhalfa: «Passer à une stratégie de lobbying international»    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB avec quel état d'esprit ?    MC Oran: Un statut à fructifier    ASO Chlef: Un club à la dérive !    Chlef: Sept morts et trois disparus dans des inondations    Tizi Ouzou: Un véhicule prend feu, 7 personnes brûlées    Constantine: Trois morts et deux blessés dans un accident de la route    Les efforts de l'Etat nécessitent une contribution des différents partenaires    Les partis politiques s'y préparent    Abrégée et interdite aux femmes et aux enfants    130 nouveaux cas confirmés, 03 morts et 118 guérisons    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Brèves Omnisports    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Un webinaire international organisé mercredi    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Les propriétaires réinvestissent la rue    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    «Le vieux renard» revient à bouzeguène    Le double combat de la femme algérienne    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Sabri Boukadoum en visite au Togo    Entrepreneuriat féminin: un concours pour valoriser les femmes créatrices de richesse    CAN-2021 (U17) : "L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc"    Pour un manifeste des femmes algériennes    Futur parti pour une majorité présidentielle?    La militante sultana khaya victime d'une tentative d'élimination physique    Le Président Tebboune présente ses condoléances à son homologue sahraoui suite au décès de sa mère    Ligue 1 CRB-CSC : le Chabab pour renouer avec la victoire    L'heure du bilan    Actuculte    Scènes de guérilla urbaine après l'arrestation d'un opposant    Au moins 90 morts dans des combats à Marib    Mechichi tente l'apaisement    Le «tintamarre» Yasmina Khadra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Beaucoup de projets, peu de réalisations
Développement des énergies renouvelables
Publié dans Liberté le 24 - 12 - 2020

Le Cerefe note que "les installations de génération d'électricité à base de ressources renouvelables connectées au réseau, réalisées à ce jour, relèvent de programmes initiés par des institutions publiques".
L'Algérie prévoit de produire l'équivalent de 15 000 mégawatts d'électricité d'origine solaire "d'ici à 2035", selon les récentes déclarations du ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour. L'objectif fixé devra être atteint de manière progressive de 2021 à 2035, avec la réalisation, chaque année, de "1 000 mégawatts" de puissance installée.
Certains observateurs ont bon espoir que cette fois-ci, ce projet pourrait aboutir. D'autres en doutent, vu les échecs passés. Tout le monde sait ce qu'il est advenu de la promesse sur le programme des énergies renouvelables qui consistait à installer une puissance d'origine renouvelable de l'ordre de 22 000 MW à l'horizon 2030.
Dans son premier rapport sur la transition énergétique en Algérie, le Commissariat aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique (Cerefe) dresse un constat clair et sans appel à ce sujet : "Avec le recul, on observe qu'à ce jour, le planning tracé n'a été ni suivi ni n'a vu un début d'application quelconque."
En effet, poursuit le document, "la seule activité visible sur le terrain dans le domaine des énergies renouvelables dans le pays, depuis 2015, a essentiellement été dominée par la réception des centrales solaires photovoltaïques totalisant 343 MW du programme lancé en 2014 par SKTM".
À côté de cela, ajoute le rapport, Sonatrach a mis en service en 2018 une première centrale solaire photovoltaïque de "10 MWc à Bir Rebaa Nord, wilaya d'Ouargla et ce, dans le cadre de sa stratégie qui vise à déployer une capacité totale de 2 300 MW en énergie solaire à l'horizon 2030".
Le Cerefe, par ailleurs, fait observer que "comme dernière tentative de combler le grand retard enregistré dans le pays en matière de développement des énergies renouvelables par rapport aux objectifs fixés, notamment après l'échec du projet de 4 050 MW, la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg) a été contrainte de lancer un appel d'offres beaucoup plus modeste, soit 150 MW de solaire photovoltaïque".
En effet, souligne le Commissariat à l'énergie, "une formule d'appel d'offres aux enchères relevant des prérogatives de la Creg a bien été instituée à travers le décret exécutif n°17-98 du 26 février 2017, au même titre que l'appel d'offres aux investisseurs relevant exclusivement des prérogatives du ministère de l'Energie".
Et de rappeler que malgré le caractère "assez modeste du projet" (150 MW) faisant l'objet d'appel d'offres, seul "un tiers de la capacité proposée, soit 50 MWc, a pu trouver preneur, sans confirmation à ce jour du début des travaux".
Le Commissariat note, en outre, que " l'ensemble des installations de génération d'électricité à base de ressources renouvelables connectées au réseau, réalisées à ce jour, relèvent toutes de programmes initiés par des institutions publiques (SKTM, Creg, Sonatrach) et réalisées sur fonds propres de l'Etat".
La procédure des appels d'offres est-elle une bonne formule ? "Alors que la procédure des tarifs d'achat garantis (Feed-in-Tariffs) n'a donné lieu à aucun début d'exécution, bien que ses fondements juridiques et réglementaires aient été finalisés et longuement mîris auprès des éventuels investisseurs, une nouvelle procédure basée sur les appels d'offres est venue la remplacer", souligne le Cerefe.
En fait, fait-il remarquer, "une telle initiative a été le prélude à un encadrement juridique spécifique au lancement d'un nouveau programme de 4 000 MW de solaire photovoltaïque, réajusté par la suite à 4 050 MW et subdivisé en trois lots de capacités identiques de 1 350 MWc chacun".
Au final, déplore le Commissariat à l'énergie, "ce projet, qui comportait en plus de la production d'électricité solaire photovoltaïque (PV) un volet industriel d'accompagnement, n'a jamais eu de suite et n'a fait l'objet d'aucun appel à investisseurs depuis, malgré l'urgence signalée quant à sa mise en œuvre".

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.