Covid-19: La production en Algérie du vaccin permettra d'atteindre la souveraineté sanitaire    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Instauration de taux de redevance réduits    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le racket !
Financement occulte de la campagne du 5e mandat de Bouteflika
Publié dans Liberté le 12 - 01 - 2021

Au troisième jour du procès de l'automobile, le tribunal s'est penché sur l'épisode du financement occulte de la campagne du 5e mandat. À la barre, Mazouz raconte comment l'équipe de Bouteflika forçait des patrons à mettre la main à la poche pour demeurer dans les bonnes grâces du régime. Récit d'un racket organisé.
Ahmed Mazouz : "J'ai donné 39 milliards..."
La juge près la cour d'Alger s'est penchée, hier, sur le financement "occulte" de la campagne électorale, pour un 5e mandat, de l'ancien président déchu, Abdelaziz Bouteflika, en appelant à la barre l'homme d'affaires, Ahmed Mazouz, accusé d'avoir remis un chèque de 39 milliards de centimes à Ali Haddad alors président du Forum des chefs d'entreprise (FCE). Sommé de s'expliquer sur l'objectif de ce financement "occulte", l'accusé qui comparaît par visioconférence depuis sa prison de Boussouf, à Constantine, a affirmé que c'était son associé et cousin Mohamed Baïri (vice-président du FCE jusqu'à 2019) qui l'a approché pour lui demander de mettre de l'argent dans la campagne électorale d'Abdelaziz Bouteflika en 2019.
"Il (Baïri) est venu m'informer qu'il fallait aider l'équipe de campagne. J'ai demandé s'il y avait d'autres hommes d'affaires qui étaient concernés par le financement de la campagne, et il m'a dit qu'Ali Haddad avait mis 180 milliards de centimes dans cette campagne. Après réflexion, j'ai décidé de signer un chèque de 39 milliards de centimes que j'ai remis à Baïri", déclare Ahmed Mazouz. "Pourquoi avoir donné de l'argent ? Qu'attendiez-vous en retour de ce don important ?", interroge la présidente de l'audience. "Je l'ai fait pour le bien de mon pays. Abdelaziz Bouteflika s'est présenté en tant que candidat indépendant. C'était le candidat de la stabilité et de la continuité.
Je n'avais aucun objectif particulier. C'est pour le pays. Ce n'est pas la première fois que je fais cela. En 2016, lorsque l'on a lancé l'emprunt obligataire, j'ai déposé un chèque de 130 milliards de centimes pour le bien du pays. Je n'ai rien attendu en retour", explique l'accusé, en affirmant s'être toujours tenu loin des affaires politiques, en se consacrant uniquement à son "rôle d'industriel et d'investisseur". La juge revient à la charge : "Avez-vous fait l'objet de pressions pour ce chèque ?" "Aucune pression Mme la présidente", répond-il.
"Pouvez-vous expliquer à l'audience pourquoi vous avez remis ce chèque à Ali Haddad et non pas à Sellal qui avait été désigné directeur de la campagne de Bouteflika ?", interroge encore la juge. Le prévenu explique avoir signé le chèque à l'adresse de la direction de campagne de l'ancien président déchu. "Pourtant, le chèque a atterri sur le bureau de l'homme d'affaires Ali Haddad", fait remarquer la présidente de l'audience, en sommant le prévenu de répondre. "Parce que c'est le FCE, Mme la présidente", lâche-t-il, avant d'ajouter : "Moi je ne savais rien. C'est Mohamed Baïri qui est venu me voir et m'informer que c'est Ali Haddad qui s'occupait de la collecte d'argent. Baïri est un frère, un cousin et un associé, je lui ai fait confiance Mme la présidente. Tout ce que j'ai fait, c'est pour la stabilité de mon pays."
La juge demande à l'accusé s'il avait, toutefois, pu récupérer son argent. "Non. J'ai demandé à Haddad de me le rendre. Il m'a promis qu'il allait le faire, mais après les choses se sont compliquées et..." La juge l'interrompt :"Que voulez-vous dire par les choses se sont compliquées ?" "T'khaltet Mme la présidente. Le Hirak", répond l'accusé, provoquant le rire de l'assistance.
Pendant son audition, la juge s'est, en outre, intéressée au lien entre ce financement et la signature, le lendemain, de la validation par la commission d'évaluation du ministère de l'Industrie du dossier de Mazouz pour le montage automobile. Un pur hasard ? La juge semble peu convaincue. Et pour cause. Selon les rapports d'expertise, le dossier de l'opérateur Mazouz (montage automobile) a été validé au ministère de l'Industrie, le 8 février 2019, soit un jour après que l'accusé a remis son chèque à l'homme d'affaires Ali Haddad pour le financement de la campagne électorale.
"Permettez-moi Mme de vous dire que c'est totalement faux. La signature de mon dossier pour le montage automobile a été faite le 19 février 2019 et non pas le 8 février", dit le prévenu en insistant sur le fait qu'"il n'y avait aucun lien entre le financement de la campagne de Bouteflika et son projet pour le montage automobile". Durant la matinée, Ahmed Mazouz a été également interrogé sur ses liens avec le fils de l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, Farès. "Confirmez-vous que Farès Sellal était votre associé dans l'entreprise Jamal Motors ?", demande la juge.
"Farès Sellal n'a jamais été mon associé", répond-il, expliquant avoir fait sa connaissance par l'intermédiaire de Mohamed Baïri. "C'est lui (Baïri) qui me l'a présenté. Il était intéressé par la société Jamal Motors. Je lui ai vendu mes parts." "Quel a été le prix de cette vente ?", demande la juge. "9 millions de dinars Mme la présidente", répond l'accusé, en insistant dur le fait de n'avoir jamais eu de relation avec Abdelmalek Sellal.

K. Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.