Soufiane Djilali craint des dérapages    Nouvelle loi électorale: la dernière ligne droite    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    La capitale sénégalaise à l'aube d'une journée sous tensions    Les Ivoiriens aux urnes samedi pour élire 255 parlementaires    Klopp calme le jeu pour Salah    Brèves    Brèves des Fédérations    Une approche intelligente    100 kg de drogue saisis et 11 suspects arrêtés    170 quintaux de kif saisis    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    «L'Algérie prend acte avec satisfaction»    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Générale de la pièce «Cadavre»    Le MCA en quête de sa première victoire    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale
Bordj Bou-ArrEridj
Publié dans Liberté le 14 - 01 - 2021

Les donateurs souhaitent que les responsables revoient leur copie concernant les dons de plus d'un million de dinars et les abattements fiscaux.
Confrontée à des pertes de revenus, à de l'inquiétude sur le plan financier et/ou au choix d'aider directement le secteur médical, une partie des donateurs de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj a préféré réduire ou carrément suspendre ses dons à ce secteur qui en dépend pourtant énormément, surtout en cette période de crise sanitaire.
Aussi, la question des incidences fiscales de ces dons pour leurs auteurs vient d'être soulevée par des donateurs. Ces derniers souhaitent que les responsables revoient leur copie concernant les dons de plus d'un million de dinars et les abattements fiscaux. "Le code général des impôts (CGI) instaure un mécanisme de réduction d'impôt au profit des entreprises réalisant des opérations de mécénat. De 1 à 1 million de dinars, le don est exonéré d'impôt. Mais si on veut donner plus, l'exonération n'est plus valable. On doit payer tous les impôts qui s'imposent, même la TVA et la taxe sur les bénéfices", a expliqué Mustapha Saïm, représentant du patronat dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. "Ce "cadeau fiscal" pour les dons d'un montant égal ou inférieur à un million de dinars devrait être revu à la hausse et au-delà d'un million de dinars, pour permettre de remobiliser les donateurs à l'année qui assurent l'essentiel des moyens de subsistance des associations. Un coup de pouce bienvenu pour le monde associatif et surtout pour le secteur de la santé en cette période de crise sanitaire", ajoute M. Saïm.
De leur côté, des associations se sont également jointes à cette appel. "Si nous avons reçu de nombreuses aides des particuliers et des entreprises pour faire face à la crise sanitaire, nous avons vu, dans le même temps, les rentrées habituelles chuter lourdement à cause de la même crise", a soutenu Amar, président d'une association locale. "Notre association, comme toutes celles qui activent dans la région, se financent grâce aux soutiens des particuliers et des entreprises pour un certain nombre d'activités", explique-t-il. Et en raison du manque de dons, des activités liées aux aides sociales et sanitaires "ont été mise en veilleuse à cause de la Covid-19". "Nous sommes en recherche de financements nouveaux, le temps que nos activités reprennent leur cours normal", a encore précisé ce président d'association.
"Certaines collectes de fonds menées pour des causes humanitaires n'ont recueilli en 2020 que 5% à peine de ce que les campagnes avaient rapporté les années précédentes. Cette exonération fiscale pour les sommes de plus d'un million de dinars devrait inciter le public à se mobiliser à nouveau, notamment pour d'autres causes que la lutte contre la Covid-19. Il y a des donateurs qui veulent donner plus, il faut juste ce geste de l'Etat", espèrent les activistes du mouvement associatif local.

Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.