Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Commission ministérielle de la Fatwa: Les salles d'ablution maintenues fermées    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les manifestations nocturnes s'inscrivent dans la durée
Tensions sociales sur fond de crise politique en Tunisie
Publié dans Liberté le 20 - 01 - 2021

Se contenter d'une réponse sécuritaire, pour répondre à la détresse des jeunes Tunisiens, a exacerbé le climat de tensions et nourri le ressentiment de la rue envers un gouvernement en manque d'alternatives concrètes pour sortir de l'impasse économique.
Les manifestations nocturnes en Tunisie se sont poursuivies dans la nuit de lundi à hier, pour le quatrième jour consécutif, malgré le couvre-feu imposé par les autorités et le déploiement des membres de la garde nationale dans la capitale et les autres villes, où la tension persiste toujours, selon les médias tunisiens et les contenus vidéo et photo circulant sur les réseaux sociaux. Ces manifestations, accompagnées d'une vague d'arrestations parmi les contestataires, ont été marquées de nouveau par de violents affrontements avec les forces de l'ordre, affirment les mêmes sources, faisant état d'actes de vandalisme et de tentatives de vol dans certains commerces.
Dans les quartiers périphériques de la capitale Tunis, où vit une population démunie, ce face-à-face s'est renouvelé dans la cité d'Ettadhamen, tout comme à Sfax, deuxième grande ville du pays. Dans la région de Gafsa, qui connaît depuis des semaines des mouvements de grève et de sit-in réguliers, les citoyens sont sortis dénoncer la destruction d'un point de vente informel, dans un contexte marqué par une crise économique endémique et un chômage qui touche plus de 43% de la jeunesse tunisienne, selon certaines statistiques.
Des échauffourées ont également éclaté à Kef, à Bizerte (Nord), à Kasserine (Centre-Ouest), à Sousse et à Monastir (Centre-Est), selon des médias locaux. À défaut de solutions concrètes pour endiguer le chômage des jeunes, les autorités insistent sur le caractère violent de certains manifestants qui s'en prennent aux biens publics privés et de l'Etat, pour vraisemblablement justifier la seule réponse sécuritaire qu'elles apportent à ce mouvement de colère mené par des jeunes dont l'âge ne dépasse pas les 25 ans, selon différentes sources. Cible de critiques violentes depuis des mois, la classe politique se refuse d'assumer une part de responsabilité dans ces événements révélateurs de l'ampleur de la crise que traverse ce pays voisin.
Réagissant à ce qui se passe, l'ONG Amnesty International a déclaré dans un communiqué lundi soir que "les forces de sécurité tunisiennes doivent immédiatement s'abstenir d'utiliser une force inutile et excessive pour disperser les manifestants descendus dans les rues de la capitale et de plusieurs gouvernorats, contre la marginalisation, la violence policière, la pauvreté et le manque de possibilités d'emploi". Fin décembre, plusieurs syndicats et corps de métiers ont observé d'importants mouvements de grève pendant plusieurs jours pour dénoncer leur marginalisation et des salaires stagnants depuis des années. En dehors des tentatives de dialogue menées par le président et son gouvernement, aucune avancée n'a été enregistrée à ce stade.
Et les divisions politiques ne sont pas pour avantager l'ouverture du dialogue national, proposé par la puissante centrale syndicale l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), pour sortir du marasme économique et aplanir une scène politique marquée par de récurrentes violentes physiques et verbales au sein de l'Assemblée nationale tunisienne, sous contrôle du parti islamiste Ennahdha et de quelques alliés que la rue tunisienne accuse de corruption. Pour rappel, les manifestations en cours interviennent au lendemain de la célébration du dixième anniversaire de la chute de l'ancien régime de Ben Ali, dans un contexte de crise sanitaire due à la pandémie de coronavirus.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.