Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    La Commission africaine des droits de l'Homme appelée à protéger les sahraouis dans les territoires occupés    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Coronavirus: 182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès    Grandiose marche nocturne à Akbou    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Manojlovic, nouvel entraîneur    Le MJS invalide l'élection de Labane    Le MJS met la pression sur les élus    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    Le Cnese fait peau neuve    Evolution technologique    Paré pour l'aventure    Youcef Bouzidi apporte ses précisions    Brahmia succède à Almas    Programme national des énergies renouvelables: création d'une société mixte Sonatrach/Sonelgaz    Le front social s'emballe    Installation d'un nouveau directeur des douanes    L'Algérie à la 146e place    Le président de SOS Bab El-Oued sous mandat de dépôt    Hausse au premier trimestre 2021    la liste des membres sélectionnés approuvée    Sécurité régionale et relance de l'UMA au menu    Pourquoi il faut rester vigilants    Les travailleurs de l'éducation maintiennent la pression    Béni Douala célèbre ses héros    La Chaîne II inaudible sur la bande FM    La chanson surprise de Lounis Aït Menguellet    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    Coupe arabe de la FIFA 2021 : L'Algérie sera présente au rendez-vous qatari    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    Tiaret: La ville croule sous les ordures    Aïn El Turck: Une dizaine de baraques de fruits et de légumes démantelées    Chlef: Les infrastructures seules ne font pas le tourisme    La tomate n'a pas partout le même goût    Marche pacifique à Béjaïa    Le FMI livre ses prévisions    Les oligarques sont-ils de retour?    La Turquie maintient le flou    Fin des poursuites dans une affaire de déstabilisation de l'Etat    L'Algérie condamne l'attaque terroriste du village de Gaigorou    Attaque terroriste sur une base militaire dans le Nord-Est    Le patrimoine et la spiritualité à l'affiche    «Le livre en tamazight a fait des pas de géant»    L'ONDA a versé plus de 50 millions DA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'Algérie ne dispose d'aucune stratégie sur le numérique"
Bachir Tadjeddine, Président du GAAN
Publié dans Liberté le 23 - 01 - 2021

Liberté : Le Gaan bouclera bientôt une année d'existence. En quoi consiste sa mission ?
Bachir Tadjeddine : Le Groupement algérien des acteurs du numérique (Gaan) est un ensemble d'entreprises qui œuvrent dans le numérique et qui se sont réunies pour fédérer et changer les lois actuelles, afin de s'adapter aux besoins des entreprises. Nous visons aussi la création d'un écosystème favorable au developpement de l'entreprise algérienne dans le secteur du numérique.
Le Gaan compte parmi ses rangs 500 entreprises adhérentes, plus de 5 000 personnes qui nous suivent sur les réseaux sociaux et dispose de 25 commissions dont 9 sont très actives. Ces dernières ont déjà élaboré des documents remis au ministre et autres responsables chargés du secteur et, pour certains, communiqués même au Premier ministre.
L'Algérie accuse un grand retard dans le domaine du numérique et chacun y va de sa propre argumentation pour l'expliquer. Quelle est la vôtre ?
Avant d'aller vers quelque chose, il faut bâtir des fondements. Il faut une vision et une stratégie qui doivent découler d'un plan d'action, et ce n'est pas le cas. Pis encore, en Algérie, chacun fait ce qu'il veut, et c'est inadmissible. Nous avons, d'ailleurs, directement cherché à savoir comment numériser en faisant fi de la question "pourquoi numériser ?".
Il est indispensable d'accorder nos violons quant aux objectifs définis et la manière d'y parvenir. Sachez qu'il n'existe aucune stratégie nationale concernant le numérique en Algérie, raison pour laquelle nous nous sommes penchés sur la question et nous nous en sommes sortis avec un document que nous avons envoyé au Premier ministre.
Que préconisez-vous comme solutions ?
C'est justement le contenu du document dont j'évoque l'existence et qui regroupe un ensemble de propositions. Il se résume en quatre axes principaux : il faut d'abord assurer une infrastructure adéquate et solide (une connexion internet haut débit, la sécurité, etc.). On parle aussi de l'e-gouvernement (dématérialisation des services administratifs offerts aux citoyens, de la ressource humaine et de la difficulté d'accéder aux terminaux (micro-ordinateurs) pour diverses raisons.
Cela a amené les Algériens à se rabattre sur les smartphones et uniquement les smartphones. Et pour maturer tout cela et l'appliquer, il nous faut créer une structure liée directement au Premier ministre chargé de l'informatisation du pays, tout comme l'a fait l'Inde, à titre d'exemple, et qui a réalisé le succès que l'on connaît.
Avec 20 millions d'Algériens qui accèdent à internet et aux transactions bancaires, pour ne citer que celles-là, qui ont quadruplé lors de cette pandémie, nous pouvons dire, aisément, que les Algériens sont fin prêts pour la numérisation. Il suffit, juste, de leur donner les moyens et la possibilité d'utiliser internet comme il se doit pour régler leurs problèmes. Aujourd'hui, pour créer une entreprise, c'est la croix et la bannière, et c'est aberrant. Il faut libérer les initiatives.
Pouvez-vous être plus explicite ?
Savez-vous que pour créer une entreprise, il nous faut huit numéros ? Le numéro du registre du commerce, celui de l'article d'imposition, le numéro du matricule fiscal, le numéro d'identifiant statistique, le numéro de l'employeur, celui de l'inscription à l'Anem, celui de la Casnos. Et pour obtenir chacun de ces numéros, il faut déposer un dossier, des statuts, etc. Le plus judicieux est de réunir tout ce beau monde et s'entendre sur un numéro commun, et régler ainsi le problème de la bureaucratie qui s'avère être un grand frein.
La numérisation est seule à même de nous permettre d'avancer plus vite avec plus de transparence et nous aurons un nombre beaucoup plus important d'entreprises qui exercent et de facto beaucoup plus de postes d'emploi. La réglementation, telle que conçue actuellement, bloque l'entrepreneuriat. Il faut une plus grande cohérence dans la démarche pour garantir la réussite du processus de numérisation perçue comme un véritable levier de performances pour relancer l'économie et augmenter la croissance.

Propos recueillis par : N. SAIDOUN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.