Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet    Fin de mission ou redéploiement ?    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Fruits et légumes: Les prix de la pomme de terre et la tomate continuent leur flambée    Adrar: 90 étudiants victimes d'une intoxication alimentaire    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    Quand la vie se résume à un poème    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le chiffre «insolite» de la vaccination    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Témoignage inédit et émouvant sur Matoub Lounès    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Le gouvernement allège la procédure    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    La libération des détenus d'opinion réclamée    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que fera Tebboune ?
changement dE Gouvernement, échéances électorales et détenus d'opinion
Publié dans Liberté le 14 - 02 - 2021

Le chef de l'Etat saisira-t-il le deuxième anniversaire du Hirak pour opérer des changements dans l'Exécutif et prendra-t-il des mesures allant dans le sens de l'apaisement politique ? Une semaine qui s'annonce cruciale.
Après un séjour d'un peu plus d'un mois en Allemagne où il a subi une opération chirurgicale, le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, est rentré vendredi au pays. À son arrivée à l'aéroport militaire de Boufarik où il a été accueilli par les hauts responsables de l'Etat, il n'a pas prononcé de discours.
Mais dès hier, il s'est vite remis dans le bain et a repris ses activités en recevant trois chefs de parti : Abdelkader Bengrina, président du mouvement El-Bina, Abdelaziz Belaïd, président du front El-Moustakbal et Soufiane Djilali, président de Jil Jadid. À leur sortie des audiences, les trois personnalités ont affirmé que les discussions ont notamment porté sur les futures élections législatives et le règlement de la crise politique.
Et contrairement à sa première hospitalisation du mois de novembre dernier, le second séjour médical d'Abdelmadjid Tebboune en Allemagne, au cours duquel il a subi une opération chirurgicale au pied droit, n'a pas suscité beaucoup de polémiques, ni alimenté beaucoup de rumeurs. Rares, notamment dans le microcosme politique algérois, sont ceux qui se sont laissés aller à des supputations autour de ses actions futures.
Ce retour d'Abdelmadjid Tebboune remet, en effet, sur la table des dossiers en suspens. C'est le cas notamment d'un éventuel changement ou, tout au moins, d'un remaniement gouvernemental que beaucoup de sources donnent comme imminent. L'on se rappelle que peu avant son départ en Allemagne, Abdelmadjid Tebboune n'avait pas caché son mécontentement quant au rendement de l'Exécutif.
On ignore, cependant, si Abdelaziz Djerad, à l'accueil hier à l'aéroport, restera à la tête du gouvernement ou pas, lui dont le bilan d'activité n'a toujours pas été présenté plus de treize mois après son entrée en fonction. Mais le changement au sein de l'Exécutif semble inéluctable. Et cela est visible depuis plusieurs mois déjà puisque le chef de l'Etat lui-même avait exprimé, au moins à deux reprises, son mécontentement quant au travail de l'équipe gouvernementale.
D'abord, lors d'un Conseil des ministres où il avait estimé que le travail des ministres oscillait entre "le bon et le mauvais", ensuite, le jour de son départ pour l'Allemagne, le 10 janvier dernier. Avant de quitter l'aéroport militaire de Boufarik, il avait répété au Premier ministre que "pour le gouvernement, il y a du bon et du moins bon...", avec un sourire en coin qui en disait long sur ses intentions.
Conséquence de cette défiance présidentielle : hormis quelques-uns de ses membres, le gouvernement donne l'impression d'être paralysé. Même Abdelaziz Djerad, qui avait fait montre d'un activisme débordant lors de la première hospitalisation d'Abdelmadjid Tebboune, s'est quasiment éclipsé ces derniers temps. Il en est de même pour le ministre de l'Intérieur, Kamel Beldjoud, qui est supplanté par les conseillers du chef de l'Etat, notamment ceux en charge du mouvement associatif et celui chargé du dossier des "zones d'ombre".
Un signe qui ne trompe pas aux yeux des observateurs et qui suggère que le changement ne tardera pas à survenir. Autre indice : même des alliés du chef de l'Etat, comme Abdelkader Bengrina, demandent publiquement le départ du gouvernement.
En plus du changement de gouvernement, un autre grand dossier attend le chef de l'Etat. Il s'agit de l'adoption de la nouvelle loi électorale qui devrait ouvrir la porte à de nouvelles élections législatives et probablement locales. Le calendrier n'est toujours pas fixé, mais il est fort probable que cela ait lieu l'été prochain.
Une opération électorale est, en effet, difficilement envisageable dans les semaines prochaines à cause, notamment, de l'approche du mois de Ramadhan et des vacances scolaires. Il n'est, cependant, pas exclu que cela ait lieu l'année prochaine comme le demandent certaines parties et personnalités.
Mais, dans l'immédiat, Abdelmadjid Tebboune devrait d'abord arbitrer sur certaines dispositions contenues dans le projet de loi électorale. C'est le cas du régime électoral et de certains autres articles très critiqués par les partis politiques, ou encore du seuil requis pour prétendre participer à une élection locale ou législative.
Sur un autre registre, le retour d'Abdelmadjid Tebboune intervient à quelques jours de la célébration du deuxième anniversaire du Hirak, une occasion pour lui de s'exprimer sur les questions en suspens, mais aussi de tenter de faire quelques gestes forts en direction, notamment, des détenus d'opinion, d'autant que sur la Toile, des appels sont lancés pour des manifestations. Selon certaines sources, il prononcera même un discours dans les prochains jours.
Une occasion, par ailleurs, pour évoquer le rapport de Benjamin Stora au sujet duquel, aucune source officielle ne s'est exprimée jusque-là. Mais compte tenu des multiples défis qui se posent au pays, Tebboune est assurément en quête de rattraper le temps perdu.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.