Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Je continuerai à faire mon travail de journaliste"
Khaled Drareni retrouve les siens, ses amis et ses confrères
Publié dans Liberté le 21 - 02 - 2021

Il a les traits tirés par la fatigue, un peu éprouvé, mais son sourire éclatant ne le quitte pas. Au foyer parental, à la rue Didouche-Mourad, en plein cœur d'Alger, le domicile de Khaled Drareni ne désemplit pas depuis ce vendredi soir.
Son père, toujours gagné par l'émotion, très accueillant, recevait avec joie les vagues incessantes de visiteurs venus revoir celui qui passe pour le symbole de la liberté de la presse. Sa maman, vêtue de rose, s'employait, elle, à ouvrir la porte aux convives d'un jour.
Le visage caché par le masque, Khaled répondait aux appels et distribuait boutades et embrassades aux amis qu'il recevait. Heureux de retrouver les siens, après onze longs mois dans les geôles, il montrait depuis sa fenêtre le port d'Alger dont la vue lui a visiblement beaucoup manqué.
"Le soir, quand ça s'illumine, ça devient encore plus beau, et vous voyez plus loin ? C'est le minaret de la Grande mosquée qui surplombe la baie d'Alger", dit-il sur un ton admiratif, comme savourant ce moment de liberté retrouvée. Regard posé, il raconte comment il a été accueilli à sa sortie de prison.
"J'ai été bien reçu hier, ça m'a fait plaisir de voir autant de confrères et de militants de la liberté de la presse venus m'attendre à la prison de Koléa." Le correspondant de TV5 Monde confie qu'il n'était pas au courant de la grâce présidentielle.
"Je ne savais pas que j'allais sortir hier, mais cela m'a fait plaisir de les voir nombreux à m'attendre. Le soutien de mes confrères et des Algériens n'a pas de prix, il faut le dire." "Ce soutien nous aide à résister lorsqu'on est en prison, car c'est la preuve de notre innocence, et c'est ma grande fierté. Mes compatriotes et mes confrères me soutiennent", dit-il avec un tantinet de fierté.
Comme durant toutes les épreuves qu'il a dû subir, il répète toujours qu'il n'est pas près de renoncer à son métier, celui-là même pour lequel il a payé un lourd tribut. "Ce que je compte faire, c'est ce que je sais faire le mieux, mon travail de journaliste ! J'exerce un formidable métier".
Les mois de détention ne lui ont pas fait changer d'avis. "J'en ai eu encore plus conscience quand je suis rentré en prison, parce que j'ai été arrêté pour la pure et simple raison que j'ai fait mon travail de journaliste, ni plus ni moins, quoi que l'on puisse dire. Tout le monde connaît la vérité, y compris mes accusateurs".
Sur un ton encore plus déterminé, il soutient : "Je suis un journaliste libre et indépendant, et c'est ce qui m'a coûté onze mois de prison, mais j'ai accepté cette épreuve avec sérénité. Je me suis dit que si c'était le prix à payer, alors qu'il en soit ainsi (...)."
"Je continuerai, poursuit-il, à faire mon travail de journaliste, à le faire tous les jours, de la même manière que je le faisais avant, de manière libre, indépendante et professionnelle (...)."
Un engagement. Une détermination. Comme quoi, la prison a ragaillardi l'homme...

Imène AMOKRANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.