Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Bazoum, élu président du Niger
Selon les résultats provisoires
Publié dans Liberté le 25 - 02 - 2021

Les premiers résultats donnent le dauphin du président sortant élu avec une majorité confortable, alors que l'opposition les rejette et dénonce un hold-up.
Le Niger a élu Mohamed Bazoum, 61 ans, nouveau président avec 55,75% des voix, face à son adversaire Mahamane Ousmane (44,25%), selon les résultats provisoires annoncés par la Céni, marquant ainsi une première démocratique dans un pays frappé par de multiples crises : sécuritaire, pauvreté et corruption. Le candidat du Parti pour la démocratie et le socialisme (PNDS), Mohamed Bazoum, a recueilli 2 501 459 voix contre 1 985 736 à Ousmane, sur un total de 7,4 millions d'électeurs appelés à voter.
C'est une élection sans surprise donc, pour le nouveau président du Niger, qui était parti favori dès le premier tour du 27 décembre 2020, en récoltant 39,3% des suffrages contre presque 17% à Mahamane Ousmane. Cependant, la victoire de l'ancien ministre de l'Intérieur Mohamed Bazoum, contestée par son rival Mahamane Ousmane, doit encore être validée par la cour constitutionnelle. Elle fait suite à un jeu d'alliances qui a tourné à l'avantage de cet ancien ministre de l'Intérieur.
Ce dernier, qui organisé un grand meeting le 14 février à Zinder, a vu se rallier derrière lui Seini Oumarou et Albadé Abouba, respectivement arrivés en troisième et quatrième positions du premier tour. Son rival Mahamane Ousmane, qui espérait déjouer les pronostics et les mathématiques électorales, sans succès, s'est assuré le soutien du patron officieux des anti-Bazoum, Ibrahim Yacouba, cinquième du premier tour, et de l'ancien putschiste Salou Djibo, a travaillé à rassembler l'opposition, tout en espérant que les ralliements à son adversaire ne fonctionneraient pas à plein. Logiquement, son parti, le PNDS, se taillera la part du lion dans la future équipe gouvernementale.
D'après des médias, le nom du prochain Premier ministre devrait être annoncé le 4 avril prochain, jour de l'investiture du nouveau chef de l'Etat. La liste complète des ministres devrait quant à elle être connue le lendemain, 5 avril. Né en 1960 à Bilabrine dans la région de Diffa (sud-est), Mohamed Bazoum est issu de la tribu arabe Ouled Sliman. Il est un acteur clé de la vie politique au Niger depuis trente ans, et est l'un des fondateurs du PNDS, une formation affiliée à l'Internationale socialiste qu'il préside aujourd'hui.
Cet excellent orateur a fait ses premiers pas en politique au sein du Syndicat national des enseignants du Niger, puis de l'Union des syndicats des travailleurs du Niger (USTN), dont il devint le coordonnateur régional à Maradi (ville nigérienne) et qu'il représenta à la Conférence nationale de 1991 qui a permis de faire entrer le pays dans une ère de pluralisme.
Cinq fois député de Tesker (au nord-est de Zinder), ministre des Affaires étrangères puis de l'Intérieur. Depuis 1993, date du premier scrutin présidentiel pluraliste dans ce pays, l'élection du chef de l'Etat au Niger s'est toujours jouée en deux tours. En effet, c'est la première fois dans l'histoire du Niger qu'un président élu succédera à un autre président élu.
Le pays a déjà vécu quatre coups d'Etat réussis (1974, 1995, 1999 et 2010) et plusieurs tentatives échouées. Fidèle au président sortant Mahamadou Issoufou, Mohamed Bazoum, proclamé mardi vainqueur de la présidentielle au Niger, va lui succéder et assurer la "continuité" à la tête d'un pays confronté à d'innombrables défis, notamment le défi de juguler les attaques terroristes qui ont fait des centaines de morts depuis 2010, et fait fuir de leurs foyers environ 500 000 personnes, selon l'ONU.
Il aura fort à faire également pour convaincre l'opposition qui accusait son prédécesseur d'avoir sacrifié l'éducation, la santé et la lutte contre la corruption au profit d'une sécurité relative et surtout pour diriger un pays parmi les plus pauvres du monde. En revanche, le président du Niger bénéficiera d'un atout non négligeable.
"Avec le début prévu des exportations de pétrole en 2022 et le maintien de la vigueur de l'investissement, à moyen terme, la croissance devrait être de 9% en moyenne", a conclu le FMI lors d'une mission virtuelle en septembre 2020. Selon le FMI, dès 2021, l'économie devrait atteindre 6,9% de croissance, malgré les contrecoups de la pandémie de Covid-19.

Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.