Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"
Un hommage lui a été rendu à l'occasion du 32e anniversaire de sa mort
Publié dans Liberté le 27 - 02 - 2021

Les intervenants ont relevé lors de cet hommage, organisé par la maison de la culture de Tizi Ouzou, l'apport de l'"amusnaw" à tamazight et son combat pour l'identité. L'universitaire Souad Kedri a insisté sur la nécessité de "déconfiner" son théâtre, qui est "un espace de valorisation de la culture algérienne".
Le 32e anniversaire de la disparition de l'illustre chercheur, écrivain, linguiste et anthropologue Mouloud Mammeri a été commémoré jeudi à Tizi Ouzou à travers un riche programme élaboré par la direction de la culture, en collaboration avec l'APC d'Ath Yenni et l'association Mouloud-Feraoun. Des conférences autour de l'œuvre de Mammeri et de la poésie de Si Mohand u M'hand ont été animées par les universitaires Halouane Hacene, Takfarinas Naït Chabane, Allaoua Rabhi et Chemakh Saïd.
Enseignant de tamazight à l'université de Tizi Ouzou, Takfarinas Naït Chabane a évoqué la démarche de Mammeri dans l'élaboration de l'amawal (lexique), ainsi que l'impact de cette œuvre dans la promotion de tamazight. "Mammeri était le premier à avoir donné un métalangage à la langue berbère à travers tajerrumt et l'amawal ; cela a fait que tamazight a pu conquérir d'autres espaces sociolinguistiques, ce qui est rassurant pour la sauvegarde de cette langue", a souligné l'orateur.
Pour sa part, Souad Kedri, qui était l'invitée de l'émission "La matinale" dans le cadre de cet hommage, a mis l'accent sur l'humanisme et le caractère multidimensionnel de l'œuvre de Mouloud Mammeri. "En observateur lucide de son époque, il a utilisé ses créations romanesques et théâtrales comme espace identitaire et de valorisation de la culture algérienne", a-elle analysé, soulignant que son œuvre théâtrale, qui "doit être déconfinée, a profondément influencé le champ académique et servi de référence à plusieurs générations de chercheurs".
Et à l'intervenante d'ajouter : "Elle a constitué pour plusieurs générations intellectuelles et politiques un excellent poste d'observation, car elle est empreinte d'un grand humanisme." Elle a en outre relevé que l'univers dramatique de Mammeri est chargé de signes, de symboles et de personnages qui disent "les espoirs et désespoirs présents et futurs". "Pour paraphraser Antonin Artaud, poursuit-elle, on dira que Mouloud Mammeri a créé un univers pour vider un abcès, celui des questionnements identitaires".
La directrice de la culture de wilaya, Mme Nabila Goumeziane, a rappelé, quant à elle, l'apport indéniable de Mouloud Mammeri dans la préservation de la poésie populaire, en particulier celle de Si Mohand u M'hand. "Ce legs se caractérise par la force du verbe et la profondeur des messages qu'il véhicule, son intemporalité et sa portée philosophique qui est un véritable gisement duquel doivent s'abreuver les Algériens", a-t-elle estimé.
Il est à noter que le programme comprenait aussi plusieurs activités, dont une exposition autour de la vie et de l'œuvre de Mouloud Mammeri et des ventes dédicaces d'auteurs comme Laceb Djamel, Akli Drouaz, Lynda Hantour, Bengana Chabha et Zohra Aoudia.
Cette journée commémorative a été aussi marquée par une cérémonie au profit des lauréats du premier concours de poésie en hommage à Si Mohand u M'hand, dont le premier prix a été décerné au jeune poète Athmane Noredine et les deuxième et troisième prix aux poètes Fethi Meziane et Bouam Med Arezki.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.