La BADR vulgarise ses produits    Le choix cornélien des membres du BF de la FAF    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Des dossiers lourds en voie de finalisation    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Les Canaris en mode nocturne    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Boukadoum en visite de travail en Libye    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    6 ans de prison pour deux anciens DG    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    3 décès et 156 nouveaux cas    La Juventus récolte déjà les fruits du projet de Super Ligue    Les exigences de la CNCC    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Profession: Auto-serveur    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Le sempiternel casse-tête du transport    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"
Un hommage lui a été rendu à l'occasion du 32e anniversaire de sa mort
Publié dans Liberté le 27 - 02 - 2021

Les intervenants ont relevé lors de cet hommage, organisé par la maison de la culture de Tizi Ouzou, l'apport de l'"amusnaw" à tamazight et son combat pour l'identité. L'universitaire Souad Kedri a insisté sur la nécessité de "déconfiner" son théâtre, qui est "un espace de valorisation de la culture algérienne".
Le 32e anniversaire de la disparition de l'illustre chercheur, écrivain, linguiste et anthropologue Mouloud Mammeri a été commémoré jeudi à Tizi Ouzou à travers un riche programme élaboré par la direction de la culture, en collaboration avec l'APC d'Ath Yenni et l'association Mouloud-Feraoun. Des conférences autour de l'œuvre de Mammeri et de la poésie de Si Mohand u M'hand ont été animées par les universitaires Halouane Hacene, Takfarinas Naït Chabane, Allaoua Rabhi et Chemakh Saïd.
Enseignant de tamazight à l'université de Tizi Ouzou, Takfarinas Naït Chabane a évoqué la démarche de Mammeri dans l'élaboration de l'amawal (lexique), ainsi que l'impact de cette œuvre dans la promotion de tamazight. "Mammeri était le premier à avoir donné un métalangage à la langue berbère à travers tajerrumt et l'amawal ; cela a fait que tamazight a pu conquérir d'autres espaces sociolinguistiques, ce qui est rassurant pour la sauvegarde de cette langue", a souligné l'orateur.
Pour sa part, Souad Kedri, qui était l'invitée de l'émission "La matinale" dans le cadre de cet hommage, a mis l'accent sur l'humanisme et le caractère multidimensionnel de l'œuvre de Mouloud Mammeri. "En observateur lucide de son époque, il a utilisé ses créations romanesques et théâtrales comme espace identitaire et de valorisation de la culture algérienne", a-elle analysé, soulignant que son œuvre théâtrale, qui "doit être déconfinée, a profondément influencé le champ académique et servi de référence à plusieurs générations de chercheurs".
Et à l'intervenante d'ajouter : "Elle a constitué pour plusieurs générations intellectuelles et politiques un excellent poste d'observation, car elle est empreinte d'un grand humanisme." Elle a en outre relevé que l'univers dramatique de Mammeri est chargé de signes, de symboles et de personnages qui disent "les espoirs et désespoirs présents et futurs". "Pour paraphraser Antonin Artaud, poursuit-elle, on dira que Mouloud Mammeri a créé un univers pour vider un abcès, celui des questionnements identitaires".
La directrice de la culture de wilaya, Mme Nabila Goumeziane, a rappelé, quant à elle, l'apport indéniable de Mouloud Mammeri dans la préservation de la poésie populaire, en particulier celle de Si Mohand u M'hand. "Ce legs se caractérise par la force du verbe et la profondeur des messages qu'il véhicule, son intemporalité et sa portée philosophique qui est un véritable gisement duquel doivent s'abreuver les Algériens", a-t-elle estimé.
Il est à noter que le programme comprenait aussi plusieurs activités, dont une exposition autour de la vie et de l'œuvre de Mouloud Mammeri et des ventes dédicaces d'auteurs comme Laceb Djamel, Akli Drouaz, Lynda Hantour, Bengana Chabha et Zohra Aoudia.
Cette journée commémorative a été aussi marquée par une cérémonie au profit des lauréats du premier concours de poésie en hommage à Si Mohand u M'hand, dont le premier prix a été décerné au jeune poète Athmane Noredine et les deuxième et troisième prix aux poètes Fethi Meziane et Bouam Med Arezki.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.