Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le pouvoir continue dans le déni"
Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT
Publié dans Liberté le 27 - 02 - 2021

Les pratiques du pouvoir, à travers les médias, sont "un mépris et une moquerie insupportable envers la galère de la majorité des Algériens", dénonce Mme Hanoune.
Le Parti des travailleurs (PT), par la voix de sa secrétaire générale, Louisa Hanoune, a dressé hier un constat accablant des pratiques du pouvoir visant à discréditer le Hirak et à criminaliser la libre pensée et l'exercice politique en Algérie.
"Le pouvoir use d'une propagande hideuse jamais vue même au temps du parti unique au sommet de sa puissance", a déclaré, hier matin, Louisa Hanoune, lors de l'ouverture de la session ordinaire du bureau politique du PT, qui coïncide avec la célébration, le 22 février dernier, de l'an II du déclenchement du Hirak. Mme Hanoune accuse le pouvoir de distiller, à travers les médias publics, des "contrevérités" pour cacher ce que nous vivons en Algérie comme "impasse politique et crise socioéconomique".
Les pratiques du pouvoir, à travers les médias, sont "un mépris et une moquerie insupportable envers la galère de la majorité des Algériens", dénonce Mme Hanoune, qui les qualifie de "provocation".
Parallèlement, "le régime continue de s'engouffrer dans ses crises, qui sont mortelles", a-t-elle ajouté, notant que depuis le début du "processus contre-révolutionnaire", engagé par le régime au lendemain de la démission forcée de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril 2019, "nous avons vu comment ce pouvoir qui s'est imposé à nous exploite la religion à des desseins politiques et pour faire passer sa politique révisionniste".
Pour la SG du PT, "ces manœuvres dangereuses ouvrent la voie à de graves dérapages, à la persécution" contre toutes celles ou tous ceux qui osent penser différemment et librement. C'est le cas du chercheur en islam, Saïd Djabelkhir, victime d'une plainte déposée par un enseignant universitaire de Sidi Bel-Abbès pour des publications sur les réseaux sociaux, qu'il considère comme une offense au prophète et à la religion musulmane.
" Alors que l'Etat devrait protéger les droits et la liberté de recherche académique, la justice, elle, enregistre la plainte", dénonce Louisa Hanoune. "En parallèle et pour des raisons religieuses, il est procédé à l'arrestation et au jugement d'activistes et de simples citoyens, comme si nous étions au Moyen Âge", a-t-elle insisté, voyant en cela "une jonction entre les puissances obscurantistes et un régime non démocratique rejeté par la majorité écrasante du peuple.
Dans l'histoire de l'humanité, tout régime rejeté par le peuple ne peut s'appuyer sur une base populaire, mais sur les prédateurs, les corrompus, le clientélisme qu'il crée lui-même et les extrémistes religieux, ainsi que sur les esprits obscurantistes, les grandes puissances pour obtenir leur soutien, afin de garder le pouvoir".
En d'autres termes, le départ forcé de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika n'a rien apporté de nouveau au pays, si ce n'est un changement d'homme au sein d'un même système politique décadent.
"Le système est resté le même, avec les mêmes politiques anti-sociales, les mêmes pratiques politiques totalitaires et de hogra", a-t-elle déclaré dans son intervention, parce que, selon elle, "le processus électoral qui a été imposé, à partir de la présidentielle de 2012, était biaisé".
Et deux ans après le déclenchement du Hirak, le 22 Février 2019, "le pouvoir continue dans son entêtement et dans son déni", alors que la quasi-majorité des voix aspire à un changement politique profond, et à "aller de l'avant vers la deuxième République", a appuyé encore Mme Hanoune, qui a multiplié les interventions dans ce contexte d'impasse politique et de rejet du pouvoir de toute initiative émanant de la rue et de l'opposition politique.
"Le pouvoir pense qu'il peut se jouer de l'intelligence des Algériens, en recourant à l'installation d'organisations (observatoire, hauts conseils, etc.), dont le but est la caporalisation de la vie politique et associative", a-t-elle soutenu.
"Nous n'avons pas besoin d'observatoires. La plupart des Algériens ont besoin de politiques qui répondent à leurs aspirations, de décisions qui rompent avec des pratiques politiques et sociales qui sont à l'origine de la décadence dans notre pays", a-t-elle insisté, estimant que cela contribue à la généralisation de la corruption.

Lyès MENACER


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.