Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme
Son procès a eu lieu, hier, au tribunal d'Ouargla
Publié dans Liberté le 01 - 03 - 2021

L'activiste s'est distingué depuis plusieurs années par son militantisme dans cette région, notamment à Mekhadema, où il menait le mouvement des chômeurs. Cette condamnation tendra-t-elle à le faire taire ?
Le tribunal de première instance d'Ouargla a condamné, hier , le jeune activiste du mouvement populaire, Ameur Guerrache, à 7 ans de prison ferme. Lors du procès, le procureur de la République avait requis 10 ans d'emprisonnement contre l'accusé. Arrêté en juillet dernier pour ses activités au sein du mouvement populaire, le prévenu a aussitôt été placé en détention provisoire.
Ameur Guerrache a fait face à plusieurs accusations, dont certaines sont liées au terrorisme. Ainsi, il est accusé d'abord d'"atteinte au président de la République" et d'"incitation à attroupement non armé", avant de voir son dossier s'alourdir d'accusations encore plus graves et qui relèvent, essentiellement, de la criminelle.
En effet, le jeune militant est accusé d'"apologie d'actes terroristes", de "publication et de partage de publications faisant l'apologie du terrorisme" et de "publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national".
De graves accusations contre lesquelles, le prévenu s'est défendu farouchement, selon ses proches, mais sans voir la justice fléchir. Contacté par Liberté, un de ses avocats a estimé que le dossier d'Ameur Guerrache "est vide".
" La justice a agi dans ce sens, afin d'en finir avec un meneur, donc elle a frappé fort pour faire taire la voix de la contestation", a ajouté l'avocat qui a requis l'anonymat, car il n'est pas constitué officiellement dans le dossier.
Notre interlocuteur a ajouté qu'Ameur Guerrache "n'a rien à voir avec l'activité terroriste" et que " son dossier a été politisé" afin "de justifier cette lourde sentence".
"Des dossiers qui contiennent des preuves tangibles sur la corruption et des faits criminels ont été gérés d'une manière souple, contrairement à ce dossier qui ne mérite pas autant d'acharnement", a-t-il ajouté, estimant que "le prévenu est un jeune gagné par la ferveur du changement comme tant d'autres jeunes Algériens. D'ailleurs, tout son combat se résume au développement et à la justice sociale".
Pour rappel, Ameur Guerrache s'est distingué depuis plusieurs années par son militantisme dans cette région, notamment à Mekhadema, où il menait le mouvement des chômeurs.
Un mouvement qui a défrayé la chronique pendant plusieurs années au sud du pays. Ameur Guerrache dénonçait, tout comme les autres militants de la région, leur exclusion des plans de développement. Selon ses proches, un appel du verdict sera introduit à la cour d'appel d'Ouargla.
À noter que le ministère de la Justice a fait état, avant-hier, dans un communiqué, de l'élargissement de 59 détenus jusqu'à jeudi dernier dans le cadre de la grâce présidentielle décrétée par le président de la République, le 18 février courant.
" En application des mesures prises par le président de la République à l'occasion de la Journée du chahid et du 2e anniversaire du Hirak, authentique béni, le nombre des détenus élargis jusqu'au 25 février 2021 a atteint 59, et ce, après parachèvement de la procédure", a précisé le communiqué.
Ce nombre, a ajouté le ministère, "correspond à celui annoncé par le président de la République, le 18 février 2021, en faisant état de la libération de 55 à 60 détenus".
Le ministère de la Justice avait annoncé, le 19 février passé, l'élargissement dans le cadre des mesures de grâce décidées par le président de la République de 33 détenus entre condamnés et non condamnés définitivement à des peines de prison ferme pour des actes liés à l'utilisation des réseaux sociaux ou commis lors de rassemblements.
Toutefois, les avocats, des activistes du mouvement populaire et des militants font état de la présence d'une trentaine de détenus dans les prisons.

M. MOULOIDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.