Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces détenus oubliés du hirak
Ils sont moins connus et peu médiatisés
Publié dans Liberté le 29 - 09 - 2020

Plus de soixante détenus d'opinion croupissent, pour certains, depuis plus d'un an dans les prisons.
Depuis le début du mouvement de protestation contre le régime, le 22 février 2019, des centaines de manifestants eg de militants ont dû visiter, au moins une fois, la prison. Certains sont, jusqu'à aujourd'hui, incarcérés sans avoir été jugés.
Ils sont pour ainsi dire les oubliés de la mobilisation en faveur des détenus d'opinion. Selon la liste du Comité national pour la libération des détenus (CNLD), mise à jour le samedi 26 septembre 2020, 61 militants et activistes politiques restent encore incarcérées dans 26 wilayas.
La plupart ne sont pas très connus. Ayant participé aux marches ou publié des posts sur les réseaux sociaux dénonçant le régime en place, certains d'entre eux ont vu arriver puis partir d'autres détenus du Hirak, relaxés ou condamnés à une peine déjà purgée.
C'est le cas de Walid Nekiche, étudiant à l'Institut national supérieur de pêche et d'aquaculture d'Alger, arrêté lors de la marche des étudiants le 26 novembre 2019, à Alger. Ce jeune homme de 24 ans, en détention provisoire depuis plus de neuf mois à la prison d'El-Harrach, est poursuivi pour "atteinte à la sécurité nationale" et "complot contre l'Etat".
Son procès n'a toujours pas eu lieu. Walid Kechida, un autre jeune militant, qui traite avec humour de la situation politique dans le pays avec des "Mems humoristiques", reste, lui, en détention provisoire depuis le 27 avril dernier. Inculpé par le juge d'instruction pour "atteinte à corps constitués", "outrage et offense au président de la République" et "atteinte à l'entité divine", l'artiste a vu sa détention provisoire prolongée, le 24 août dernier, pour quatre mois supplémentaires.
Des dizaines d'autres détenus, moins médiatisés et politiquement moins en vue, demeurent, pour ainsi dire, "les parents pauvres" de la mobilisation populaire en faveur de leur libération et de l'indépendance de la justice. C'est le cas d'Ameur Guerrache, de Mohamed Athmane et de nombreux autres dont seules les publications sporadiques de leurs avocats et du CNLD sur les réseaux sociaux font état.
La suspension du Hirak en mars dernier, en raison de la crise sanitaire, n'a d'ailleurs pas empêché une nouvelle vague d'arrestations et de mises en détention provisoire de militants et d'activistes pour des publications sur Facebook. Des interpellations et des incarcérations, que des organisations internationales, comme l'ONU et certaines ONG, n'ont cessé de dénoncer comme étant autant d'atteintes aux droits humains et aux libertés d'opinion et d'expression.
Parmi ces organisations figure Amnesty International dont le président de la République a mis en avant le sérieux et la crédibilité, dimanche dernier, lors d'une entrevue télévisée avec les représentants des médias nationaux.
La même organisation avait pourtant appelé en mai dernier à la libération de tous les détenus d'opinion, allant jusqu'à reprocher aux autorités algériennes de tirer profit du contexte de la propagation du coronavirus pour "accélérer la répression contre les militants du Hirak, jeter les opposants en prison et réduire les médias au silence". Un appel qui ne trouve toujours pas écho auprès des décideurs algériens, malgré l'urgence d'instaurer un climat d'apaisement politique dans le pays.

Kenza SIFI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.