Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La défense dénonce un mauvais traitement du détenu
Affaire de Samy Dernouni
Publié dans Liberté le 04 - 03 - 2021

Nouvelles révélations sur des cas de mauvais traitements. Cette fois, la victime est Samy Dernouni, un jeune qui, à l'issue de son procès mardi devant le tribunal de cette ville, a évoqué les "sévices" qu'il aurait subis au cours de sa garde à vue. Mes Ali Fellah et Abdellah Haboul, deux membres du collectif d'avocats de la défense ont parlé, sans ambages, de "mauvais traitements" subis par Samy Dernouni, lors de sa garde à vue qui a duré, selon eux, plus de 100 heures (plus de quatre jours).
D'après son témoignage, relayé par ses avocats, devant le juge et le procureur de la République, Samy Dernouni a révélé "avoir eu droit à un interrogatoire musclé". Arrêté et détenu par les éléments de la DGSI relevant de la caserne Antar, Samy Dernouni a affirmé avoir été "insulté, déshabillé, battu, torturé au pistolet électrique Taser et privé de son droit à un examen médical".
Contacté par nos soins, Me Haboul nous a déclaré hier que "la place de Samy Dernouni n'est pas en prison". "Il devrait avoir droit à un procès plus équitable", insiste-t-il. "Nous avons soulevé des irrégularités dans la procédure dans sa globalité et notamment lors de l'enquête préliminaire. Nous avons également décelé d'autres infractions au niveau du juge d'instruction et, aujourd'hui, viennent s'ajouter ces révélations de tortures. C'est inadmissible", dit-il. Les avocats de la défense n'ont pas, selon leurs affirmations, porté plainte pour ces agissements et attendent l'issue du procès.
Chômeur de la ville de Batna et militant du Hirak, Samy Dernouni a été, pour rappel, mis sous mandat de dépôt le 7 décembre dernier en même temps que l'enseignante Namia Abdelkader par le juge d'instruction (1re chambre) du tribunal de Tipasa, qui a ordonné l'ouverture d'une information criminelle à leur encontre.
À l'issue de l'instruction, les faits ont été requalifiés et le dossier a été renvoyé par devant le tribunal de Tipasa siégeant en correctionnelle. Samy Dernouni et Namia Abdelkader sont donc poursuivis pour de prétendus faits de proposition d'un complot dans le but de porter atteinte à l'intégrité du territoire national, mais proposition non agréée (article 78 alinéa 3 du code pénal) et incitation à attroupement non armé (article 100 alinéa 1 du code pénal).
Programmée pour l'audience du 27 janvier 2021, l'affaire a été renvoyée à l'audience du 23 février puis de nouveau à l'audience du 2 mars pour un prononcé définitif prévu le 9 mars prochain. Contrairement à d'autres détenus, Samy Dernouni n'a pas bénéficié des mesures d'élargissement des détenus d'opinion édictées par le chef de l'Etat comme cela a été le cas pour Namia Abdelkader.
Le tribunal avait même rejeté la demande de sa mise en liberté provisoire, ce qui traduit davantage, selon certains, le dysfonctionnement de la justice, d'autant que les chefs d'inculpation sont identiques. Fait qui s'est répété, mardi, lorsque le ministère public a réclamé la confirmation de la détention pour Samy Dernouni après avoir requis la peine maximale de 10 ans de prison ferme.
Les avocats, pour leur part, restent convaincus et clament, haut et fort, que "le dossier est vide", que "les accusations ont été fomentées" et que "c'est là un procès purement politique". Ils plaident pour qu'"aucun Algérien ne puisse être emprisonné arbitrairement pour ses opinions".

Nabila SaIdoun


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.