Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'informel se nourrit de croyances qui ne reconnaissent pas le rôle régulateur de l'Etat"
Driss Reguieg Issaad, Professeur à l'Université d'Oran 2
Publié dans Liberté le 30 - 03 - 2021

Liberté : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, a appelé, dimanche, les commerçants à se conformer à l'esprit de la charia dans toutes leurs transactions, en application des règles de la jurisprudence islamique en matière de vente. N'est-ce pas là une manière décalée et détournée d'aborder la dérégulation que la Banque centrale n'a cessé de pointer du doigt pour justifier la hausse des prix des produits de large consommation ?
Driss Reguieg Issaad : Il est clair que ces mesures préconisées par le ministère des Affaires religieuses ne font qu'affirmer les préférences des politiques pour les solutions affectives au détriment des solutions cognitives et conatives. En dépassionnant le débat sur les pratiques commerciales et en les analysant avec la froideur nécessaire, beaucoup de pistes de réflexion émergeront. La charia ne peut, à elle seule, permettre une formalisation de l'acte et de la pratique mercantiles. La religiosité comme approche de régulation commerciale se limite à la seule question de la confiance qui est une valeur supposée rassurer les partenaires lors de transactions commerciales. Quant au contenu de ces transactions, il ne pourrait être régulé que par des dispositifs légaux issus de la législation.
En toile de fond se pose la récurrente question de l'économie informelle qui semble dicter de plus en plus sa loi, accaparant des parts importantes du secteur marchand et de celui de la distribution des biens alimentaires et non alimentaires. Face à ce fléau, le gouvernement semble vouloir aller mollo en optant en faveur de la finance islamique pour bancariser l'économie informelle. S'agit-il, selon vous, d'une fuite en avant sachant que la finance islamique existe depuis des années en Algérie sans que sa part de marché bouge d'un iota ?
La corrélation entre la religiosité et l'exercice de l'activité commerciale n'est plus à établir. L'informel se nourrit de croyances qui ne reconnaissent pas le rôle régulateur de l'Etat. Il s'agit pour beaucoup d'une activité foncièrement régie par la spéculation. Par rapport à ce constat, la finance islamique ne peut être qu'un facteur accélérateur de l'informel.
Ne pensez-vous pas que les pouvoirs publics semblent, encore une fois, privilégier les palliatifs plutôt que de prendre le taureau par les cornes en mettant en place de sérieuses réformes économiques et budgétaires ?
La question répond à elle-même. En effet, les mesures budgétaires et économiques sont des mesures qui fâchent. Nous allons devoir continuer à caresser le chat dans le sens du poil. Du reste, l'argent de l'informel par essence rejette toute forme de circulation dans un quelconque circuit bancaire formel même s'il a le cachet islamique. L'informel a cette capacité à réagir aux situations et opportunités sans être bridé par des procédures et protocoles émanant même de banques islamiques.
Ensuite, la fiscalisation des activités informelles va à contresens de la raison d'être de ce type d'activités. Fiscaliser c'est traçabiliser, donc formaliser cette activité. Les mesures prônées sont une reconnaissance tacite de l'Etat à vouloir formaliser l'informel à défaut de le contenir. L'économie souterraine est une activité réelle et doit par conséquent être d'abord formalisée par un ciblage des acteurs (qui ne connaît pas qui fait de l'informel). Des offres plus intéressantes devraient par conséquent être faites en se basant sur l'impératif économique plutôt que sur des considérations religieuses.


Propos recueillis par : Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.