Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des ambassadeurs veulent en savoir plus
Situation politique dans le pays
Publié dans Liberté le 01 - 04 - 2021

En l'espace de quelques jours, les ambassadeurs des grandes puissances ont fait le tour de l'essentiel des partis politiques que compte le pays. Cela a concerné toutes les obédiences politiques ; du Rassemblement pour la culture et la démocratie jusqu'à El-Bina d'Abdelkader Bengrina, en passant par le Front de libération nationale et le Mouvement de la Société pour la paix ; tout le monde a eu droit à "sa visite".
Les représentants des chancelleries ont brassé large dans une tentative de comprendre ce qui se passe dans le pays à l'orée du bouillonnement suscité par le retour des manifestations du mouvement populaire et la perspective de la tenue des législatives en juin prochain.
Dans les communiqués des ambassades et des partis politiques visités, on lit que ces rencontres ont abordé "la question des relations bilatérales" ou de "comment développer ces relations". S'agit-il vraiment de discuter uniquement des relations bilatérales ? S'agit-il, plutôt, de visites de courtoisie ? Dans un autre contexte, peut-être que ces rencontres revêtiraient un caractère plutôt banal.
Mais vu la situation dans laquelle se trouve le pays, elles prennent une importance certaine pour les chancelleries, notamment celles des grandes puissances. Les ambassadeurs, dont beaucoup ont été accrédités depuis quelques mois seulement, veulent connaître les avis des formations politiques sur la situation du pays et chercheraient, également, à connaître les poids des uns et des autres.
C'est, d'ailleurs, ce que confirme François Gouyette, l'ambassadeur de France, qui a indiqué dans un communiqué que ces rencontres "nous sont nécessaires pour une meilleure connaissance du paysage politique".
Des témoins de certaines de ces rencontres affirment que contrairement aux visites habituelles, celles de cette année sont marquées par le retour des manifestations du Hirak et la projection des élections législatives en juin prochain.
Face au discours officiel qui vend l'image d'un pouvoir qui maîtrise la situation et qui mène sa feuille de route comme il le veut, les représentants diplomatiques cherchent à entendre d'autres sons de cloche. Ils sont notamment "inquiets" des conséquences de la poursuite de la crise politique, surtout que cette impasse politique est jumelée à une crise économique qui ne fait que s'exacerber.
Cette inquiétude est exprimée de manière plus affirmée par des pays du sud de la Méditerranée comme la France, l'Espagne ou encore l'Italie. Dans ces pays, la presse évoque souvent des contingents de migrants clandestins qui arrivent sur leurs côtes Sud en provenance d'Algérie. Cette tendance risque de s'amplifier avec la poursuite de l'impasse politique et la flambée des chiffres du chômage, et de la pauvreté qui gagne du terrain à la suite de l'inflation qui prend de l'ampleur.
Si ces inquiétudes et remarques sont transmises aux partis politiques, elles ne transparaissent pas dans les communiqués des ambassades. Les ambassadeurs sont visiblement soucieux des formes qui les astreignent, notamment à une obligation de réserve. Mais ces rencontres servent surtout à avoir un aperçu plus complet sur la situation dans le pays.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.