L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les étudiants empêchés de marcher
Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 07 - 04 - 2021

Pour la cinquième fois consécutive, la marche des étudiants, soutenue par des citoyens, a été empêchée, hier, mardi, à Tizi Ouzou. La marche qui devait s'ébranler à 11h, depuis l'entrée principale de l'université, a été stoppée par un important dispositif anti-émeute qui a carrément bloqué tout passage aux manifestants qui criaient à tue-tête : "Dawla madania machia 3askaria" (Etat civil et non militaire), "Ulac l'vote ulac" (pas de vote) et "Djazayer hourra" (Algérie libre).
Suite à ce blocage, les centaines de manifestants, qui ont pris part à cette marche, ont décidé de contourner l'important dispositif policier en empruntant en sens inverse l'itinéraire habituel, à savoir celui menant de l'entrée principale de l'université vers Anar Amellal, en passant par le boulevard des Frères Belhadj, dans l'espoir d'atteindre la place de La Bougie, à l'autre bout de la ville, avant d'être, une fois encore, stoppés par des policiers munis de boucliers et de matraques.
Là encore, la énième tentative des manifestants de contourner le dispositif policier, en passant par le quartier dit Les Corbeaux et par le pont Sud-Ouest, a donné lieu à un moment de tension entre policiers et manifestants, avant que le calme ne revienne quelques minutes après.
"Le combat que nous avons commencé n'est pas terminé car nous n'avons pas encore atteint les objectifs de la révolution du sourire, qui consiste à construire un Etat de droit basé sur le principe de la séparation des pouvoirs", a souligné un étudiant pour qui, l'université Mouloud-Mammeri, comme toutes les universités du pays, doit jouer un rôle cardinal dans la lutte du peuple pour un véritable changement démocratique et pacifique du système. "L'université a été le berceau des luttes et de la résistance", a-t-il estimé.
"Comme tous les mardis, les forces de l'ordre sont là pour empêcher la marche des étudiants. Pour contrecarrer ce dispositif, nous avons décidé d'un autre itinéraire. En vain. Nous sommes, encore une fois, empêchés de marcher", a regretté un autre étudiant.
Pour notre interlocuteur, les étudiants ont tout fait pour éviter l'affrontement avec les forces de l'ordre. "Nous avons choisi un autre parcours, en marchant dans l'autre sens, pour éviter toute confrontation avec les forces de l'ordre. Nous sommes des étudiants et nous luttons dans un cadre pacifique.La répression vient plutôt du système qui continue avec les mêmes pratiques", a poursuivi notre interlocuteur.
À souligner que selon des témoignages d'étudiants, plusieurs manifestants ont été arrêtés avant le début de la marche, à l'entrée de l'université.

K. TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.