Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Liverpool : Mané refuse de serrer la main de Klopp (Vidéo)    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Rebiaï suspendu quatre matches    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    La désignation de Houasnia fait polémique    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tension persistante dans l'éducation
Nouveau débrayage des corps communs
Publié dans Liberté le 15 - 04 - 2021

Plus de 200 000 travailleurs relevant des corps communs de l'éducation nationale et des ouvriers professionnels s'apprêtent à organiser deux jours de grève les 25 et 26 avril prochains, a annoncé leur syndicat dans un communiqué.
"Le Syndicat national des corps communs de l'éducation nationale (SNCCOPEN) annonce une grève nationale les 25 et 26 avril 2021, suivie d'un sit-in le 26 avril devant les sièges des Directions de l'éducation à travers le territoire national", lit-on dans le communiqué du SNCCOPEN, publié sur les réseaux sociaux.
Cette grève vient "après l'épuisement de toutes les voies légales" et de recours auprès du ministère de tutelle, concernant plusieurs dossiers liés aux revendications de cette catégorie d'employés de la Fonction publique, un secteur en pleine ébullition depuis quelques semaines, explique ce communiqué qui a sanctionné la réunion du conseil national extraordinaire du SNCCOPEN, tenu dimanche.
Le syndicat exige "le relèvement immédiat des salaires" et "l'annulation du décret exécutif n°565 du 17 mars 2021, relatif à la manière d'élire les commissions nationales et de wilaya des œuvres sociales de l'éducation". Aussi, le syndicat demande "la confirmation à leurs postes des travailleurs contractuels et l'abrogation de l'article incitant au travail avec le système de contractualisation".
Joint par téléphone, le président du bureau national du syndicat, Sid-Ali Bahari, a affirmé qu'"il n'y a aucun espoir avec le ministère" de tutelle que les travailleurs des corps communs et des ouvriers professionnels accusent de "pousser vers le pourrissement". Actuellement, il y a entre 80 000 et 90 000 travailleurs contractuels, selon M. Bahari, dont certains le sont depuis des décennies, alors que le secteur compterait, selon la même source, entre 30 000 et 40 000 postes vacants.
Cela sans compter le fait que "nous ne sommes soumis à aucune répartition des tâches et nous comptons les heures supplémentaires qui ne sont jamais indemnisées", a-t-il regretté. Aussi, le SNCCOPEN revendique "l'activation des primes pédagogiques et de documentation des laborantins, avec effet rétroactif, depuis 2012".
Le président du SNCCOPEN affirme que son syndicat "a saisi la justice autour des œuvres sociales, dont nous sommes injustement exclus, et au sujet de la rémunération des laborantins, privés de leurs primes depuis leur intégration dans le secteur de l'éducation en 2012".
Le médiateur de la République a aussi été saisi par le président du syndicat qui estime que les travailleurs et ouvriers professionnels ont laissé "assez de temps" à la tutelle, qu'ils accusent de penser "uniquement à l'enseignant". Et d'expliquer qu'"on ne peut pas construire un système éducatif solide uniquement avec les enseignants".
Le président du bureau national a souligné qu'une récente rencontre avec le ministre de l'Education n'a pas donné de résultats, ce pourquoi, le SNCCOPEN a décidé de recourir à la grève, menaçant d'une escalade.
Le SNCCOPEN est le deuxième syndicat après le Cnapeste à recourir à la grève face au blocage des discussions avec le ministère de tutelle autour de certains dossiers dans un contexte où la cherté de la vie a impacté sérieusement les ménages.


Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.