Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La libération des détenus d'opinion réclamée
Plusieurs marches organisées hier dans différentes wilayas

Par un froid glacial et des chutes de pluie intermittentes, les Constantinois ont réitéré pour le 8e vendredi consécutif depuis la reprise du hirak, leur attachement aux revendications du soulèvement populaire.
Marquée par des appels appuyés pour la libération des détenus d'opinions, notamment les activistes du hirak arrêtés ces derniers jours et la cessation des harcèlements judiciaires qui pèsent sur les hirakistes, la marche d'hier n'a pas dérogé aux rituels de ce rendez-vous hebdomadaire même si les conditions climatiques et le jeûne ont quelque peu dissuadé les manifestants à rejoindre massivement la procession.
À Oran, des centaines de citoyens sont descendus dans la rue pour réitérer les revendications portées par le Hirak depuis le 22 février 2019. Si de nouveaux slogans ont vu le jour, à la faveur des développements de la situation politique en Algérie, l'essentiel des messages adressés aux tenants du pouvoir n'ont pas changé : primauté du civil sur le militaire, disqualification du pouvoir en place, libération des détenus politiques, indépendance de la justice, liberté de la presse, respect des libertés individuelles et collectives, etc.
Après avoir chanté leur vœu d'une deuxième République fondée sur la justice sociale, les manifestants, dont des femmes et des enfants, ont repris le chemin du retour vers la place du 1er-Novembre. Tout le long du front de mer, ils ont repris les slogans phares du Hirak, réitérant ainsi leur volonté de poursuivre la lutte en dépit de la répression. Les manifestants dont beaucoup brandissaient des pancartes "Free prisoners" ont, par ailleurs, exprimé leur inquiétude pour les détenus du Hirak qui se trouvent en grève de la faim et réclamé leur remise en liberté.
À Bordj Bou-Arréridj, malgré le froid, la pluie et un important dispositif sécuritaire, la marche n'a rien perdu de son caractère festif, avec le son des tambours qui lui imprime l'ambiance des stades. Aux cris de "Dawla madania, machi askaria !" (Etat civil, non militaire), "Wallah mana habsine" (Nous n'abdiquerons jamais), la marche s'est ébranlée depuis Lagraphe avec les slogans habituels : "Libérez nos enfants, ils n'ont pas vendu de la cocaïne", "libérez nos enfants, pour qu'ils jeûnent avec nous", etc.
Même topo à Sétif. Ni le mauvais temps ni le carême n'ont affecté la détermination des manifestants à marcher. Dès la fin de la prière de vendredi, ils ont rejoint le lieu habituel de rencontre, à savoir le centre-ville de Sétif. Ils se sont regroupés près du siège de la wilaya avant de sillonner plusieurs autres artères du centre-ville.
Drapés de l'emblème national et brandissant des banderoles portant des slogans appelant à un Etat de droit et de libertés et autres pancartes portant les slogans habituels dont "Pour un Etat de droit", "Dawla madania machi askaria" (Pour un Etat civil et non militaire), les hirakistes ont scandé aussi des slogans d'ordre social. Sur une pancarte, on pouvait lire notamment : "Ni huile "ni poisson"; "à 42 ans, je suis toujours chômeur". à Annaba, la marche a mobilisé plusieurs centaines de personnes.
Tout aussi déterminés que lors des précédents rassemblements, les manifestants ont sillonné en boucle les principales artères et tout particulièrement le cours de la Révolution, en brandissant banderoles et pancartes tout en scandant les slogans habituels du Hirak. Ce vendredi encore les services d'ordre ont été discrets, limitant le dispositif de sécurité à deux fourgons installés à proximité du siège de la wilaya.
A Béjaïa, les manifestants ont investi la rue malgré la pluie qui n'a pas arrêté de tomber depuis 48 heures au moins. Ils étaient des centaines à prendre part à la marche du Hirak, confirmant, du coup, le regain de mobilisation constaté lors de la marche du vendredi précédent.
Munis de parapluies et avec le drapeau national ou l'embléme amazigh, les manifestants ont réitéré le message habituel : "Primauté du civil sur le militaire". Tout le long de leur itinéraire, ils ont scandé : "Abane khela awsaya, dawla madania, machi askaria" (Abane (Ramdane) a laissé une recommandation, Etat civil, non militaire). Autres slogans scandés : "Algérie libre et démocratique" ou "Ulac l'vot, ulac" (Pas de vote ou pas d'élections), etc.
À Tizi Ouzou, au moins deux nouveaux ingrédients, de nature à affaiblir sinon à réduire la mobilisation habituelle du vendredi, étaient venus s'ajouter à la longue liste des facteurs démobilisateurs déjà subis par le passé mais, au final, il n'en était rien.
La marche d'hier a fini, visiblement, par donner raison à ceux qui brandissaient depuis déjà longtemps les pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Rien ne peut arrêter un peuple sur le chemin de son destin". Comme à l'accoutumée, à 13 heures déjà, les premiers groupes de manifestants sont venus sortir la ville de son silence de la matinée.
A 13h30, la foule des grands jours était là, sous une pluie battante, sur l'esplanade du stade du 1er-Novembre à attendre l'imposant groupe de manifestants qui arrive de la ville, dans le sens inverse, à la sortie des mosquées.
A peine celui-ci arrivé, la foule plus impressionnante que le vendredi passé, s'ébranle aux cris de "Ulac L'vot Ulac", "Makache Intikhabate Mâa El îssabat" (pas d'élection avec la bande), ou encore "Nidhal Nidhal Hata Yaskout Nidham", (La lutte jusqu'à la chute du système), "Djazair Houra Democratia", "Libérez les détenus", "Thilleli i Mehvas N'aray", etc.
Les premiers carrés ont déjà largement dépassé la trémie du centre ville et s'approchait de la place de l'Olivier, point de chute de toutes les marches, alors que les derniers carrés venaient à peine de quitter le boulevard Lamali-Ahmed qui longe le CHU Nedir-Mohamed. Certains carrés ont mis le cap sur la libération des détenus d'opinion en brandissant des portraits dont celui de Mohamed Tajadit et Lounès Hamzi, et en scandant "libérer les détenus".

K. GHIMOUZE/S. OULD ALI/C. BOUARISSA
F. SENOUSSAOUI/M. OUYOUGOUTE/S. LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.