Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



SA PLACE N'EST PAS EN PRISON
Notre journaliste Rabah Karèche est emprisonné pour ses écrits
Publié dans Liberté le 21 - 04 - 2021

Estimé pour son sérieux et son professionnalisme, Rabah a appris à faire son travail dans les règles qui sont celles du métier. Sinon comment expliquer le fait que les autorités de la wilaya de Tamanrasset l'ont gratifié, à plusieurs reprises, de prix.
Notre journaliste, correspondant à Tamanrasset, Rabah Karèche, est en prison. Il a été mis sous mandat de dépôt par le juge d'instruction près le tribunal de Tamanrasset avant-hier après-midi. Rabah Karèche avait été entendu dimanche par la police qui a décidé de le garder dans ses locaux pour le présenter devant le procureur de la République lundi matin.
Officiellement, il est reproché à notre journaliste "l'administration d'un compte électronique consacré à la diffusion d'informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société", "la diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d'attenter à l'ordre public" et "l'usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l'unité nationales". Ce sont là les griefs retenus contre le journaliste. Une manière on ne peut plus pernicieuse pour les autorités judiciaires d'accabler d'accusations le journaliste, tout en contournant l'objet même de l'accusation.
Rabah Karèche est ciblé pour ses écrits sur Liberté. Ce sont ces mêmes écrits qu'il partage assez régulièrement sur sa page facebook. "Il va de soi que ce ne sont là que des accusations fallacieuses qui cachent mal une volonté de faire taire le journaliste et l'empêcher d'accomplir en toute objectivité son travail, comme l'attestent ses nombreuses convocations, ces derniers mois, par les services de sécurité", a écrit Liberté dans son communiqué. Ceux qui ont pensé ces accusations pour extraire l'affaire de son volet lié intimement à la liberté de la presse et d'expression n'ont pas été assez ingénieux.
Rabah est arrêté – on ne cessera jamais de le dire – pour ses écrits. Des écrits qui n'ont jamais été démentis par une quelconque autorité. Rabah est un professionnel. Son travail est un exemple de sérieux, d'éthique et de professionnalisme.
Homme habile et expérimenté, il sait chercher l'information et la trouver. Estimé pour son sérieux et son professionnalisme, les témoignages des consœurs et confrères de Tamanrasset sont la preuve que Rabah est tout simplement un journaliste qui a appris à faire son travail dans les règles qui sont celles du métier. Sinon comment expliquer le fait que les autorités de la wilaya de Tamanrasset l'ont gratifié, à plusieurs reprises, de prix. Une reconnaissance pour son œuvre.
De la prison après des mois de pression
L'incarcération de Rabah Karèche avant-hier est, en fait, le fruit d'une "procédure" enclenchée depuis plusieurs semaines. L'on sait à Liberté que ses comptes rendus sur les manifestations publiques dans la capitale de l'Ahaggar ne plaisaient guère.
Fidèle à sa ligne de conduite, mais surtout soucieux du rôle que doit jouer un journaliste libre en cette période particulière que traverse le pays, Rabah n'a jamais fait dans l'apologie d'une quelconque idéologie. Soucieux de rapporter l'information telle quelle, il a montré combien l'information est sacrée. Toutefois, et dans un climat où l'absolutisme se répand pour faire taire les voix qui refusent de démentir la vérité, Rabah est devenu la cible.
Convoqué à plusieurs reprises pour "divulguer" ses sources d'information, Rabah, en professionnel, a toujours refusé de jeter en pâture ses sources. L'objectif : couper le journaliste de son milieu – ses sources – pour en faire un simple témoin. Rabah n'a pas succombé. Il est resté stoïque face aux intimidations et aux multiples interrogatoires qui duraient parfois des journées entières.
Convaincu par ce qu'il fait, Rabah a repris aussitôt sa plume pour accompagner ses concitoyens dans leur quotidien, leurs luttes et leurs espoirs. Cela n'a pas plu. Il fallait en finir avec ce "téméraire". Son dernier article traitant d'une grogne citoyenne à Tamanrasset qui conteste le nouveau découpage territorial décidé par les autorités, suite à la création de dix nouvelles wilayas, semble précipiter l'incarcération du journaliste.
Dans son article, Rabah n'a fait que rapporter une information publique. Il a fait également parler une personnalité connue dans la région. En somme, Rabah n'a fait que son travail de journaliste.
Dès lors qu'il a, semble-t-il, touché là où ça fait mal, puisqu'il s'est mis du côté de ses concitoyens, les autorités n'ont pas jugé utile de démentir les informations rapportées, comme le veut la loi, mais elles ont préféré actionner, illico presto, l'appareil judiciaire, quitte à faire perdre encore une fois au pays des places dans le classement du respect de la liberté de la presse par les Etats. Cela n'est visiblement pas le souci des autorités.
L'information sur l'arrestation de Rabah Karèche a vite fait le tour des rédactions tant nationales qu'internationales. Un journal mexicain a relayé l'information la nuit même de l'incarcération du journaliste.
Colère et solidarité
L'information de l'incarcération de Rabah Karèche s'est répandue comme une traînée de poudre à la fois sur les réseaux sociaux et dans les rédactions. Des milliers de réactions ont été enregistrées le soir même de sa détention.
En réaction au communiqué de Liberté qui a dénoncé "avec la plus grande énergie" cette détention, des consœurs, des confrères, des militants, des avocats, des lecteurs fidèles au journal ont à l'unanimité dénoncé "une hantise" pour la justice algérienne.
"C'est une grave atteinte à la liberté d'expression", ont écrit des internautes. D'autres ont appelé à un large mouvement de soutien avec le détenu. "J'espère qu'ils ne diront pas que Rabah Karèche est aussi un khabardji", a écrit une jeune militante. De son côté, le Syndicat national des journalistes a vivement dénoncé l'emprisonnement du journaliste.
Dans son communiqué, le SNJ a souligné qu'il "tient, de prime abord, à exprimer son entière solidarité avec Rabah Karèche et nos confrères de Liberté, et exigé sa libération immédiate, conformément aux dispositions et principes des lois régissant la presse, précédemment évoqués justement".
Le SNJ a ajouté que "l'emprisonnement pour délit de presse n'étant plus, et ne devant plus exister en Algérie, un pays dont la corporation journalistique a payé le prix fort, plus qu'aucune autre corporation dans aucun autre pays au monde, pour que ces détestables procédés disparaissent à tout jamais.
Une corporation qui a toujours fait face aux pressions d'un pouvoir qui, le moins que l'on puisse dire, n'a jamais été un modèle en matière de respect de la liberté de la presse et d'expression, et aux forces rétrogrades et obscurantistes qui ont ôté la vie à des dizaines de journalistes et assimilés durant la décennie du terrorisme".
Les réactions se multiplient et abondent dans le même sens du soutien et de la solidarité avec le journaliste détenu. Cette colère légitime qui s'exprime face à cette honteuse détention et cette insupportable et scandaleuse atteinte à la liberté d'expression résume on ne peut plus clairement la nécessité de défendre des espaces de liberté.
Si aujourd'hui Rabah Karèche passera sa troisième nuit derrière les barreaux, la mobilisation citoyenne née pour arracher sa libération au plus vite est un espoir que nos espaces de liberté sont intouchables et inviolables. Ils le sont d'autant plus qu'on ne cessera jamais de répéter que la place d'un journaliste n'est surtout pas en prison. Rabah sera parmi nous. Il reprendra sa plume avec d'autant plus de conviction, mais aussi de liberté.

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.