Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Real -Zidane : "Ca montre le caractère de cette équipe"    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marché dans tous ses états
Hausse des prix à Oued Tlélat (Oran)
Publié dans Liberté le 21 - 04 - 2021

La hausse des prix des produits agricoles a permis de révéler la faiblesse du circuit d'approvisionnement du marché malgré les avantages accordés aux professionnels du secteur.
Les promesses du ministère du Commerce sur la régulation des prix des produits de large consommation, tels les viandes, la pomme de terre et autres produits alimentaires, durant le mois sacré du Ramadhan n'ont pas eu d'effet, tant les spéculateurs parviennent toujours à imposer leurs prix à Oued Tlélat, dans la wilaya d'Oran. "L'Etat ne contrôle plus la distribution des produits alimentaires et agricoles. Les différentes filières sont complètement entre les mains des spéculateurs", peste un père de famille, qui n'a pas mâché ses mots face à des prix qui frisent l'intolérable.
En effet, les prix affichés dans les marchés s'assimilent à une agression contre les consommateurs : le poulet est ainsi imposé à 400 DA/kg, la pomme de terre à 80 DA/kg, la tomate à 150 DA, la laitue à 170 DA... Et souvent les petites bourses repartent bredouilles, tandis que d'autres se rendent aux restos Rahma ou dans les mosquées, dont certains distribuent jusqu'à 800 repas par jour, un chiffre qui ne trompe pas sur la précarisation rampante des couches sociales.
La hausse des prix a également touché les produits alimentaires importés, tels les petits pois surgelés qui sont passés de 200 DA à 400 DA/kg, les pruneaux de 450 DA à 850 DA/kg et les abricots secs de 600 DA à 1 200 DA/kg. Quant au poisson, il est devenu franchement inaccessible. "La dévaluation du dinar n'explique pas tout. Trop d'intermédiaires gonflent les prix au passage", explique un commerçant.
La hausse des prix des produits agricoles a permis de révéler la faiblesse du circuit d'approvisionnement du marché malgré les avantages accordés aux professionnels du secteur puisque de très nombreux marchands de fruits et légumes ne payent pas de taxes fiscales ni de droit de place, et la majorité écrasante exerce dans l'informel sans être inquiétée par les services du contrôle des prix. Plus grave encore, des espaces publics situés à proximité des établissements scolaires et des maisons de culte sont squattés dans l'impunité et l'anarchie par des vendeurs de fruits et légumes ou des bouchers qui exercent sans registre du commerce et sans égards pour l'hygiène devant le regard médusé des consommateurs. Quid de la responsabilité de cette situation ? "Elle est partagée par plusieurs ministères. Depuis une décennie, on pointe du doigt les conséquences dévastatrices de l'informel, mais aucune solution n'a été trouvée. Les communes sont dépassées par le phénomène du squat des espaces publics. La planification de la production des différents produits agricoles est nulle et, à chaque fois, il y a pénurie de tel ou tel produit", explique un ancien cadre du ministère de l'Agriculture.
D'autre part, les déclarations de certains responsables de filière sont émaillées de fausses statistiques.
"La promesse, pourtant réalisable, des éleveurs pour une viande à 850 DA/kg ne verra jamais le jour", fait savoir un jeune boucher, qui donne l'exemple d'un collègue établi à Zahana (30 km d'Oran), où le kilogramme de viande de brebis est proposé à 850 DA/kg et celui de l'agneau à 1 150 DA. Ce que Liberté a pu vérifier et qui confirme que ce genre d'initiative peut se généraliser si l'Etat décide de s'investir.
NOUREDDINE BENABBOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.