Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Comment jouer avec la vie    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Abominable Delta    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Les élections locales en novembre    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Enseignements tunisiens    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    "Le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump"    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    Des mesures pour stabiliser le marché    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    C'est plus pire !    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le marché dans tous ses états
Hausse des prix à Oued Tlélat (Oran)
Publié dans Liberté le 21 - 04 - 2021

La hausse des prix des produits agricoles a permis de révéler la faiblesse du circuit d'approvisionnement du marché malgré les avantages accordés aux professionnels du secteur.
Les promesses du ministère du Commerce sur la régulation des prix des produits de large consommation, tels les viandes, la pomme de terre et autres produits alimentaires, durant le mois sacré du Ramadhan n'ont pas eu d'effet, tant les spéculateurs parviennent toujours à imposer leurs prix à Oued Tlélat, dans la wilaya d'Oran. "L'Etat ne contrôle plus la distribution des produits alimentaires et agricoles. Les différentes filières sont complètement entre les mains des spéculateurs", peste un père de famille, qui n'a pas mâché ses mots face à des prix qui frisent l'intolérable.
En effet, les prix affichés dans les marchés s'assimilent à une agression contre les consommateurs : le poulet est ainsi imposé à 400 DA/kg, la pomme de terre à 80 DA/kg, la tomate à 150 DA, la laitue à 170 DA... Et souvent les petites bourses repartent bredouilles, tandis que d'autres se rendent aux restos Rahma ou dans les mosquées, dont certains distribuent jusqu'à 800 repas par jour, un chiffre qui ne trompe pas sur la précarisation rampante des couches sociales.
La hausse des prix a également touché les produits alimentaires importés, tels les petits pois surgelés qui sont passés de 200 DA à 400 DA/kg, les pruneaux de 450 DA à 850 DA/kg et les abricots secs de 600 DA à 1 200 DA/kg. Quant au poisson, il est devenu franchement inaccessible. "La dévaluation du dinar n'explique pas tout. Trop d'intermédiaires gonflent les prix au passage", explique un commerçant.
La hausse des prix des produits agricoles a permis de révéler la faiblesse du circuit d'approvisionnement du marché malgré les avantages accordés aux professionnels du secteur puisque de très nombreux marchands de fruits et légumes ne payent pas de taxes fiscales ni de droit de place, et la majorité écrasante exerce dans l'informel sans être inquiétée par les services du contrôle des prix. Plus grave encore, des espaces publics situés à proximité des établissements scolaires et des maisons de culte sont squattés dans l'impunité et l'anarchie par des vendeurs de fruits et légumes ou des bouchers qui exercent sans registre du commerce et sans égards pour l'hygiène devant le regard médusé des consommateurs. Quid de la responsabilité de cette situation ? "Elle est partagée par plusieurs ministères. Depuis une décennie, on pointe du doigt les conséquences dévastatrices de l'informel, mais aucune solution n'a été trouvée. Les communes sont dépassées par le phénomène du squat des espaces publics. La planification de la production des différents produits agricoles est nulle et, à chaque fois, il y a pénurie de tel ou tel produit", explique un ancien cadre du ministère de l'Agriculture.
D'autre part, les déclarations de certains responsables de filière sont émaillées de fausses statistiques.
"La promesse, pourtant réalisable, des éleveurs pour une viande à 850 DA/kg ne verra jamais le jour", fait savoir un jeune boucher, qui donne l'exemple d'un collègue établi à Zahana (30 km d'Oran), où le kilogramme de viande de brebis est proposé à 850 DA/kg et celui de l'agneau à 1 150 DA. Ce que Liberté a pu vérifier et qui confirme que ce genre d'initiative peut se généraliser si l'Etat décide de s'investir.
NOUREDDINE BENABBOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.