Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les commerçants défient les lois du marché
Forte hausse des prix des viandes et des fruits et légumes
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 07 - 2012

Les prix des viandes, des fruits et légumes ont, dans l'ensemble, enregistré une "importante" hausse durant les deux premiers jours du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans certains marchés de la capitale.
Que ce soit au niveau du marché d'El Harrach, de Kouba ou celui d'El-Afia (sur les hauteurs du Plateau des Annassers), le constat est le même : le Ramadhan de cette année ne déroge pas à la règle en matière de hausse des prix des années précédentes.
A Kouba, plus exactement à Ben Omar au marché dit ''des arcades'', l'accès aux sept boucheries au premier jour du mois de Ramadhan était quasiment impossible.
"On dirait qu'on offre la viande gratuitement", lance une ménagère qui tente de se frayer un chemin dans la foule dans l'une des boucheries. Entre 1.150 DA et 1.250 DA le kg de viande ovine, et 750 DA, 850 DA la viande bovine, les prix des viandes varient d'une boucherie à l'autre parfois sans raison.
A quelques encablures de Kouba, aux marchés de Bachdjarrah et d'El Harrach, l'affluence au deuxième jour était bien timide mais les prix de la viande ne reflétaient pas la réputation de ces deux marchés populaires. La viande ovine est cédée entre 1.250 DA et 1.300 DA et 750 DA à 850 DA la viande de bœuf.
Pour faire face à la cherté de ces prix, beaucoup de consommateurs se sont rabattus sur la viande congelée et celle du poulet ou de la dinde. La viande bovine congelée revient à la moitié de la viande fraîche, le kilogramme étant cédé à quelque 600 DA/kg pour le bovin.
Pour le poulet, le kg est vendu entre 350 et 400 DA, soit presque le double de son prix à la veille du mois sacré. Près de 10.000 tonnes de viandes rouges et blanches congelées ont été importées récemment par différents opérateurs (publics et privés), alors que le ministère de l'agriculture avait autorisé, rappelle t-on, l'importation de la viande ovine.
Parallèlement à ces mesures, il y a eu également la constitution d'un stock de viandes blanches congelées estimé à 10.000 tonnes dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation.
Contrairement aux prix des viandes, jugés élevés, ceux des fruits et légumes ont connu également des hausses, mais restent, selon plusieurs citoyens, à la portée des ménages.
Les prix de la tomate oscillent sur les marchés algérois entre 50 et 80 DA, alors qu'ils se situaient avant le mois de Ramadhan dans une fourchette de 35 et 40 DA.
La courgette est cédée entre 100 et même à 120 DA (contre 60 DA une semaine auparavant), la carotte entre 80 et 120 DA/kg et les aubergines entre 70 et 80 DA/kg.
Les prix de l'oignon et de la pomme de terre sont, par contre, restés quasiment stables, et s'affichent entre 40 et 50 DA/kg. Les étals du marché de Bachdjarah affichaient, en revanche, des prix relativement "abordables" et "n'ont pas enregistré de hausse" par rapport à ces derniers jours, selon plusieurs citoyens rencontrés par l'APS.
L`inflation durant le Ramadhan existe aussi dans les pays arabes
A Bachdjarah, la tomate, la courgette, les carottes et autres aubergines sont cédées respectivement à 25 DA, 70 DA, 50 DA, 35 DA le kilogramme, alors que les poivrons et le concombre sont cédés respectivement à 60 DA/kg et à 100 DA. Les prix des fruits ont, de leur côté, connu une hausse "considérable", ce qui a rendu ces produits "inaccessibles" pour beaucoup de consommateurs, estime une ménagère.
Les fruits de saison comme le raisin et les pêches sont cédés entre 150 DA et 200 DA/kg. Les prix des dattes varient, selon la qualité, entre 250 et 450 DA/kg, alors que la pastèque et le melon sont cédés à 40 DA et 80-100 da/kg.
Interrogés sur les raisons de cette hausse, les commerçants ont été "unanimes" et ont affirmé que la forte demande durant les premiers jours de chaque ramadhan était à l'origine de cette flambée, estimant que les prix connaîtront une baisse dès la deuxième semaine du mois sacré.
Cependant, ce phénomène de la hausse conjoncturelle des prix des produits alimentaires durant le mois sacré ne concerne pas uniquement l`Algérie, puisque d`autres pays arabes connaissent la même situation de spirale de la hausse vertigineuse des prix, tant les gouvernements sont incapables d`y mettre un terme. A titre d`exemple, les commerçants égyptiens pratiquent la même politique et le même rituel de la spirale des prix inflationnistes pendant le mois du carême, sachant que les prix des produits agricoles (fruits et légumes) et d`autres denrées alimentaires flambent durant ce mois-ci dans les marchés, ce qui suscite la colère et le mécontentement des consommateurs. La télévision d`Etat en a diffusé des images caractéristiques de l`inflation régnant dans ce pays.
Toutefois, suivant la loi de l`offre et de la demande (durant le Ramadhan la demande se multiplie), les commerçants trouvent le moyen pour doper les prix à leur guise.
Les prix des viandes, des fruits et légumes ont, dans l'ensemble, enregistré une "importante" hausse durant les deux premiers jours du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans certains marchés de la capitale.
Que ce soit au niveau du marché d'El Harrach, de Kouba ou celui d'El-Afia (sur les hauteurs du Plateau des Annassers), le constat est le même : le Ramadhan de cette année ne déroge pas à la règle en matière de hausse des prix des années précédentes.
A Kouba, plus exactement à Ben Omar au marché dit ''des arcades'', l'accès aux sept boucheries au premier jour du mois de Ramadhan était quasiment impossible.
"On dirait qu'on offre la viande gratuitement", lance une ménagère qui tente de se frayer un chemin dans la foule dans l'une des boucheries. Entre 1.150 DA et 1.250 DA le kg de viande ovine, et 750 DA, 850 DA la viande bovine, les prix des viandes varient d'une boucherie à l'autre parfois sans raison.
A quelques encablures de Kouba, aux marchés de Bachdjarrah et d'El Harrach, l'affluence au deuxième jour était bien timide mais les prix de la viande ne reflétaient pas la réputation de ces deux marchés populaires. La viande ovine est cédée entre 1.250 DA et 1.300 DA et 750 DA à 850 DA la viande de bœuf.
Pour faire face à la cherté de ces prix, beaucoup de consommateurs se sont rabattus sur la viande congelée et celle du poulet ou de la dinde. La viande bovine congelée revient à la moitié de la viande fraîche, le kilogramme étant cédé à quelque 600 DA/kg pour le bovin.
Pour le poulet, le kg est vendu entre 350 et 400 DA, soit presque le double de son prix à la veille du mois sacré. Près de 10.000 tonnes de viandes rouges et blanches congelées ont été importées récemment par différents opérateurs (publics et privés), alors que le ministère de l'agriculture avait autorisé, rappelle t-on, l'importation de la viande ovine.
Parallèlement à ces mesures, il y a eu également la constitution d'un stock de viandes blanches congelées estimé à 10.000 tonnes dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation.
Contrairement aux prix des viandes, jugés élevés, ceux des fruits et légumes ont connu également des hausses, mais restent, selon plusieurs citoyens, à la portée des ménages.
Les prix de la tomate oscillent sur les marchés algérois entre 50 et 80 DA, alors qu'ils se situaient avant le mois de Ramadhan dans une fourchette de 35 et 40 DA.
La courgette est cédée entre 100 et même à 120 DA (contre 60 DA une semaine auparavant), la carotte entre 80 et 120 DA/kg et les aubergines entre 70 et 80 DA/kg.
Les prix de l'oignon et de la pomme de terre sont, par contre, restés quasiment stables, et s'affichent entre 40 et 50 DA/kg. Les étals du marché de Bachdjarah affichaient, en revanche, des prix relativement "abordables" et "n'ont pas enregistré de hausse" par rapport à ces derniers jours, selon plusieurs citoyens rencontrés par l'APS.
L`inflation durant le Ramadhan existe aussi dans les pays arabes
A Bachdjarah, la tomate, la courgette, les carottes et autres aubergines sont cédées respectivement à 25 DA, 70 DA, 50 DA, 35 DA le kilogramme, alors que les poivrons et le concombre sont cédés respectivement à 60 DA/kg et à 100 DA. Les prix des fruits ont, de leur côté, connu une hausse "considérable", ce qui a rendu ces produits "inaccessibles" pour beaucoup de consommateurs, estime une ménagère.
Les fruits de saison comme le raisin et les pêches sont cédés entre 150 DA et 200 DA/kg. Les prix des dattes varient, selon la qualité, entre 250 et 450 DA/kg, alors que la pastèque et le melon sont cédés à 40 DA et 80-100 da/kg.
Interrogés sur les raisons de cette hausse, les commerçants ont été "unanimes" et ont affirmé que la forte demande durant les premiers jours de chaque ramadhan était à l'origine de cette flambée, estimant que les prix connaîtront une baisse dès la deuxième semaine du mois sacré.
Cependant, ce phénomène de la hausse conjoncturelle des prix des produits alimentaires durant le mois sacré ne concerne pas uniquement l`Algérie, puisque d`autres pays arabes connaissent la même situation de spirale de la hausse vertigineuse des prix, tant les gouvernements sont incapables d`y mettre un terme. A titre d`exemple, les commerçants égyptiens pratiquent la même politique et le même rituel de la spirale des prix inflationnistes pendant le mois du carême, sachant que les prix des produits agricoles (fruits et légumes) et d`autres denrées alimentaires flambent durant ce mois-ci dans les marchés, ce qui suscite la colère et le mécontentement des consommateurs. La télévision d`Etat en a diffusé des images caractéristiques de l`inflation régnant dans ce pays.
Toutefois, suivant la loi de l`offre et de la demande (durant le Ramadhan la demande se multiplie), les commerçants trouvent le moyen pour doper les prix à leur guise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.