Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les commerçants défient les lois du marché
Forte hausse des prix des viandes et des fruits et légumes
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 07 - 2012

Les prix des viandes, des fruits et légumes ont, dans l'ensemble, enregistré une "importante" hausse durant les deux premiers jours du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans certains marchés de la capitale.
Que ce soit au niveau du marché d'El Harrach, de Kouba ou celui d'El-Afia (sur les hauteurs du Plateau des Annassers), le constat est le même : le Ramadhan de cette année ne déroge pas à la règle en matière de hausse des prix des années précédentes.
A Kouba, plus exactement à Ben Omar au marché dit ''des arcades'', l'accès aux sept boucheries au premier jour du mois de Ramadhan était quasiment impossible.
"On dirait qu'on offre la viande gratuitement", lance une ménagère qui tente de se frayer un chemin dans la foule dans l'une des boucheries. Entre 1.150 DA et 1.250 DA le kg de viande ovine, et 750 DA, 850 DA la viande bovine, les prix des viandes varient d'une boucherie à l'autre parfois sans raison.
A quelques encablures de Kouba, aux marchés de Bachdjarrah et d'El Harrach, l'affluence au deuxième jour était bien timide mais les prix de la viande ne reflétaient pas la réputation de ces deux marchés populaires. La viande ovine est cédée entre 1.250 DA et 1.300 DA et 750 DA à 850 DA la viande de bœuf.
Pour faire face à la cherté de ces prix, beaucoup de consommateurs se sont rabattus sur la viande congelée et celle du poulet ou de la dinde. La viande bovine congelée revient à la moitié de la viande fraîche, le kilogramme étant cédé à quelque 600 DA/kg pour le bovin.
Pour le poulet, le kg est vendu entre 350 et 400 DA, soit presque le double de son prix à la veille du mois sacré. Près de 10.000 tonnes de viandes rouges et blanches congelées ont été importées récemment par différents opérateurs (publics et privés), alors que le ministère de l'agriculture avait autorisé, rappelle t-on, l'importation de la viande ovine.
Parallèlement à ces mesures, il y a eu également la constitution d'un stock de viandes blanches congelées estimé à 10.000 tonnes dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation.
Contrairement aux prix des viandes, jugés élevés, ceux des fruits et légumes ont connu également des hausses, mais restent, selon plusieurs citoyens, à la portée des ménages.
Les prix de la tomate oscillent sur les marchés algérois entre 50 et 80 DA, alors qu'ils se situaient avant le mois de Ramadhan dans une fourchette de 35 et 40 DA.
La courgette est cédée entre 100 et même à 120 DA (contre 60 DA une semaine auparavant), la carotte entre 80 et 120 DA/kg et les aubergines entre 70 et 80 DA/kg.
Les prix de l'oignon et de la pomme de terre sont, par contre, restés quasiment stables, et s'affichent entre 40 et 50 DA/kg. Les étals du marché de Bachdjarah affichaient, en revanche, des prix relativement "abordables" et "n'ont pas enregistré de hausse" par rapport à ces derniers jours, selon plusieurs citoyens rencontrés par l'APS.
L`inflation durant le Ramadhan existe aussi dans les pays arabes
A Bachdjarah, la tomate, la courgette, les carottes et autres aubergines sont cédées respectivement à 25 DA, 70 DA, 50 DA, 35 DA le kilogramme, alors que les poivrons et le concombre sont cédés respectivement à 60 DA/kg et à 100 DA. Les prix des fruits ont, de leur côté, connu une hausse "considérable", ce qui a rendu ces produits "inaccessibles" pour beaucoup de consommateurs, estime une ménagère.
Les fruits de saison comme le raisin et les pêches sont cédés entre 150 DA et 200 DA/kg. Les prix des dattes varient, selon la qualité, entre 250 et 450 DA/kg, alors que la pastèque et le melon sont cédés à 40 DA et 80-100 da/kg.
Interrogés sur les raisons de cette hausse, les commerçants ont été "unanimes" et ont affirmé que la forte demande durant les premiers jours de chaque ramadhan était à l'origine de cette flambée, estimant que les prix connaîtront une baisse dès la deuxième semaine du mois sacré.
Cependant, ce phénomène de la hausse conjoncturelle des prix des produits alimentaires durant le mois sacré ne concerne pas uniquement l`Algérie, puisque d`autres pays arabes connaissent la même situation de spirale de la hausse vertigineuse des prix, tant les gouvernements sont incapables d`y mettre un terme. A titre d`exemple, les commerçants égyptiens pratiquent la même politique et le même rituel de la spirale des prix inflationnistes pendant le mois du carême, sachant que les prix des produits agricoles (fruits et légumes) et d`autres denrées alimentaires flambent durant ce mois-ci dans les marchés, ce qui suscite la colère et le mécontentement des consommateurs. La télévision d`Etat en a diffusé des images caractéristiques de l`inflation régnant dans ce pays.
Toutefois, suivant la loi de l`offre et de la demande (durant le Ramadhan la demande se multiplie), les commerçants trouvent le moyen pour doper les prix à leur guise.
Les prix des viandes, des fruits et légumes ont, dans l'ensemble, enregistré une "importante" hausse durant les deux premiers jours du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans certains marchés de la capitale.
Que ce soit au niveau du marché d'El Harrach, de Kouba ou celui d'El-Afia (sur les hauteurs du Plateau des Annassers), le constat est le même : le Ramadhan de cette année ne déroge pas à la règle en matière de hausse des prix des années précédentes.
A Kouba, plus exactement à Ben Omar au marché dit ''des arcades'', l'accès aux sept boucheries au premier jour du mois de Ramadhan était quasiment impossible.
"On dirait qu'on offre la viande gratuitement", lance une ménagère qui tente de se frayer un chemin dans la foule dans l'une des boucheries. Entre 1.150 DA et 1.250 DA le kg de viande ovine, et 750 DA, 850 DA la viande bovine, les prix des viandes varient d'une boucherie à l'autre parfois sans raison.
A quelques encablures de Kouba, aux marchés de Bachdjarrah et d'El Harrach, l'affluence au deuxième jour était bien timide mais les prix de la viande ne reflétaient pas la réputation de ces deux marchés populaires. La viande ovine est cédée entre 1.250 DA et 1.300 DA et 750 DA à 850 DA la viande de bœuf.
Pour faire face à la cherté de ces prix, beaucoup de consommateurs se sont rabattus sur la viande congelée et celle du poulet ou de la dinde. La viande bovine congelée revient à la moitié de la viande fraîche, le kilogramme étant cédé à quelque 600 DA/kg pour le bovin.
Pour le poulet, le kg est vendu entre 350 et 400 DA, soit presque le double de son prix à la veille du mois sacré. Près de 10.000 tonnes de viandes rouges et blanches congelées ont été importées récemment par différents opérateurs (publics et privés), alors que le ministère de l'agriculture avait autorisé, rappelle t-on, l'importation de la viande ovine.
Parallèlement à ces mesures, il y a eu également la constitution d'un stock de viandes blanches congelées estimé à 10.000 tonnes dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation.
Contrairement aux prix des viandes, jugés élevés, ceux des fruits et légumes ont connu également des hausses, mais restent, selon plusieurs citoyens, à la portée des ménages.
Les prix de la tomate oscillent sur les marchés algérois entre 50 et 80 DA, alors qu'ils se situaient avant le mois de Ramadhan dans une fourchette de 35 et 40 DA.
La courgette est cédée entre 100 et même à 120 DA (contre 60 DA une semaine auparavant), la carotte entre 80 et 120 DA/kg et les aubergines entre 70 et 80 DA/kg.
Les prix de l'oignon et de la pomme de terre sont, par contre, restés quasiment stables, et s'affichent entre 40 et 50 DA/kg. Les étals du marché de Bachdjarah affichaient, en revanche, des prix relativement "abordables" et "n'ont pas enregistré de hausse" par rapport à ces derniers jours, selon plusieurs citoyens rencontrés par l'APS.
L`inflation durant le Ramadhan existe aussi dans les pays arabes
A Bachdjarah, la tomate, la courgette, les carottes et autres aubergines sont cédées respectivement à 25 DA, 70 DA, 50 DA, 35 DA le kilogramme, alors que les poivrons et le concombre sont cédés respectivement à 60 DA/kg et à 100 DA. Les prix des fruits ont, de leur côté, connu une hausse "considérable", ce qui a rendu ces produits "inaccessibles" pour beaucoup de consommateurs, estime une ménagère.
Les fruits de saison comme le raisin et les pêches sont cédés entre 150 DA et 200 DA/kg. Les prix des dattes varient, selon la qualité, entre 250 et 450 DA/kg, alors que la pastèque et le melon sont cédés à 40 DA et 80-100 da/kg.
Interrogés sur les raisons de cette hausse, les commerçants ont été "unanimes" et ont affirmé que la forte demande durant les premiers jours de chaque ramadhan était à l'origine de cette flambée, estimant que les prix connaîtront une baisse dès la deuxième semaine du mois sacré.
Cependant, ce phénomène de la hausse conjoncturelle des prix des produits alimentaires durant le mois sacré ne concerne pas uniquement l`Algérie, puisque d`autres pays arabes connaissent la même situation de spirale de la hausse vertigineuse des prix, tant les gouvernements sont incapables d`y mettre un terme. A titre d`exemple, les commerçants égyptiens pratiquent la même politique et le même rituel de la spirale des prix inflationnistes pendant le mois du carême, sachant que les prix des produits agricoles (fruits et légumes) et d`autres denrées alimentaires flambent durant ce mois-ci dans les marchés, ce qui suscite la colère et le mécontentement des consommateurs. La télévision d`Etat en a diffusé des images caractéristiques de l`inflation régnant dans ce pays.
Toutefois, suivant la loi de l`offre et de la demande (durant le Ramadhan la demande se multiplie), les commerçants trouvent le moyen pour doper les prix à leur guise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.