Libye: réunion du Forum de dialogue politique le 28 juin en Suisse    La SEAAL annonce une suspension dans plusieurs communes d'Alger    Coupe de la CAF: la JSK s'impose en déplacement face à Coton Sport    Euro 2020 : Le Pays de Galles rejoint l'Italie dans le groupe A    Le rôle de l'Algérie dans le soutien aux réfugiés sahraouis mis en avant    Baccalauréat: les candidats libres à Blida, une volonté à toutes épreuves pour réussir    Coronavirus: 342 nouveaux cas, 235 guérisons et 7 décès ces dernières 24 heures en Algérie    Covid-19 : Reconduction des mesures de confinement dans 14 wilayas pour 21 jours à partir de lundi    Angleterre - Kane : "Deux matchs difficiles pour moi"    «Le boycott a bénéficié aux anciens appareils»    Qui succédera à Djerad ?    Ligue 1 algérienne : La JSS redevient dauphin, et met la pression sur l'ESS    APLS: Nouvelles attaques contre les retranchements des soldats de l'occupation marocaine    Cap sur le sixième congrès    Boumerdes: instructions pour livrer prochainement 25 puits    Remèdes à base de gingembre pour prendre soin de sa santé cutanée    Les Pasdaran du net !    Mohammed Khadda toujours à l'affiche    Ligue 2 (21e journée): le HBCL au tournoi des play-offs, le RCA s'en approche    Le Rassemblement "El-Hisn El-Matine" lance une initiative de soutien au président de la République dans le prochain parlement    L'ultraconservateur Raïssi, nouveau maître de Téhéran    Le mirage de la paix    Six individus placés sous contrôle judiciaire à Biskra    Trompeuse stabilité !    Un match qui intéresse Belmadi et Bougherra    OUNAS INTERESSE BESIKTAS    Le public renoue avec les spectacles de musique    ...SORTIR ...    Décès de Mohamed Benkhedda : Blida perd son notable    Mascara: De nouveaux projets réceptionnés    Etudiants et personnes âgées: La dispense des frais de confinement toujours en vigueur    Cap Blanc: Un terrain de 10 hectares pour une station de dessalement    L'ancien ministre Tahar Khaoua placé en détention    Le ministère de l'Intérieur fixe les conditions de restitution: Du nouveau pour les véhicules saisis    Béthioua et Sidi Benyebka: Réception de 1.500 logements avant la fin du mois    Le MSP avance masqué    Nouvelle dynamique commerciale    «Notre force est dans notre diversité»    L'université proche du monde économique    Du nouveau pour les propriétaires    Un accord «urgent» avec le FMI nécessaire, selon Josep Borrell    Les Etats-Unis réduisent leur présence militaire au Moyen-Orient    Les Français appelés aux urnes, aujourd'hui    Exploitation artisanale des mines d'amessmessa    Le mouvement El-Islah maintient le cap    L'Arav convoque le directeur de la chaîne «El-Hayat TV»    Doria Tillier maîtresse de cérémonie de la 74e édition    «Archéologie du corps colonisé»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les commerçants défient les lois du marché
Forte hausse des prix des viandes et des fruits et légumes
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 07 - 2012

Les prix des viandes, des fruits et légumes ont, dans l'ensemble, enregistré une "importante" hausse durant les deux premiers jours du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans certains marchés de la capitale.
Que ce soit au niveau du marché d'El Harrach, de Kouba ou celui d'El-Afia (sur les hauteurs du Plateau des Annassers), le constat est le même : le Ramadhan de cette année ne déroge pas à la règle en matière de hausse des prix des années précédentes.
A Kouba, plus exactement à Ben Omar au marché dit ''des arcades'', l'accès aux sept boucheries au premier jour du mois de Ramadhan était quasiment impossible.
"On dirait qu'on offre la viande gratuitement", lance une ménagère qui tente de se frayer un chemin dans la foule dans l'une des boucheries. Entre 1.150 DA et 1.250 DA le kg de viande ovine, et 750 DA, 850 DA la viande bovine, les prix des viandes varient d'une boucherie à l'autre parfois sans raison.
A quelques encablures de Kouba, aux marchés de Bachdjarrah et d'El Harrach, l'affluence au deuxième jour était bien timide mais les prix de la viande ne reflétaient pas la réputation de ces deux marchés populaires. La viande ovine est cédée entre 1.250 DA et 1.300 DA et 750 DA à 850 DA la viande de bœuf.
Pour faire face à la cherté de ces prix, beaucoup de consommateurs se sont rabattus sur la viande congelée et celle du poulet ou de la dinde. La viande bovine congelée revient à la moitié de la viande fraîche, le kilogramme étant cédé à quelque 600 DA/kg pour le bovin.
Pour le poulet, le kg est vendu entre 350 et 400 DA, soit presque le double de son prix à la veille du mois sacré. Près de 10.000 tonnes de viandes rouges et blanches congelées ont été importées récemment par différents opérateurs (publics et privés), alors que le ministère de l'agriculture avait autorisé, rappelle t-on, l'importation de la viande ovine.
Parallèlement à ces mesures, il y a eu également la constitution d'un stock de viandes blanches congelées estimé à 10.000 tonnes dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation.
Contrairement aux prix des viandes, jugés élevés, ceux des fruits et légumes ont connu également des hausses, mais restent, selon plusieurs citoyens, à la portée des ménages.
Les prix de la tomate oscillent sur les marchés algérois entre 50 et 80 DA, alors qu'ils se situaient avant le mois de Ramadhan dans une fourchette de 35 et 40 DA.
La courgette est cédée entre 100 et même à 120 DA (contre 60 DA une semaine auparavant), la carotte entre 80 et 120 DA/kg et les aubergines entre 70 et 80 DA/kg.
Les prix de l'oignon et de la pomme de terre sont, par contre, restés quasiment stables, et s'affichent entre 40 et 50 DA/kg. Les étals du marché de Bachdjarah affichaient, en revanche, des prix relativement "abordables" et "n'ont pas enregistré de hausse" par rapport à ces derniers jours, selon plusieurs citoyens rencontrés par l'APS.
L`inflation durant le Ramadhan existe aussi dans les pays arabes
A Bachdjarah, la tomate, la courgette, les carottes et autres aubergines sont cédées respectivement à 25 DA, 70 DA, 50 DA, 35 DA le kilogramme, alors que les poivrons et le concombre sont cédés respectivement à 60 DA/kg et à 100 DA. Les prix des fruits ont, de leur côté, connu une hausse "considérable", ce qui a rendu ces produits "inaccessibles" pour beaucoup de consommateurs, estime une ménagère.
Les fruits de saison comme le raisin et les pêches sont cédés entre 150 DA et 200 DA/kg. Les prix des dattes varient, selon la qualité, entre 250 et 450 DA/kg, alors que la pastèque et le melon sont cédés à 40 DA et 80-100 da/kg.
Interrogés sur les raisons de cette hausse, les commerçants ont été "unanimes" et ont affirmé que la forte demande durant les premiers jours de chaque ramadhan était à l'origine de cette flambée, estimant que les prix connaîtront une baisse dès la deuxième semaine du mois sacré.
Cependant, ce phénomène de la hausse conjoncturelle des prix des produits alimentaires durant le mois sacré ne concerne pas uniquement l`Algérie, puisque d`autres pays arabes connaissent la même situation de spirale de la hausse vertigineuse des prix, tant les gouvernements sont incapables d`y mettre un terme. A titre d`exemple, les commerçants égyptiens pratiquent la même politique et le même rituel de la spirale des prix inflationnistes pendant le mois du carême, sachant que les prix des produits agricoles (fruits et légumes) et d`autres denrées alimentaires flambent durant ce mois-ci dans les marchés, ce qui suscite la colère et le mécontentement des consommateurs. La télévision d`Etat en a diffusé des images caractéristiques de l`inflation régnant dans ce pays.
Toutefois, suivant la loi de l`offre et de la demande (durant le Ramadhan la demande se multiplie), les commerçants trouvent le moyen pour doper les prix à leur guise.
Les prix des viandes, des fruits et légumes ont, dans l'ensemble, enregistré une "importante" hausse durant les deux premiers jours du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans certains marchés de la capitale.
Que ce soit au niveau du marché d'El Harrach, de Kouba ou celui d'El-Afia (sur les hauteurs du Plateau des Annassers), le constat est le même : le Ramadhan de cette année ne déroge pas à la règle en matière de hausse des prix des années précédentes.
A Kouba, plus exactement à Ben Omar au marché dit ''des arcades'', l'accès aux sept boucheries au premier jour du mois de Ramadhan était quasiment impossible.
"On dirait qu'on offre la viande gratuitement", lance une ménagère qui tente de se frayer un chemin dans la foule dans l'une des boucheries. Entre 1.150 DA et 1.250 DA le kg de viande ovine, et 750 DA, 850 DA la viande bovine, les prix des viandes varient d'une boucherie à l'autre parfois sans raison.
A quelques encablures de Kouba, aux marchés de Bachdjarrah et d'El Harrach, l'affluence au deuxième jour était bien timide mais les prix de la viande ne reflétaient pas la réputation de ces deux marchés populaires. La viande ovine est cédée entre 1.250 DA et 1.300 DA et 750 DA à 850 DA la viande de bœuf.
Pour faire face à la cherté de ces prix, beaucoup de consommateurs se sont rabattus sur la viande congelée et celle du poulet ou de la dinde. La viande bovine congelée revient à la moitié de la viande fraîche, le kilogramme étant cédé à quelque 600 DA/kg pour le bovin.
Pour le poulet, le kg est vendu entre 350 et 400 DA, soit presque le double de son prix à la veille du mois sacré. Près de 10.000 tonnes de viandes rouges et blanches congelées ont été importées récemment par différents opérateurs (publics et privés), alors que le ministère de l'agriculture avait autorisé, rappelle t-on, l'importation de la viande ovine.
Parallèlement à ces mesures, il y a eu également la constitution d'un stock de viandes blanches congelées estimé à 10.000 tonnes dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation.
Contrairement aux prix des viandes, jugés élevés, ceux des fruits et légumes ont connu également des hausses, mais restent, selon plusieurs citoyens, à la portée des ménages.
Les prix de la tomate oscillent sur les marchés algérois entre 50 et 80 DA, alors qu'ils se situaient avant le mois de Ramadhan dans une fourchette de 35 et 40 DA.
La courgette est cédée entre 100 et même à 120 DA (contre 60 DA une semaine auparavant), la carotte entre 80 et 120 DA/kg et les aubergines entre 70 et 80 DA/kg.
Les prix de l'oignon et de la pomme de terre sont, par contre, restés quasiment stables, et s'affichent entre 40 et 50 DA/kg. Les étals du marché de Bachdjarah affichaient, en revanche, des prix relativement "abordables" et "n'ont pas enregistré de hausse" par rapport à ces derniers jours, selon plusieurs citoyens rencontrés par l'APS.
L`inflation durant le Ramadhan existe aussi dans les pays arabes
A Bachdjarah, la tomate, la courgette, les carottes et autres aubergines sont cédées respectivement à 25 DA, 70 DA, 50 DA, 35 DA le kilogramme, alors que les poivrons et le concombre sont cédés respectivement à 60 DA/kg et à 100 DA. Les prix des fruits ont, de leur côté, connu une hausse "considérable", ce qui a rendu ces produits "inaccessibles" pour beaucoup de consommateurs, estime une ménagère.
Les fruits de saison comme le raisin et les pêches sont cédés entre 150 DA et 200 DA/kg. Les prix des dattes varient, selon la qualité, entre 250 et 450 DA/kg, alors que la pastèque et le melon sont cédés à 40 DA et 80-100 da/kg.
Interrogés sur les raisons de cette hausse, les commerçants ont été "unanimes" et ont affirmé que la forte demande durant les premiers jours de chaque ramadhan était à l'origine de cette flambée, estimant que les prix connaîtront une baisse dès la deuxième semaine du mois sacré.
Cependant, ce phénomène de la hausse conjoncturelle des prix des produits alimentaires durant le mois sacré ne concerne pas uniquement l`Algérie, puisque d`autres pays arabes connaissent la même situation de spirale de la hausse vertigineuse des prix, tant les gouvernements sont incapables d`y mettre un terme. A titre d`exemple, les commerçants égyptiens pratiquent la même politique et le même rituel de la spirale des prix inflationnistes pendant le mois du carême, sachant que les prix des produits agricoles (fruits et légumes) et d`autres denrées alimentaires flambent durant ce mois-ci dans les marchés, ce qui suscite la colère et le mécontentement des consommateurs. La télévision d`Etat en a diffusé des images caractéristiques de l`inflation régnant dans ce pays.
Toutefois, suivant la loi de l`offre et de la demande (durant le Ramadhan la demande se multiplie), les commerçants trouvent le moyen pour doper les prix à leur guise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.