Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les commerçants défient les lois du marché
Forte hausse des prix des viandes et des fruits et légumes
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 07 - 2012

Les prix des viandes, des fruits et légumes ont, dans l'ensemble, enregistré une "importante" hausse durant les deux premiers jours du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans certains marchés de la capitale.
Que ce soit au niveau du marché d'El Harrach, de Kouba ou celui d'El-Afia (sur les hauteurs du Plateau des Annassers), le constat est le même : le Ramadhan de cette année ne déroge pas à la règle en matière de hausse des prix des années précédentes.
A Kouba, plus exactement à Ben Omar au marché dit ''des arcades'', l'accès aux sept boucheries au premier jour du mois de Ramadhan était quasiment impossible.
"On dirait qu'on offre la viande gratuitement", lance une ménagère qui tente de se frayer un chemin dans la foule dans l'une des boucheries. Entre 1.150 DA et 1.250 DA le kg de viande ovine, et 750 DA, 850 DA la viande bovine, les prix des viandes varient d'une boucherie à l'autre parfois sans raison.
A quelques encablures de Kouba, aux marchés de Bachdjarrah et d'El Harrach, l'affluence au deuxième jour était bien timide mais les prix de la viande ne reflétaient pas la réputation de ces deux marchés populaires. La viande ovine est cédée entre 1.250 DA et 1.300 DA et 750 DA à 850 DA la viande de bœuf.
Pour faire face à la cherté de ces prix, beaucoup de consommateurs se sont rabattus sur la viande congelée et celle du poulet ou de la dinde. La viande bovine congelée revient à la moitié de la viande fraîche, le kilogramme étant cédé à quelque 600 DA/kg pour le bovin.
Pour le poulet, le kg est vendu entre 350 et 400 DA, soit presque le double de son prix à la veille du mois sacré. Près de 10.000 tonnes de viandes rouges et blanches congelées ont été importées récemment par différents opérateurs (publics et privés), alors que le ministère de l'agriculture avait autorisé, rappelle t-on, l'importation de la viande ovine.
Parallèlement à ces mesures, il y a eu également la constitution d'un stock de viandes blanches congelées estimé à 10.000 tonnes dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation.
Contrairement aux prix des viandes, jugés élevés, ceux des fruits et légumes ont connu également des hausses, mais restent, selon plusieurs citoyens, à la portée des ménages.
Les prix de la tomate oscillent sur les marchés algérois entre 50 et 80 DA, alors qu'ils se situaient avant le mois de Ramadhan dans une fourchette de 35 et 40 DA.
La courgette est cédée entre 100 et même à 120 DA (contre 60 DA une semaine auparavant), la carotte entre 80 et 120 DA/kg et les aubergines entre 70 et 80 DA/kg.
Les prix de l'oignon et de la pomme de terre sont, par contre, restés quasiment stables, et s'affichent entre 40 et 50 DA/kg. Les étals du marché de Bachdjarah affichaient, en revanche, des prix relativement "abordables" et "n'ont pas enregistré de hausse" par rapport à ces derniers jours, selon plusieurs citoyens rencontrés par l'APS.
L`inflation durant le Ramadhan existe aussi dans les pays arabes
A Bachdjarah, la tomate, la courgette, les carottes et autres aubergines sont cédées respectivement à 25 DA, 70 DA, 50 DA, 35 DA le kilogramme, alors que les poivrons et le concombre sont cédés respectivement à 60 DA/kg et à 100 DA. Les prix des fruits ont, de leur côté, connu une hausse "considérable", ce qui a rendu ces produits "inaccessibles" pour beaucoup de consommateurs, estime une ménagère.
Les fruits de saison comme le raisin et les pêches sont cédés entre 150 DA et 200 DA/kg. Les prix des dattes varient, selon la qualité, entre 250 et 450 DA/kg, alors que la pastèque et le melon sont cédés à 40 DA et 80-100 da/kg.
Interrogés sur les raisons de cette hausse, les commerçants ont été "unanimes" et ont affirmé que la forte demande durant les premiers jours de chaque ramadhan était à l'origine de cette flambée, estimant que les prix connaîtront une baisse dès la deuxième semaine du mois sacré.
Cependant, ce phénomène de la hausse conjoncturelle des prix des produits alimentaires durant le mois sacré ne concerne pas uniquement l`Algérie, puisque d`autres pays arabes connaissent la même situation de spirale de la hausse vertigineuse des prix, tant les gouvernements sont incapables d`y mettre un terme. A titre d`exemple, les commerçants égyptiens pratiquent la même politique et le même rituel de la spirale des prix inflationnistes pendant le mois du carême, sachant que les prix des produits agricoles (fruits et légumes) et d`autres denrées alimentaires flambent durant ce mois-ci dans les marchés, ce qui suscite la colère et le mécontentement des consommateurs. La télévision d`Etat en a diffusé des images caractéristiques de l`inflation régnant dans ce pays.
Toutefois, suivant la loi de l`offre et de la demande (durant le Ramadhan la demande se multiplie), les commerçants trouvent le moyen pour doper les prix à leur guise.
Les prix des viandes, des fruits et légumes ont, dans l'ensemble, enregistré une "importante" hausse durant les deux premiers jours du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans certains marchés de la capitale.
Que ce soit au niveau du marché d'El Harrach, de Kouba ou celui d'El-Afia (sur les hauteurs du Plateau des Annassers), le constat est le même : le Ramadhan de cette année ne déroge pas à la règle en matière de hausse des prix des années précédentes.
A Kouba, plus exactement à Ben Omar au marché dit ''des arcades'', l'accès aux sept boucheries au premier jour du mois de Ramadhan était quasiment impossible.
"On dirait qu'on offre la viande gratuitement", lance une ménagère qui tente de se frayer un chemin dans la foule dans l'une des boucheries. Entre 1.150 DA et 1.250 DA le kg de viande ovine, et 750 DA, 850 DA la viande bovine, les prix des viandes varient d'une boucherie à l'autre parfois sans raison.
A quelques encablures de Kouba, aux marchés de Bachdjarrah et d'El Harrach, l'affluence au deuxième jour était bien timide mais les prix de la viande ne reflétaient pas la réputation de ces deux marchés populaires. La viande ovine est cédée entre 1.250 DA et 1.300 DA et 750 DA à 850 DA la viande de bœuf.
Pour faire face à la cherté de ces prix, beaucoup de consommateurs se sont rabattus sur la viande congelée et celle du poulet ou de la dinde. La viande bovine congelée revient à la moitié de la viande fraîche, le kilogramme étant cédé à quelque 600 DA/kg pour le bovin.
Pour le poulet, le kg est vendu entre 350 et 400 DA, soit presque le double de son prix à la veille du mois sacré. Près de 10.000 tonnes de viandes rouges et blanches congelées ont été importées récemment par différents opérateurs (publics et privés), alors que le ministère de l'agriculture avait autorisé, rappelle t-on, l'importation de la viande ovine.
Parallèlement à ces mesures, il y a eu également la constitution d'un stock de viandes blanches congelées estimé à 10.000 tonnes dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation.
Contrairement aux prix des viandes, jugés élevés, ceux des fruits et légumes ont connu également des hausses, mais restent, selon plusieurs citoyens, à la portée des ménages.
Les prix de la tomate oscillent sur les marchés algérois entre 50 et 80 DA, alors qu'ils se situaient avant le mois de Ramadhan dans une fourchette de 35 et 40 DA.
La courgette est cédée entre 100 et même à 120 DA (contre 60 DA une semaine auparavant), la carotte entre 80 et 120 DA/kg et les aubergines entre 70 et 80 DA/kg.
Les prix de l'oignon et de la pomme de terre sont, par contre, restés quasiment stables, et s'affichent entre 40 et 50 DA/kg. Les étals du marché de Bachdjarah affichaient, en revanche, des prix relativement "abordables" et "n'ont pas enregistré de hausse" par rapport à ces derniers jours, selon plusieurs citoyens rencontrés par l'APS.
L`inflation durant le Ramadhan existe aussi dans les pays arabes
A Bachdjarah, la tomate, la courgette, les carottes et autres aubergines sont cédées respectivement à 25 DA, 70 DA, 50 DA, 35 DA le kilogramme, alors que les poivrons et le concombre sont cédés respectivement à 60 DA/kg et à 100 DA. Les prix des fruits ont, de leur côté, connu une hausse "considérable", ce qui a rendu ces produits "inaccessibles" pour beaucoup de consommateurs, estime une ménagère.
Les fruits de saison comme le raisin et les pêches sont cédés entre 150 DA et 200 DA/kg. Les prix des dattes varient, selon la qualité, entre 250 et 450 DA/kg, alors que la pastèque et le melon sont cédés à 40 DA et 80-100 da/kg.
Interrogés sur les raisons de cette hausse, les commerçants ont été "unanimes" et ont affirmé que la forte demande durant les premiers jours de chaque ramadhan était à l'origine de cette flambée, estimant que les prix connaîtront une baisse dès la deuxième semaine du mois sacré.
Cependant, ce phénomène de la hausse conjoncturelle des prix des produits alimentaires durant le mois sacré ne concerne pas uniquement l`Algérie, puisque d`autres pays arabes connaissent la même situation de spirale de la hausse vertigineuse des prix, tant les gouvernements sont incapables d`y mettre un terme. A titre d`exemple, les commerçants égyptiens pratiquent la même politique et le même rituel de la spirale des prix inflationnistes pendant le mois du carême, sachant que les prix des produits agricoles (fruits et légumes) et d`autres denrées alimentaires flambent durant ce mois-ci dans les marchés, ce qui suscite la colère et le mécontentement des consommateurs. La télévision d`Etat en a diffusé des images caractéristiques de l`inflation régnant dans ce pays.
Toutefois, suivant la loi de l`offre et de la demande (durant le Ramadhan la demande se multiplie), les commerçants trouvent le moyen pour doper les prix à leur guise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.