Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF
premier anniversaire de la disparition de Cheikh Kaddour Darsouni
Publié dans Liberté le 22 - 04 - 2021

Le premier anniversaire de la disparition du maître du malouf constantinois Kaddour Darsouni a été célébré dans la soirée de lundi 19 avril par le Théâtre régional de Constantine, qui porte le nom d'une autre icône de ce genre musical, le rossignol du malouf, El-Hadj Mohamed Tahar Fergani, décédé, lui, en décembre 2016.
Une pléiade d'artistes, dont la plupart n'étaient autres que les disciples de feu Kaddour Darsouni, ont pris part à cet hommage, suivi par un large public de mélomanes, proches et élèves du maître au couvre-chef (tarbouche) rouge, signe distinctif du dernier des chyoukh du malouf.
Toufik Touati, Kamel Bouda, Riadh Blamm et les frères Darsouni se sont relayés en cette soirée ramadanesque sur la scène du TRC pour rendre hommage au défunt par la mélodie dont il est le souverain incontesté et par des témoignages remplis d'émotion.
Parti dans la discrétion et sans fracas en pleine crise sanitaire dans les conditions du confinement très strict, le 20 avril de l'année dernière à l'âge de 93 ans, Kaddour Darsouni est considéré comme l'apprenant trans-générationnel, tellement il avait consacré toute sa vie à l'enseignement et à la préservation du patrimoine musical de la région de Constantine et plus particulièrement le malouf.
De son vrai nom Mohamed Darsouni, il est aussi décrit comme étant le continuateur de la tradition et le gardien de l'authenticité du malouf de par ses nombreux travaux dédiés à la préservation du patrimoine musical classique arabo-andalou. Fin pédagogue et formateur incontournable de l'école constantinoise, Cheikh Darsouni a initié aux rudiments de cet art des générations entières de musiciens et d'interprètes.
Dès sa tendre enfance, il caresse le rêve de rejoindre l'association musicale Mouhibi el-fen de Si Tahar Amouchi et est encouragé dans cette voie par son oncle Si Tahar Benkartoussa, également maître du malouf constantinois. Son apprentissage, qui se poursuivra au sein du groupe El-Chabab el-fenni, lui permettra dès le début des années 1940 de parfaire son art en côtoyant les maîtres incontestés de l'époque, à l'instar de Cheikh Khodja Bendjeloul et des musiciens Larbi Benlebdjaoui, Sid Ali Bouyemout, Mohamed Serdouk et Mustapha Bachkhaznadji.
Sa première consécration interviendra en 1947 lorsqu'il passe pour la première fois à la radio en qualité de luthiste et de chanteur en compagnie d'autres ténors, Kara Baghli dit Baba Abeid, Maamar Berrachi, Brahim Amouchi et Abdelkader Toumi.
Dès lors, il fut régulièrement sollicité par les orchestres de Hamou Fergani et de Reymond Leiris et se perfectionnera davantage à côté de Cheikh Mohamed Larbi Belamri.
En 1964, il participe en tant que membre de la commission de réflexion chargée de dresser un état des lieux de la situation de la musique classique algérienne aux travaux du premier colloque national sur la musique algérienne.
Officiant à la formation de jeunes musiciens et interprètes au sein de l'association El-Moustakbal El-Fenni El-Kassantini, il obtient en 1967 la médaille d'or au Festival de musique arabo-andalouse et participera activement à la publication en trois tomes de El-Mouwachahat wa zadjal, avec H'ssouna Ali Khodja, Abdelkader Toumi et Maamar Berrachi.
Après la création de l'association des élèves du conservatoire du malouf de Constantine, il dirige pour la première fois en 1998 l'enregistrement de dix noubas du patrimoine malouf dont les interprètes n'étaient autres que les défunts Hadj Mohamed Tahar Fergani et Abdel Moumen Bentobal.
On lui doit aussi la publication depuis plusieurs années déjà d'un recueil des poèmes de la musique andalouse malouf de Constantine, qui regroupe l'ensemble du répertoire pratiqué par cette école dans leurs noubas respectives et dont il décrit la structure.

Kamel GHIMOUZE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.