Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"On m'a appris à être résolu devant la mort"
ALI GHEDIRI DENONCE L'ARBITRAIRE QU'IL SUBIT
Publié dans Liberté le 25 - 04 - 2021

Depuis sa cellule de la prison de Koléa, le général-major à la retraite, Ali Ghediri, a adressé une nouvelle lettre à l'opinion publique dans laquelle il dénonce l'injustice qu'il subit. Dans cette lettre, rendue publique hier à Alger par le comité national qui milite pour sa libération, Ali Ghediri constate que "l'arbitraire s'érige en règle dans le fonctionnement des institutions et que les établissements pénitentiaires de la république sont détournés de leur vocation première pour servir de lieu de confinement pour ceux que le pouvoir désigne comme opposant pour étouffer les voix".
Pour l'ancien candidat à l'élection présidentielle d'avril 2019, il n'a pourtant fait "qu'exprimer une opinion, une idée, un projet de société ou (...) se porter candidat à l'élection présidentielle avec la promesse de rompre avec le système qui a mis l'Algérie à genoux".
Malgré la difficulté, l'homme ne renie pas ses engagements. Il avance même qu'il est toujours prêt à payer le prix de cet engagement car "le sacrifice a fait corps avec mon destin le jour où j'ai opté pour le métier" de militaire. Au sein de l'armée "on m'a appris à être résolu devant la mort lorsqu'elle sert une cause juste".
S'il remercie ses soutiens, Ali Ghediri dénonce ceux qui ne se prononcent pas. "Le silence devient caution et la complicité une posture assumée pour ne pas dire d'avantage", a-t-il simplement fustigé.
Pour la première fois depuis son emprisonnement en juin 2019, Ali Ghediri se prononce sur l'actualité. Pour lui, l'avènement du Hirak "fait désormais figure de l'Histoire nationale". Il demande aux acteurs du mouvement populaire de veiller "à sa trajectoire patriotique" et à "en préserver le cours" pour "le prémunir contre toute tentative d'infiltration, de récupération et de hold-up idéologique".
Après près de 23 mois de détention, Ali Ghediri ne s'avoue pas vaincu. Aouicha Bekhti, Miloud Brahimi et Me Chafaï ont décrit un "homme au moral d'acier". "Je vous donne la bonne nouvelle : Ali Ghediri est bien portant et il est déterminé", rassurent Miloud Brahim et Aouicha Bekhti, qui l'ont vu récemment. Des déclarations qui ont rassuré une partie de la famille du détenu qui était présente dans la salle.
Parmi elle, son frère El-Hadi a dit ne pas comprendre le black-out médiatique et le déni des citoyens vis-à-vis de l'injustice que vit son frère. Ramdane Tazibt, responsable du Parti des travailleurs et des personnalités ont également assisté à cette rencontre tenue au siège du Mouvement démocratique et social, MDS.
Si aucune date pour la tenue du procès d'Ali Ghediri n'est connue, ses avocats pensent à une solution extrême : Miloud Brahimi dit qu'il pourra se déconstituer une fois le dossier devant la chambre criminelle. Pourquoi ? "Parce qu'il n'y a tout simplement rien à défendre. En plus de 50 ans de travail comme avocat, je n'ai jamais vu un dossier aussi vide !", s'est exclamé Me Brahimi.
Pour donner une nouvelle chance au détenu, le Comité national pour la libération d'Ali Ghediri ne se contentera pas de suivre le calendrier judiciaire. Il rendra publique bientôt une nouvelle lettre adressée au chef de l'Etat.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.