Libye: réunion du Forum de dialogue politique le 28 juin en Suisse    La SEAAL annonce une suspension dans plusieurs communes d'Alger    Coupe de la CAF: la JSK s'impose en déplacement face à Coton Sport    Euro 2020 : Le Pays de Galles rejoint l'Italie dans le groupe A    Le rôle de l'Algérie dans le soutien aux réfugiés sahraouis mis en avant    Baccalauréat: les candidats libres à Blida, une volonté à toutes épreuves pour réussir    Coronavirus: 342 nouveaux cas, 235 guérisons et 7 décès ces dernières 24 heures en Algérie    Covid-19 : Reconduction des mesures de confinement dans 14 wilayas pour 21 jours à partir de lundi    Angleterre - Kane : "Deux matchs difficiles pour moi"    «Le boycott a bénéficié aux anciens appareils»    Qui succédera à Djerad ?    Ligue 1 algérienne : La JSS redevient dauphin, et met la pression sur l'ESS    APLS: Nouvelles attaques contre les retranchements des soldats de l'occupation marocaine    Cap sur le sixième congrès    Boumerdes: instructions pour livrer prochainement 25 puits    Remèdes à base de gingembre pour prendre soin de sa santé cutanée    Les Pasdaran du net !    Mohammed Khadda toujours à l'affiche    Ligue 2 (21e journée): le HBCL au tournoi des play-offs, le RCA s'en approche    Le Rassemblement "El-Hisn El-Matine" lance une initiative de soutien au président de la République dans le prochain parlement    L'ultraconservateur Raïssi, nouveau maître de Téhéran    Le mirage de la paix    Six individus placés sous contrôle judiciaire à Biskra    Trompeuse stabilité !    Un match qui intéresse Belmadi et Bougherra    OUNAS INTERESSE BESIKTAS    Le public renoue avec les spectacles de musique    ...SORTIR ...    Décès de Mohamed Benkhedda : Blida perd son notable    Mascara: De nouveaux projets réceptionnés    Etudiants et personnes âgées: La dispense des frais de confinement toujours en vigueur    Cap Blanc: Un terrain de 10 hectares pour une station de dessalement    L'ancien ministre Tahar Khaoua placé en détention    Le ministère de l'Intérieur fixe les conditions de restitution: Du nouveau pour les véhicules saisis    Béthioua et Sidi Benyebka: Réception de 1.500 logements avant la fin du mois    Le MSP avance masqué    Nouvelle dynamique commerciale    «Notre force est dans notre diversité»    L'université proche du monde économique    Du nouveau pour les propriétaires    Un accord «urgent» avec le FMI nécessaire, selon Josep Borrell    Les Etats-Unis réduisent leur présence militaire au Moyen-Orient    Les Français appelés aux urnes, aujourd'hui    Exploitation artisanale des mines d'amessmessa    Le mouvement El-Islah maintient le cap    L'Arav convoque le directeur de la chaîne «El-Hayat TV»    Doria Tillier maîtresse de cérémonie de la 74e édition    «Archéologie du corps colonisé»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enseignants ont répondu à l'appel des syndicats
Colère dans les établissements scolaires de plusieurs wilayas

Deux semaines après le début de la grève spontanée des travailleurs de l'Education nationale à Oran, trois syndicats autonomes (Cela, Unpef et Satef) ont décidé de rejoindre la fronde sociale. "Nous sommes désormais en grève ouverte dès aujourd'hui (hier mercredi 28 avril, ndlr) et nous allons étudier les moyens d'augmenter la pression", a déclaré une source du Cela-Oran, en indiquant que cette décision a été prise en réaction à l'inertie des pouvoirs publics et la dégradation inédite des conditions socioprofessionnelles des travailleurs de l'éducation.
Hier, et comme tous les jours depuis le 15 avril, la Direction de l'éducation nationale d'Oran a été, une nouvelle fois, assiégée par des centaines de travailleurs de l'éducation nationale, unis sous la même plateforme de revendications destinées, expliquent-ils, à réhabiliter l'image de l'éducateur gravement altérée par des années de gabegie et à mettre à sa disposition les moyens d'accomplir sa tâche.
Les trois syndicats, qui annoncent une série d'actions de protestation, appellent les travailleurs de l'éducation à se mobiliser jusqu'à la satisfaction de l'ensemble des revendications. À Aïn Témouchent, le mouvement de grève a été largement suivi dans l'ensemble des établissements scolaires des trois paliers. C'est ce qu'a déclaré à Liberté, Cheikh Hamed, secrétaire général du bureau de wilaya de l'Unpef, en précisant que le taux de suivi a dépassé largement les 85% tous paliers et corps confondus.
Pas moins d'une dizaine de syndicats activant à Aïn Témouchent ont adhéré à ce mouvement de grève. Par cette action, les syndicats ont voulu apporter leur soutien aux grévistes parmi les enseignants, les conseillers pédagogiques, le directeurs des établissements scolaires et bien d'autres travailleurs des corps communs. De son côté, Abdelkrim Malioui, coordinateur du Cnapest de la wilaya, a indiqué que son syndicat n'a pas adhéré à la grève, arguant ignorer l'origine de cet appel.
À Tizi Ouzou, la grève a été largement suivie. En plus des établissements scolaires paralysés par ce débrayage, une centaine de travailleurs de l'éducation ont observé un rassemblement de protestation devant le siège de la Direction de l'éducation.
Pour Mohand Djouadi, membre du bureau de wilaya de l'Unpef, cette action vise à réitérer les revendications socioprofessionnelles de la grande famille de l'éducation. "Nos problèmes doivent être vraiment pris en charge surtout en cette période de crise sanitaire due à la Covid-19 où les plannings de travail sont surchargés", a-t-il affirmé, avant de lancer : "Nous revendiquons carrément la multiplication du point indiciaire."
De son côté, le coordinateur du Satef, Alliouche Ameziane, est revenu sur des revendications plus pédagogiques dont l'allègement des programmes des écoles primaires.
À Béjaïa, des dizaines de travailleurs de l'éducation nationale, toutes catégories confondues, ont observé, hier, un rassemblement de protestation devant le siège de l'académie. Un rassemblement tenu sur fond de grève générale observée dans les trois paliers des établissements scolaires de la région.
Selon le secrétaire général du Satef de Béjaïa, Kamal Touabtia, et le président de l'Unpef de Béjaïa, Saâdi Aït Ouaret, le taux de suivi de la grève dans les trois paliers avoisine les 70%.
Pour revenir au rassemblement, les cadres syndicaux du Satef, de l'Unpef et du Cela ont improvisé une prise de parole, à travers laquelle ils ont dénoncé "la dégradation du pouvoir d'achat et de leur situation socioprofessionnelle", tout en réitérant leurs revendications de pas moins de 15 points.
Du côté de l'académie de Béjaïa, par la voie de son attaché de presse, Boualem Chouali, on parle d'un taux global de suivi de la grève à l'échelle de wilaya de 2,89% (10,52% dans les écoles primaires, 0,56% dans le moyen et 0,16% dans le secondaire).
À Sétif, des dizaines d'établissements ont rejoint hier le mouvement de protestation entamé au début de la semaine en cours et auquel ont adhéré des syndicats du secteur, à savoir l'Unpef, le Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation, le Conseil national des lycées d'Alger et le Syndicat autonome des travailleurs des services économiques. Selon la Direction de l'éducation nationale, pour le personnel enseignant, c'est le cycle moyen qui a enregistré le taux le plus élevé de grévistes avec près de 25% suivi du primaire avec 19,03% et du secondaire avec 3,28%.
Pour le personnel administratif, le taux global dans les trois paliers n'a pas dépassé les 1,86%. Par ailleurs, la cellule de communication de la Direction de l'éducation a indiqué que sur les 1 220 établissements scolaires tous paliers confondus, seuls 279 établissements ont suivi le mot d'ordre de grève auquel a appelé le collectif des professeurs via les réseaux sociaux.
À Constantine, La plupart des établissements scolaires ont été paralysés, hier, après l'appel lancé par trois syndicats du secteur de l'éducation (Unpef, Cela et Satef). Une action de protestation ponctuée également par un rassemblement de plusieurs dizaines d'enseignants et de travailleurs de l'éducation nationale dans cette wilaya et dont une majorité affiliée aux paliers primaire et moyen.
Contrairement à l'action entamée lundi, laquelle a été marquée par une faible mobilisation, le mouvement de grève enclenché hier a connu une forte adhésion des enseignants et travailleurs des cycles moyen et primaire, notamment. Un mouvement qui devrait se poursuivre aujourd'hui jeudi et reconduit certainement dimanche prochain puisqu'un autre rassemblement devant la Direction de l'éducation de wilaya est prévu ce jour, selon les animateurs du regroupement d'hier, promettant une escalade dont les contours seront connus ce week-end.
Des slogans récusant l'inertie de la tutelle et le non-respect des engagements des pouvoirs publics quant à l'amélioration des conditions de travail et la satisfaction des revendications socioprofessionnelles des travailleurs du secteur de l'éducation ont été entonnés lors de ce rassemblement.


S. Ould Ali/M. Laradj/K. Tighilt/L. Oubira/
F. Senoussaoui/K. Ghimouze


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.