Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les ambitions de Makri
élections Législatives du 12 juin
Publié dans Liberté le 29 - 04 - 2021

En participant aux élections législatives du 12 juin, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) compte devenir la première force politique du pays et prendre ainsi les rênes du gouvernement. Le président du mouvement islamiste, Abderrezak Makri, qui a animé hier une conférence de presse, a usé d'une gymnastique pour trouver la sémantique qui sied pour exprimer cette ambition qui a poussé son parti à participer au scrutin législatif.
Pour le leader du MSP, la solution à la crise économique et sociale actuelle "réside justement dans une élection libre et transparente". Cette situation permettra, selon lui, de faire élire des représentants "qui disposent d'un programme" de sortie de crise. Ce parti va être le sien, a indiqué Makri, qui a donné comme preuve le nombre "important" de parrainages que sa formation a pu faire valider par l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie).
Pour Abderrezak Makri, le MSP était "prêt" à "appliquer son programme" et les militants ainsi que les sympathisants qui ont participé soit à la confection des listes de candidats ou tout simplement ceux qui ont parrainé ses listes étaient "la preuve que notre parti dispose de structures" et de "militants" capables de "relever le défi".
Surtout que "le pays est sur le point de connaître une crise économique très grave, puisque nous n'arrivons toujours pas à sortir de la dépendance aux hydrocarbures", a-t-il prévenu. En attendant, l'homme a promis de rendre public, incessamment, le programme de son parti qui, visiblement, ne compte pas gouverner seul en cas de victoire puisque son chef plaide pour "un gouvernement d'union nationale".
En plus des militants du parti, Abderrezak Makri estime que "l'engouement" des citoyens pour donner leurs parrainages était "la preuve qu'il existe une majorité silencieuse" de citoyens qui "veulent réellement aller voter". Il a lancé un appel à ceux qui ont opté pour le boycott pour "laisser les citoyens choisir librement". "Boycotter une élection est un choix politique respectable. Mais ceux qui boycottent doivent aussi respecter les autres et ne pas donner l'impression que leurs positions sont sacrées en intimidant ceux qui veulent participer à l'élection", dit-il.
Tout en se proclamant première force politique du pays, le MSP n'a pas pu constituer de listes dans deux wilayas, à savoir Tizi Ouzou et In Guezzam. S'il n'a pas expliqué les raisons de son absence dans la nouvelle wilaya de l'extrême sud du pays, récemment créée, il a dénoncé "la dictature du MAK", le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie, qui "impose sa vision" à la région en recourant "à la peur", a dénoncé Abderrezak Makri.
C'est cela qui a empêché les militants de son parti à constituer une liste dans la wilaya de Tizi Ouzou. À Béjaïa, en revanche, "nos militants ont été vaillants et courageux" en réussissant à enregistrer leur liste "malgré le danger".

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.