AS Roma : Mourinho a pris une première décision    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Les textes d'application enfin ficelés    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Les membres officiellement désignés    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    L'impératif de l'investissement pour le G7    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Les Verts entrent dans l'histoire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les velléités répressives refont surface
Empêchement, vendredi dernier, des marches du mouvement populaire
Publié dans Liberté le 02 - 05 - 2021

Alors qu'elle se déroulait dans une bonne ambiance, la marche de vendredi passé à Alger a été violemment réprimée et plusieurs manifestants interpellés. Une première depuis la reprise du Hirak.
Les tentatives d'empêchement des marches hebdomadaires du mouvement populaire, vendredi dernier, à Alger notamment, signent un glissement des autorités vers la répression.
Après les velléités clairement affichées d'en finir avec l'occupation de l'espace public pendant plus de deux ans par un mouvement qui n'a montré, jusqu'à présent, aucun signe d'essoufflement, l'on assiste désormais à un nouveau procédé qui tend à étouffer la protestation.
Les tentatives d'empêchement enregistrées ce vendredi ne sont surtout pas anodines, où le résultat d'une simple "glissade" d'un corps de sécurité. Le procédé renseigne sur une volonté d'empêcher les citoyens de manifester. La méthode tentée n'a pas été "dure", l'objectif étant de semer la peur au sein des manifestants pour réduire de la force des marches.
La violence avec laquelle les forces de police ont tenté de disperser les foules quelques heures après le début de la manifestation sont la preuve que la recette utilisée se résume à agir avec célérité et d'une manière graduelle, afin d'aboutir au but recherché. Il est difficile de parler de répression à proprement dire.
Toutefois, la réaction des services de police face aux marches des étudiants et des arrestations tous azimuts qui avaient marqué les dernières manifestations dans plusieurs wilayas renseignent sur ce dessein. On tente d'empêcher même avec force, mais sans verser pour autant dans une répression violente des manifestations publiques. Le timing choisi pour réagir ainsi face aux marches pacifiques du mouvement populaire est également le signe d'une frayeur en haut lieu.
Les mêmes autorités qui "glorifient" un "Hirak béni" et mettent en avant son caractère "pacifique" et "civilisé" versent curieusement dans la violence et tentent de la provoquer pour justifier une réaction de la même nature.
Cette étape vient après moult tentatives de "salir" le mouvement avec des procédés aussi loufoques les uns les autres.
Après les multiples propagandes, les intimidations, les arrestations suivies de condamnations, le pouvoir veut visiblement reprendre son sport favori, à savoir la répression. Mais cela sera-t-il de tout repos pour un système cerné de toutes parts par les critiques ? Rien n'est totalement sûr, surtout que les pouvoirs publics peinent cruellement à imposer leur feuille de route.
Les tentatives de décapiter la protestation, la quête d'annihiler le mouvement, les velléités de le salir et maintenant l'envie d'en finir en usant de l'intimidation et de la répression annoncent un appoint dans la fameuse "gestion démocratique des foules".
Il est à craindre une reprise des commandes par les aventuriers de tout acabit qui ne lésineraient surtout pas sur les méthodes, même les plus dures pour hâter la mort d'un mouvement qui a ébahi par son sens élevé de la lutte pacifique.

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.