Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les listes des partis laminées
l'anie a rejeté la majorité des dossiers des candidatures
Publié dans Liberté le 11 - 05 - 2021

Même si l'étude des recours est toujours en cours, le nombre de listes indépendantes est largement supérieur à celui des partis politiques.
Les élections législatives du 12 juin prochain risquent de réserver des surprises. Les chiffres des dossiers de candidatures acceptées par l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) ne laissent plus aucun doute ; les listes indépendantes mènent la course en tête tandis que les anciens partis du pouvoir risquent d'être mis en minorité.
Selon les premiers éléments fournis par Mohamed Charfi, président de l'Anie, pas moins de 837 listes indépendantes et de 646 listes de partis politiques, sur l'ensemble de 1 483 listes, ont été acceptées "sans réserve" pour prendre part aux élections législatives du 12 juin prochain.
L'étude des recours est toujours en cours. Le nombre de listes indépendantes est donc largement supérieur à ceux des partis politiques qui ont accepté de participer au scrutin législatif. Cela en attendant les recours introduits par les listes et des partis politiques. Cela concerne quasiment toutes les formations politiques. À titre d'exemple, le parti El-Moustaqbal a introduit des recours sur au moins 40% de ses listes, déposées dans 57 wilayas, selon son président, Abdelaziz Belaïd. Mais le plus grand perdant dans cette opération est le parti du Front de libération nationale.
La formation politique que préside Abou El Fadhl Baadji risque d'être absente dans une bonne partie des wilayas du pays. De l'aveu du secrétaire général lui-même, les "candidats du FLN ont subi une exclusion systématique" de la part des responsables locaux de l'Anie qui se seraient "alignés sur des partis opposants". Dans un long communiqué rendu public avant-hier, l'ancien parti unique accuse des responsables locaux de l'Anie de "sectarisme" et de "règlements de compte".
Il demande à Mohamed Charfi d'intervenir. Dans les reproches faits à l'Anie, on retrouve les mêmes que d'autres formations politiques et des listes indépendantes. Il s'agit notamment d'une application "abusive", selon le FLN, de l'article 200 du nouveau code électoral qui permet aux structures locales de l'Anie de rejeter une candidature sur la simple base d'un soupçon de proximité avec les milieux d'affaires ou à cause de poursuites judiciaires.
Cette situation a poussé de nombreux chefs de partis politiques à demander une réunion avec le président de l'Anie. Mais après plus de 4 heures de discussions, les deux parties ne se sont mises d'accord que sur le principe de créer une "commission de concertation". Aucune autre décision concrète n'est sortie de cette réunion.
Si le rejet d'une candidature peut ne pas impliquer le refus de toute la liste, le FLN peut, en revanche, être exclu dans certaines wilayas. C'est le cas à Tizi Ouzou où les responsables locaux de cette formation politique n'ont pas pu constituer la liste en complétant les noms des candidats dont les dossiers ont été déjà rejetés par l'administration. En plus du nombre impressionnant de listes indépendantes acceptées par l'Anie, l'attitude de certains partis politiques traditionnels risquent de créer une Assemblée aux contours inédits.
Des formations comme El-Binaa, d'Abdelkader Bengrina, ont recouru à des candidats étrangers à leurs rangs. Un jeu auquel s'est adonné même le Mouvement de la société pour la paix (MSP) qui précise, en revanche, qu'il s'agit de ses sympathisants.
Si la tendance actuelle est reconduite après la publication finale des listes qui vont concourir lors de ce scrutin législatif, le pouvoir aura atteint son objectif de faire élire une Assemblée populaire nationale constituée d'élus indépendants issus de "la société civile". Le chef de l'Etat aura alors toute latitude de désigner le Premier ministre de son choix.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.