L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La ville assiégée par la police
Des arrestations en série hier à Constantine
Publié dans Liberté le 15 - 05 - 2021

Le maillage de tous les points stratégiques indiquait un dessein manifeste de passer à l'acte au moindre mouvement suspect des hirakistes.
C'est la première fois, depuis le 22 Février 2019, que la marche populaire du vendredi à Constantine a été empêchée. Pour être dissuasif, un dispositif policier digne d'un siège en règle de la Ville des Ponts a été mis en place dès la matinée. Il n'en fallait pas plus pour que s'ensuivent des interpellations de dizaines de personnes, des fouilles systématiques et des examens de situation, de manière abusives parfois, dès l'approche de l'heure habituelle pour les rassemblements d'avant la marche.
C'est à partir de 13h, à la fin de la prière du vendredi qui donne comme de tradition le "la" à la marche hebdomadaire dans cette ville. Les sorties des mosquées sont particulièrement sous haute surveillance.
Situation prévisible puisque la mécanique mise en place quelques heures plus tôt, renseignait, on ne peut mieux, déjà, sur la volonté des membres du service d'ordre d'en découdre cette fois avec les manifestants potentiels qui se hasarderaient à emprunter l'itinéraire traditionnel de la marche d'autant plus que dans une ville comme Constantine, les activistes inconditionnels du Hirak sont bien connus des services de sécurité.
Le maillage de tous les points stratégiques de la cité par des policiers, inhabituellement munis de matraques interpellait, en effet sur un dessein manifeste de passer à l'acte au moindre mouvement suspect des hirakistes.
En témoigne, le quadrillage imperméable de la place jouxtant le palais de la culture Mohamed El-Aïd-El-Khalifa, connue comme le lieu de prédilection des rassemblements et de départ de toutes les marches depuis le début du Hirak. Toutes les issues et rues menant à cette place mythique de la contestation populaire étaient mises sous haute surveillance.
Les fourgons cellulaires y pullulaient et la présence en force des agents de l'ordre scrutant les passants amplifiait les appréhensions suscitées par ce déploiement exceptionnel. L'information relayée aussitôt sur les réseaux sociaux avait dissuadé beaucoup d'activistes habitant les quartiers éloignés du centre-ville et qui avaient l'habitude de rejoindre la marche à partir de 14 heures.
Pourtant, depuis le 22 Février 2019, les marches du Hirak à Constantine n'ont quasiment pas donné lieu à des heurts notables entre manifestants et policiers. Même les interdictions récentes des marches des étudiants, le mardi, n'ont pas connu de heurts n'étaient quelques arrestations pour attroupement de manifestants qui ont été à chaque fois relâchés dans la même journée.
Adossé à un arbre à une cinquantaine de mètres du dispositif policier, Nadjib, commerçant de son état et non moins un fidèle du Hirak à Constantine, commente le spectacle : "Nous sommes face à un pouvoir qui ne retient pas les leçons de l'histoire. Ce n'est pas en réduisant le champ des libertés et en muselant la parole qu'il peut se perpétuer. Ils veulent nous étouffer en adoptant la politique du tout sécuritaire comme s'il s'agissait de combattre des hordes terroristes mais cela ne fait que renforcer la détermination du peuple d'en finir avec tous ses symboles. En une phrase, le Hirak se réappropriera tôt ou tard sa victoire sur le bouteflikisme. Elle ne saurait échoir aux mains de ses résidus et des figures qui étaient de tout temps à sa solde."

Kamel GHIMOUZE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.