Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le projet du centre anticancer d'Amizour prend forme
APRÈS 13 ANS DE RETARD
Publié dans Liberté le 30 - 05 - 2021

L'entreprise nationale Cosider, chargée de la réalisation de cette nouvelle infrastructure sanitaire, a entamé le 24 mai dernier les travaux de terrassement, d'aménagement et d'installation de sa base de vie, ainsi que la mise en place d'une centrale à béton.
Après un long retard et moult péripéties, le projet de réalisation du centre anticancer d'Amizour (CAC) commence à prendre forme.
En effet, l'entreprise nationale Cosider, chargée de la réalisation de cette nouvelle infrastructure sanitaire, a entamé le 24 mai dernier les travaux de terrassement, d'aménagement et d'installation de sa base de vie, ainsi que la mise en place d'une centrale à béton.
C'est une bonne nouvelle accueillie avec enthousiasme et satisfaction par la population de la région, plus particulièrement par les patients atteints de cette maladie qui les fait souffrir le martyre. "Ouf ! Enfin, le projet va voir le jour.
C'est une véritable bouffée d'oxygène aussi bien pour nos malades que pour leurs familles qui éprouvent une terrible souffrance morale à cause de leurs incessants déplacements hors wilaya, mais aussi de la lenteur des rendez-vous pour une prise en charge médicale ou chirurgicale", s'est exclamé Mebrouk Azibi, vice-président de l'association de bienfaisance Tudert d'aide aux malades cancéreux d'Amizour.
Tout en se félicitant de la "levée" de tous les obstacles ayant retardé de plus d'une dizaine d'années ce projet structurant, il a fait savoir que même l'argent destiné à l'indemnisation de quelque 18 agriculteurs de la région, entre trois et cinq milliards de centimes, a été finalement débloqué par le gouvernement.
Selon lui, même les plants qui vont être déracinés de cette oliveraie seront réimplantés dans un autre endroit, rappelant que la plateforme de la base de vie de Cosider sera érigée sur une superficie de 4 000 m2 relevant du domaine agricole.
M. Azibi a tenu à souligner que son association, qui compte pas moins de 2 400 malades cancéreux, a fait du centre régional anticancer (CAC) d'Amizour son cheval de bataille. "On en a fait un combat sans relâche pour soulager nos patients.
Depuis la création de notre association, en 2015, nous n'avons cessé d'interpeller les autorités compétentes quant à l'urgence que revêt la concrétisation de ce CAC d'Amizour", a-t-il expliqué. Et d'ajouter : "Le service d'oncologie de l'hôpital d'Amizour, d'une capacité de 21 lits, et qui n'assure que des séances de chimiothérapie, s'avère saturé eu égard au nombre de malades qui ne cesse d'augmenter au fil des ans."
Il faut rappeler la mobilisation du mouvement associatif de la région durant ces dernières années, pour le déblocage de ce projet, en souffrance depuis 2008. Un collectif de 23 associations de la commune d'Amizour avait organisé plusieurs actions de protestation pour exiger lancement de ce centre anticancer (CAC).
Le vice-président de l'association Tudert a rappelé, par ailleurs, que le CAC d'Amizour, d'une capacité de 140 lits, aura un statut de centre régional de lutte contre le cancer, puisqu'il sera appelé à prendre en charge les patients des wilayas de Béjaïa, de Bouira, de Bordj Bou-Arréridj et de Jijel. Inscrit en 2008, il a été gelé en 2014 par le gouvernement, en raison de la politique d'austérité, avant d'être dégelé en 2018.
Après son dégel, il a été confronté à la lenteur administrative dont ont fait preuve les responsables du secteur. Deux avis d'appel d'offres ont été lancés en 2018 et en 2019 par la direction de la santé et de la population (DSP) de la wilaya de Béjaïa, mais ils ont été déclarés "infructueux".
Selon la fiche technique du projet, sa réalisation coûtera au Trésor public quelque 600 milliards de centimes, alors que les délais d'exécution des travaux sont fixés à 36 mois.
Dans sa première phase, le projet consiste en la réalisation en priorité d'un bloc de radiothérapie afin de soulager un tant soit peu les nombreux malades cancéreux qui sont contraints de se déplacer à Sétif ou à Tizi Ouzou pour ce genre de traitement.
Outre les services de consultation, d'hospitalisation, d'analyses (laboratoires) et d'imagerie médicale (radiothérapie), le CAC d'Amizour comprendra également ceux de chirurgie oncologique et de médecine nucléaire, ainsi qu'un autre d'hospitalisation dédié exclusivement aux enfants atteints de cancer.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.